MOULE

MOULE (Moule commune- Mytilus edulis)

Moules fileminimizer

La moule est un bivalve sédentaire qui vit dans la zone de balancement des marées en congrégations abondantes, attachées les unes aux autres et liées à un support fixe (rocher, pieux, cordes) par un filament plus ou moins épais appelé byssus.

Il existe 70 espèces de moules à travers le monde dont 2 fréquentes les côtes françaises : Mytilus edulis est la principale espèce européenne. De taille relativement petite (4 à 6 cm en moyenne) elle provient de pêche et d'élevage (France, Irlande, Pays-Bas), et Mytilus galloprovincialis, espèce méditerranéenne, principalement issue d’élevage (Espagne, France, Italie, Grèce). Elle est de taille supérieure à Mytilus edulis, dépassant souvent 8 cm.

Moules sauvages

Comme l’huître, c’est un animal filtreur qui se nourrit de plancton en filtrant, en moyenne, 2 l d’eau par heure.

Elle est très présente sur les étals grâce à la mytiliculture (élevage de la moule) qui fut inventée (par hasard) au XIIIe siècle : un récit publié à la fin du XVIème siècle raconte qu'en 1235, un naufragé écossais, Patrick Walton, vint s’échouer en baie d’Aiguillon (Vendée) à une demi-lieue de port Esnande.

Il fut recueilli par les habitants de la région et s’y installa. Sans ressource, il décida de reprendre ses activités habituelles, notamment la chasse aux oiseaux de mer. Des filets étaient tendus sur le littoral entre des piquets de bois enfoncés dans le sol. Le chasseur eut la surprise de constater l’envahissement de ses poteaux par de nombreuses petites moules dont il observa la rapide croissance.

Par la suite, il lui apparut plus profitable de capturer des moules et de les engraisser plutôt que de chasser les oiseaux. Il aurait de cette façon inventé les premiers parcs à moules sur bouchots. Longtemps, cette technique d'élevage sur bouchots ne s'est pratiquée que sur la côte atlantique française, région où le naissain se fixe naturellement sur les pieux. La production de moules s'accroissant, elle est pour la première fois réglementée en 1681 par Colbert. 

Le nom de "bouchot" pourrait venir de bout choat, mot d'origine irlandaise désignant les installations de Patrick Walton. Mais il pourrait avoir aussi une autre origine, plus crédible, le bouchot étant le nom patois d'une forme de piège immergé fait de filets et pieux ou planches utilisé pour capturer ou braconner l'anguille dans le marais poitevin.

En Bretagne, les juvéniles sont exclusivement récoltés dans le milieu naturel, par captage. Le naissain (environ 1 cm) est expédié dans les différents bassins de production. Maintenu dans un filet il est fixé sur différents supports : cordes tendues horizontalement (filières de surface) en pleine mer et pieux en bois verticaux (bouchots) à la côte. L‘élevage, jusqu'à la commercialisation prend 9 à 15 mois en fonction du bassin de production et du mode d'élevage.

Elevage moules fileminimizer

La moule ne peut changer de sexe à volonté. Contrairement à l'huître, elle doit se contenter d'une seule et même fonction pour la vie. Les spermatozoïdes sont transportés au gré des courants.
Heureusement, vivant en colonies, les moules ne sont jamais bien loin les unes des autres et les spermatozoïdes peuvent pénétrer dans la cavité branchiale de la femelle pour féconder l'ovule.
La femelle, ovipare, rejette les embryons, à peine formés, sous forme de larves. Plusieurs pontes ont lieu chaque année et à chaque ponte, un million de larves sont ainsi laissées au soin de l'océan.

Reproduction : De février à juin (à l'état sauvage).

Maturité (âge de reproduction) : 1 an. 

Taille souhaitable d’achat pour que le sujet se soit reproduit au moins 1 fois (longueur) : plus de 3cm (à l’état sauvage).

Taille autorisée de commercialisation : 4cm.

Taille autorisée de pêche pour la plaisance (arrêté du 29 janvier 2013) : 4cm.

Sur les étals de nos poissonniers principalement : de juillet à décembre.

Repart geo moule commune

 

La moule à la bouche :

Recettes, conservation, valeurs nutritionnelles...

Moules cuisinees
 

Ajouter un commentaire