L'Océan à la bouche

La désastreuse alternative au canal de Suez

Le canal de Suez est hors service depuis le 24 mars 2021. Cela pourrait encore durer plusieurs jours, le temps de remettre l’Ever-Given dans le sens de la marche. Mais un passage des navires par la Sibérie serait également possible. Cette voie maritime du Nord représente une alternative désormais crédible pour relier l’Asie à l’Europe.

Une image satellite de l'Ever Given bloqué en travers du canal de Suez (Egypte), le 28 mars 2021.

Une image satellite de l'"Ever Given" bloqué en travers du canal de Suez (Egypte), le 28 mars 2021.  © SATELLITE IMAGE 2021 MAXAR TECH / AFP

Depuis mercredi 24 mars, le Canal de Suez est bloqué par un porte-conteneurs (l’Ever Given) de 400 mètres qui s’est mis en travers, bloquant la circulation dans les deux sens. L’Égypte fait son maximum pour débloquer cette route commerciale cruciale entre l’Europe et l’Asie. Mais dégager un tel mastodonte pourrait prendre plusieurs jours, voire des semaines…

La route maritime du Nord (en rouge) est le chemin le court pour rejoindre l’Europe depuis l’Asie.

La route maritime du Nord (en rouge) est le chemin le court pour rejoindre l’Europe depuis l’Asie. © Ouest-France

Détour de 6 500 km

Plusieurs centaines de navires sont actuellement bloqués. Certains ont fait demi-tour et espèrent rejoindre l’Europe en contournant l’Afrique via le cap de Bonne-Espérance. Ce détour représente près 6 500 kilomètres et se fait entre cinq à neuf jours de mer selon la vitesse du navire.

Cela va entraîner un retard dans la chaîne logistique et les prix pourraient flamber dans certains domaines.

Une piste pourrait être exploitée à l’avenir. Il s’agit de la route maritime du Nord (RMN) qui permet de relier l’océan Atlantique à l’océan Pacifique en longeant la côte nord de la Russie.

C’est le chemin le plus court pour relier l’Europe à l’Asie sans emprunter le canal de Suez, via le détroit de Béring. Un trajet qui se fait pour l’essentiel dans les mers arctiques. Le navigateur cosaque Simon Dejnev, a franchi pour la première fois le détroit de Béring en 1648. Seul hic, il n’est navigable qu’en été.

Bloqué dans le canal de Suez, l’Ever-Given bloque une bonne partie du trafic mondial.

Bloqué dans le canal de Suez, l’Ever-Given bloque une bonne partie du trafic mondial. © Reuters

L’intérêt russe

Sauf que le réchauffement climatique est en train de changer la donne. Ainsi, la fonte de la banquise ouvre de nouvelles perspectives aux Russes. Jusqu’à présent, la banquise a toujours été le principal obstacle au développement de la région.

Une vingtaine de navires empruntent ce passage chaque année entre juillet et décembre. Les Russes souhaiteraient ouvrir cette route au commerce toute l’année d’ici à 2035.

Dans quatre ans, le ministère russe des Transports espère passer de 80 millions de tonnes le nombre de marchandises sur la RMN, contre 10,05 millions aujourd’hui. La route du Nord (Sevmorput en Russe) permet de raccourcir de quinze jours le trajet vers l’Asie.

Elle présente un intérêt stratégique pour éviter le détroit de Gibraltar, au sud, et rejoindre le Pacifique en moins de trois semaines.

Le brise-glace nucléaire russe, Arktika.

Le brise-glace nucléaire russe, Arktika. © archives Ouest-France

Brise-glace

Aujourd’hui, seuls les brise-glace russes passent en période hivernale. « À l’heure actuelle, la Russie possède deux fois plus de brise-glace que tous les pays du monde réunis, soulignait le chercheur Mikaa Mered dans un article paru sur Slate.fr. Plus ces eaux se réchauffent, et plus les autres pays pourront s’immiscer dans la région. »

La Russie posséderait une quarantaine de ces navires, dont une dizaine à propulsion nucléaire. Des monstres de métal capables d’éventrer la banquise sur plus de 30 mètres de long et d’y créer un passage pour d’autres navires, comme des tankers, ou des méthaniers. Les trajets maritimes vers Rotterdam seraient alors considérablement réduits.

Des contraintes existent

Toutefois, cette route maritime du Nord présente quelques inconvénients. La première est que les autorités russes exigent à tous les navires de déclarer leur passage quarante-cinq jours à l’avance. La Russie considère la route maritime du Nord comme faisant partie de ses eaux territoriales, car elle est située à moins de 200 miles (370 kilomètres) de ses côtes.

La deuxième est le coût écologique que représenterait l’ouverture du trafic dans cette région. La navigation en Arctique pourrait accélérer le réchauffement de la Sibérie. Avec des conséquences inattendues, telles que la fonte du permafrost, cette terre gelée sur laquelle de nombreuses villes ont été construites pendant l’ère soviétique.

«Environ 20 % des infrastructures et 50 % des habitations de ces zones seront menacées d’ici à 2050», prévient le géographe Dmitriy Streleskiy dans une publication américaine.

Entre commerce et protection de l’environnement, la Russie devra faire des arbitrages.

Olivier DUPLESSIX - © Ouest-France

Lire aussi :

L'Arctique entre dans un nouvel état climatique

Autour du pôle Nord, les effets du réchauffement climatique se font durement ressentir. De l'eau de mer et de la pluie plutôt que de la glace et de la neige. C'est le glissement que connaît actuellement la région. À tel point que les chercheurs parlent de revoir la définition de ce que nous appelons un climat arctique. Lire la suite…

L'Atlantique nord colonise l'océan Arctique

Une étude montre que les courants de l’Atlantique nord vers l’océan Arctique se sont intensifiés au cours des deux dernières décennies. Un phénomène nommé “atlantification”, qui permet l’intrusion accélérée d’eau chaude et d’espèces atlantiques dans les eaux boréales. Lire la suite…

La fonte de l’Arctique affecte les courants océaniques

En Arctique, le réchauffement climatique apparaît deux fois plus rapide que la moyenne mondiale. Et en 2019, l'extension minimale des glaces de mer a été inférieure de 33 % à la moyenne de 1981-2010. Selon des chercheurs, cette situation anormale pourrait affecter les courants océaniques et plus encore. Lire la suite…

Danger écologique: ouverture de la route du Nord de l'Arctique

C'est une conséquence de la fonte des glaces qui pourrait à long terme révolutionner le fret mondial: parti en août de l'Extrême orient russe, un porte-conteneurs brise-glace danois est arrivé jeudi au large de Saint-Pétersbourg après avoir franchi l'Arctique par le Nord, du jamais vu pour un navire de cette taille. Lire la suite…

Ajouter un commentaire