L'Océan à la bouche

Quels sont les requins les plus dangereux du monde ?

S’ils souffrent d’une image de redoutables prédateurs, les requins sont pour la plupart d’entre eux inoffensifs. Sur les quelques 400 espèces de requins que l’on recense à travers le monde, seules une vingtaine d’entre elles peuvent représenter un danger pour l’homme.

Le grand requin blanc - Carcharodon carcharias

Le grand requin blanc - Carcharodon carcharias- fut responsable de six des dix morsures mortelles en 2020. © Getty Images

Pour la troisième année de suite, les attaques de requins ont diminué en 2020. Dans le monde, on a recensé l’an dernier 57 morsures de requins, contre 64 morsures en 2019 et 66 en 2018, selon les chiffres de «l’International Shark Attack File» de l’Université de Floride.

En revanche, sur ces 57 morsures non provoquées, 10 d’entre elles ont entraîné des décès, ce qui fait de 2020 l’année la plus meurtrière depuis 2013. L’on dénombre six morsures mortelles en Australie, trois aux États-Unis et une dans les Caraïbes, dans les eaux de Saint-Martin.

Les experts de Floride rapportent que six des dix morsures mortelles ont été causées par des requins blancs, qui sont en outre impliqués dans au moins 16 morsures l’an dernier. Le requin-tigre fait également partie des requins tueurs (deux décès en 2020).

Des espèces dangereuses récurrentes

Pourtant, les requins ne sont pas tous dangereux ni agressifs. Parmi ceux responsables de morsures sur des hommes, l’on trouve le plus communément :

- Le grand requin blanc ;

- Le requin-tigre ;

- Le requin-bouledogue.

L’on trouve également des morsures de requin-taupe bleu (ou requin Mako), de requin longimane, de requin à pointes noires, de requin-taureau ou encore de grand requin-marteau.

Cependant, les études sur les attaques de requins doivent être prises avec des pincettes, en raison des incertitudes sur l’identification des espèces en cause. L’université de Floride précise par exemple que les requins appartenant au genre des «Carcharhinus»* sont responsables de bien plus d’attaques que ce que l’on croit.

Le Requin à pointes noires - Carcharhinus melanopterus

Le Requin à pointes noires -Carcharhinus melanopterus- est une des espèces de requins les plus abondants des récifs coralliens tropicaux de l'océan Indien et de l'océan Pacifique. Cette espèce préfère les eaux côtières peu profondes. Ils sont également connus pour supporter des environnements saumâtres ou d'eau douce. Cette espèce atteint généralement une longueur de 1,6 m. © fishx6 / wikimedia.org/10235586

Un top 3 qui s’explique notamment par la localisation géographique

Alors pourquoi mettre en avant les trois espèces précédemment citées en particulier ? Parce que, toujours selon l’université de Floride, le grand requin blanc, le requin-tigre et le requin-bouledogue sont des espèces que l’on trouve dans des zones de baignade fréquentées, et que leurs dents peuvent causer de sérieuses blessures.

En effet, elles arrachent, et ne se contentent pas de simplement mordre. Le grand requin blanc, qui mesure entre 4 et 5 mètres et peut peser jusqu’à deux tonnes, possède une partie dorsale grise et un ventre blanc. Mais c’est surtout sa dentition qui est impressionnante : sa mâchoire peut atteindre 90 centimètres de large, tandis que ses dents très tranchantes peuvent mesurer jusqu’à 75 millimètres de long.

Le requin-tigre - Galeocerdo cuvier

Le requin-tigre - Galeocerdo cuvier- fait partie des plus grandes espèces de requins. Il mesure généralement de 3 à 4 mètres, pour un poids moyen de 400 kg. On le trouve dans les océans tempérés et tropicaux. C'est un requin solitaire, chassant en général de nuit. © Albert KOK / CC BY-SA 3.0 - wikimedia.org/18341026

À l’âge adulte, le requin-tigre mesure quant à lui en moyenne de trois à quatre mètres de long, pour un poids avoisinant les 400 kilos. Ce prédateur vorace est reconnaissable aux rayures sur son corps. Avec ses dents en forme de crête de coq et au bord dentelé, cet animal avale un grand nombre de proies, notamment dans l’océan Pacifique et l’océan Indien.

Le requin-bouledogue -Carcharhinus leucas

Le requin-bouledogue -Carcharhinus leucas- se rencontre sur les côtes de toutes les mers tropicales et subtropicales du monde. Il fréquente des eaux d'une profondeur comprise entre 0 et 150 mètres et affectionne plus particulièrement les eaux boueuses et plus généralement à forte turbidité. De ce fait, on le trouve parfois dans des fleuves ou rivières. © Amanderson2 / CC BY 2.0 / wikimedia.org/51098957

Enfin, le requin-bouledogue est responsable de nombreuses attaques en surface, envers des surfeurs ou des nageurs, car il aime les fonds peu profonds. Il a la particularité de vivre aussi bien en eau douce que dans les eaux salées, ainsi le trouve-t-on en mer mais aussi dans des fleuves et rivières.

Des animaux menaçants mais surtout menacés

Néanmoins, si les requins souffrent d’une image de grands prédateurs, ils sont surtout menacés. D’abord, il faut savoir que la plupart des espèces de requins ne se nourrissent que de poisson.

Ces régulateurs des écosystèmes marins sont aujourd’hui victimes de braconnage, notamment en raison de la valeur de leurs ailerons et de leurs dents.

Selon la liste rouge mondiale des espèces menacées, établie par l’Union internationale pour la conservation de la nature, 60% des requins pélagiques seraient en danger d’extinction aujourd’hui.

Delphine LE FEUVRE - © GEO

* Carcharhinus est un genre de requins de la famille des Carcharhinidae. Il compte une trentaine d'espèces de requins au corps fuselé et mesurant entre un et 4 mètres de long. Leur première nageoire dorsale est plus grande que la seconde et les nageoires pectorales sont bien développées. La nageoire caudale a un lobe supérieur plus grand que le lobe inférieur. Ces requins sont vivipares, et ils se nourrissent principalement de poissons osseux et quelquefois de crustacés et de céphalopodes, voire d'autres petits requins ou de sources de nourriture plus diverses. ( Wikipédia)

Ajouter un commentaire