L'Océan à la bouche

L’efficacité des répulsifs anti-requins

Mieux que les filets ou autre chasse préventive, l’usage systématique de dispositifs électroniques individuels pour repousser les requins pourrait éviter plus de 1.000 blessés au cours des 50 prochaines années dans les eaux australiennes, selon une récente étude.

Un requin-bouledogue aux îles Fidji.

Un requin-bouledogue aux îles Fidji. © George KARBUS Photography / GETTY IMAGES

Des biologistes marins ont étudié les attaques de requins en Australie au cours des 120 dernières années. Sur cette base, ils ont tenté d’estimer le nombre de blessés qui pourraient être évités si les surfeurs, nageurs et autres usagers de la mer portaient des dispositifs anti-requins, selon cette étude dans le journal Royal Society Open Science. Ils sont arrivés au chiffre de 1.063 personnes d’ici 2066.

Si les attaques de requins demeurent exceptionnelles, elles ont été particulièrement nombreuses – 22 – en 2020 en Australie et ont fait sept morts, indiquait récemment la Taronga Conservation Society.

L’île-continent a ainsi été le pays à enregistrer le plus d’attaques l’an dernier, d’après les données mondiales du programme de recherche sur les requins du Musée d’histoire naturelle de Floride.

Sur l’ensemble des attaques en général, environ 15% des victimes décèdent. Habituellement, un peu plus de la moitié des attaques se produisent aux Etats-Unis. Les autres zones sont les rives de l’Australie, l’Afrique du Sud, le Brésil, l’île française de La Réunion.

La réduction des attaques permettrait aussi de diminuer la pression sur les requins, dont certaines espèces sont menacées par les activités humaines. Le grand requin blanc est ainsi classé vulnérable sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

«Si un nombre moins important de personnes ont des incidents négatifs avec les requins, les motifs pour tuer les requins +problématiques+, que ce soit directement à travers la chasse, des filets de plage ou des lignes pour les piéger pourraient diminuer», estime Corey Bradshaw, professeur à l’université Flinders à Adelaide.

© AFP

Filets anti-requins: les "mailles de la mort"

Ressemblant à de banals filets de pêche de 200 mètres de long sur 6 mètres ancrés face aux plages les plus fréquentées de l’est de l’Afrique du sud, ces dispositifs, pour protéger l’homme, tuent indifféremment requins, dauphins, tortues, baleines ou dugongs, dénoncent leurs détracteurs. Lire la suite…

Près de deux tiers des requins ont disparu des océans

Les océanographes tirent l’alarme. Depuis les années 70, la population des requins a décliné de manière dramatique. Selon une étude publiée par la revue Nature, en 50 ans les océans ont perdu plus de 70% de leurs squales. Lire la suite…

Australie: les filets anti-requins tuent plus d’espèces menacées que de requins

En l’espace de deux mois, un seul requin a été piégé par les dispositifs mis en place à proximité des plages contre ces prédateurs des mers, alors même qu’une multitude d’autres créatures marines, qui n’étaient pas visées, ont été attrapées. Lire la suite…

Le requin est-il vraiment un mangeur d’hommes ?

Deux chercheurs avancent une nouvelle hypothèse concernant les attaques de requins: celles-ci seraient perpétrées par des spécimens avec des traits de caractères spécifiques loin d'être partagés par tous. Lire la suite…

Ajouter un commentaire