L'Océan à la bouche

Un pêcheur "avalé" par une baleine à bosse

Michael Packard, pêcheur de homards dans le Massachusetts, a été avalé par une baleine à bosse. Il est resté plusieurs secondes dans la gueule de l'animal avant d'être recraché vivant.

Une baleine à bosse - Megaptera novaeangliae

Une baleine à bosse - Megaptera novaeangliae. © Unknown

Le pêcheur de homards américain, originaire de Provincetown à 200 kilomètres environ de Boston, s'en tire avec une belle frayeur et seulement quelques hématomes. Un miracle pour cet homme qui raconte avoir été avalé durant plusieurs secondes par une baleine à bosse alors qu'il plongeait au large du Massachusetts.

Il aurait ensuite été recraché vivant par le cétacé. Une histoire incroyable, mais jugée crédible par des spécialistes des baleines. L'aventure n'est d'ailleurs pas inédite puisqu’ en novembre 2020, deux kayakeuses avaient été avalées elles aussi par une baleine à bosse en Californie avant d'être expulsées par l'animal.

30 à 40 secondes dans la gueule de la baleine

L'homme s'est confié au journal local le Cape Cod Times : "Je plongeais pour chercher des homards quand une baleine à bosse a essayé de me manger. J'étais dans sa bouche fermée pendant 30 à 40 secondes, avant qu'elle remonte à la surface et me recrache.

J'ai des bleus partout, mais aucun os cassé. Je remercie les sauveteurs de Provincetown pour leurs soins et leur aide", a-t-il détaillé, après avoir été brièvement hospitalisé.

Michael Packard se trouvait à environ 13 mètres de profondeur lorsque le cétacé l'a avalé. "J'ai subitement senti cet énorme coup et tout est devenu noir", se remémore-t-il au micro de CBSN Boston.

Si le pêcheur a d'abord pensé à une attaque de requin, il s'est rapidement rendu compte qu'il pouvait continuer à respirer grâce à son matériel de plongée et ne ressentait aucune douleur.

"Alors j'ai réalisé : Oh mon Dieu, je suis dans la bouche d'une baleine, et elle essaie de m'avaler. J'ai pensé, Ça y'est (…), je vais mourir. Et j'ai pensé à mes enfants, ma femme, y a vraiment aucun moyen de se sortir de là.

Et subitement, elle a fait irruption à la surface, s'est mise à secouer la tête. J'ai été projeté en l'air et j'ai atterri dans l'eau. Et j'étais libre, je flottais simplement… Je n'arrivais pas à croire que je m'en étais sorti. Et je suis là pour le raconter."

Une zone où les baleines se nourrissent à cette saison

Si certains peuvent douter de la véracité de ce scénario à la Pinocchio, un témoin vient accréditer l'aventure du pêcheur américain. Josiah Mayo, qui accompagnait Michael Packard a tout vu et à lui-même appelé les sauveteurs.

Il est le fils d'un des chercheurs et experts en baleine du Center fort Coastal Studies (Centre des études côtières) de Provincetown, une zone où les animaux marins cherchent de la nourriture à cette saison. "Je connais les personnes impliquées (…), donc j'ai toutes les raisons de croire que ce qu'ils disent est vrai", souligne Jooke Robbins, directrice des études sur les baleines à bosse du centre américain.

Elle s'explique la malchance du pêcheur par la quête de nourriture du cétacé. "Elles foncent, bouche ouverte, et avalent les poissons et l'eau très rapidement, puis rejettent l'eau à travers leurs fanons de baleine."

Leur bouche est assez large mais leur gorge est assez étroite, il n'y a aucune chance qu'elles puissent avaler quelque chose de gros comme un homme.

"Une langue lisse ou râpeuse comme celle d'un chat ?"

Sur le réseau social Reddit, Michael Packard s'est prêté au jeu des questions réponses avec les internautes, curieux d'en apprendre davantage sur cette aventure hors du commun. "La langue de la baleine était-elle lisse comme un chien ou râpeuse comme un chat ?", se questionne par exemple l'un d'eux. "J'étais en combinaison étanche, donc je ne peux pas vraiment savoir. De plus, la bouche était remplie d'eau", détaille le pêcheur.

C'est probablement en s'apercevant de "l'intrus" malencontreusement avalé, que la baleine, plutôt jeune selon la description des témoins, a recraché le plongeur.

La spécialiste rappelle qu'il est important de "rester à bonne distance" de ces mammifères marins qui peut mesurer jusqu'à 15 mètres. "Il faut vraiment laisser aux baleines de l'espace", conclut-elle.

Une baleine à bosse ne peut pas "avaler" un être humain

Des baleines qui gobent des êtres humains, ça n'existe que dans Pinocchio. l'ONG française Globice Réunion (dédiée à l'étude et à la conservation des cétacés dans le sud-ouest de l'océan indien) tient à rétablir quelques vérités pour faire barrage au sensationnalisme.

La première : non, un spécimen de Megaptera novaeangliae (baleine à bosse) ne peut pas "avaler" un homme, c'est physiquement impossible, pour cause d'œsophage trop étroit.

Et l'ONG, membre de l'UICN, de délivrer un petit cours d'anatomie : "Si une baleine à bosse a une très large bouche dans laquelle tient un plongeur et qu'elle peut engloutir plus de trois tonnes de nourriture en une seule journée, il s'agit principalement de krill et de petits poissons.

Elle n'a pas de dents, mais des fanons qui lui permettent de filtrer cette nourriture qui est ensuite dirigée directement vers l'estomac qui les digèrent. Le diamètre de la gorge de la baleine à bosse a à peu près la taille d'un frisbee.

Par ailleurs, précise Globice Réunion, le cétacé n'en voulait nullement au plongeur et cet incident n'avait rien d'intentionnel. La baleine, de toute façon, préfère les crevettes aux humains.

"Ce cher Michael évoluait dans une zone de nourrissage dense en plancton où la visibilité était restreinte à 3-4 mètres. Il aurait dû être un peu plus prudent et s'écarter à une distance raisonnable sachant que les baleines voient mieux sur les côtés que devant leur bouche.

"D'où l'importance de laisser de l'espace et de se tenir à 15 mètres, au moins, de ces mammifères géants."

Camille MOREAU et Léia SANTACROCE - © GEO

Ajouter un commentaire