L'Océan à la bouche

Un fossile éclaire l'évolution des étoiles de mers

L'origine des étoiles de mer échappe aux scientifiques depuis des décennies mais ce fossile de Cantabrigiaster fezouataensis découvert dans les montagnes de l'Anti-Atlas, au Maroc, pourrait bien apporter des réponses.

Reconstruction artistique de Cantabrigiaster fezouataensis, la plus ancienne étoile de mer.Reconstruction artistique de Cantabrigiaster fezouataensis, la plus ancienne étoile de mer. © MADMEG

C'est un drôle d'animal qui y a été extirpé : vieux de 480 millions d'années, il possède des caractéristiques communes aux étoiles de mers et aux crinoïdes (lys de mer) modernes. Sa découverte pourrait permettre de mieux comprendre l'évolution et la diversification des échinodermes, groupe qui comprend également les oursins et les ophiures.

Un fossile extrêmement bien préservé

Les argiles de Feouzata sont célèbres et précieuses pour les paléontologues: ils abritent des milliers de fossiles d'animaux à corps mous qui vivaient dans un environnement marin ouvert au début de l'Ordovicien (-485 à -443 millions d'années).

La plupart des espèces qu'on y retrouve n'ont rien de commun avec celles vivant actuellement, elles constituent des expériences de l'évolution qui, pour la plupart, se sont éteintes sans laisser de descendance comme celles de la faune de Burgess, au Canada. À l'exception de quelques animaux comme Cantabrigiaster fezouataensis qui rappelle les étoiles de mers.

Toutefois ce dernier doit plutôt être vu comme un hybride puisqu'il lui manque environ 60% du plan corporel des étoiles de mer modernes. Ce qui s'avère très précieux pour les scientifiques qui s'attellent à l'étude de l'évolution de ce groupe.

Ils disposent dorénavant d'un "modèle" primitif qui leur permettra de comprendre comment sa forme basique a pu se transformer pour donner naissance à des architectures corporelles plus modernes.

Le fossile de Cantabrigiaster fezouataensis.Le fossile de Cantabrigiaster fezouataensis. © Université Claude Bernard Lyon 1

Pourquoi cinq bras ?

Le fossile a été étudié par une équipe de l'Université de Cambridge et sa description fait l'objet d'une publication dans la revue Biology Letters.

Il a notamment été comparé avec une centaine d'espèces proches des vraies étoiles de mers ou astéries. Avec ce matériel, les chercheurs ont pu reconstituer les liens de parenté existant avec d'autres échinodermes.

Ils en concluent que Cantabrigiaster fezouataensi est bien, même s’il n'en possède pas toutes les caractéristiques, le plus ancien représentant des astéries, ce qui repousse ce titre de près de 50 millions d'années !

Cette étoile de mer, donc, est notamment dotée d'une symétrie d'ordre 5 avec 5 bras qui ne sont pas entièrement détachés du reste du corps. Pour le reste du corps si la partie axiale correspond aux modèles modernes, les autres parties semblent être absentes et ont dû se rajouter plus tard au cours de l'évolution.

Les auteurs prévoient d'élargir leurs travaux à la recherche d'échinodermes précoces. "Une chose à laquelle nous espérons répondre à l'avenir est la raison pour laquelle les étoiles de mer ont développé leurs cinq bras", a déclaré Aaron Hunter, principal auteur de l'étude, dans un communiqué.

"Cela semble être une forme stable à adopter pour elles mais nous ne savons pas encore pourquoi. Nous devons continuer à chercher le fossile qui nous donne cette connexion particulière en revenant directement aux premiers ancêtres comme Cantabrigiaster qui nous rapprochent de cette réponse".

Joël IGNASSE - © Sciences et Avenir

Lire aussi :

Après un passage sur terre, ils sont retournés à l'océan

Sur notre planète, la vie est apparue dans l'eau il y plus de 3,5 milliards d'années. Quelques bactéries se seraient aventurées sur la terre il y a 3,48 milliards d'années, mais la véritable «sortie des eaux» s'est produite beaucoup plus tard, il y a environ 450 millions d'années. Lire la suite…

Quand les cétacés regagnèrent la mer

Après avoir peuplé les milieux marins pendant des centaines de millions d’années, la Vie est apparue sur la terre. Cette transition fut pour certains organismes définitive, et pour d’autre non, comme les cétacés qui retournèrent à la mer. Lire la suite…

Un fossile de poisson révèle des indices évolutifs sur nos mains

Un domaine de recherche actif en paléontologie est l’étude de l’évolution des poissons vers les tétrapodes. À cette fin, les paléontologues cherchent des fossiles de poissons toujours plus complets afin de mieux comprendre la transition qui s’est opérée entre les nageoires et les membres des premiers vertébrés terrestres. Lire la suite…

Cette algue verte fossile à l'origine de toutes les plantes ?

Un fossile d'algue verte multicellulaire découvert en Chine et daté d'un milliard d'années repousse la date d'apparition de cette forme de vie, qui a donné lieu par la suite à toutes les plantes vertes que nous connaissons. Cette espèce ressemble à des algues modernes qui tapissent l'océan. Lire la suite…

Un fossile éclaire l'évolution des tortues

Il y a 230 millions d'années, il n'y avait pas encore de tortues sur terre ni dans les mers, mais deux fossiles de leurs lointains ancêtres viennent d'être retrouvés en Chine. Lire la suite…

Le chaînon manquant dans l’évolution des baleines ?

L’analyse des restes fossilisés d’une ancienne baleine qui vécut il y a 36,4 millions d’années montre que les ancêtres des baleines à fanons aspiraient leur nourriture bien avant que leurs dents ne soient remplacées par des fanons. L’étude montre également que les membres postérieurs des baleines se seraient résorbés plus récemment que ce qui avait été estimé jusqu’alors. Lire la suite…

Ajouter un commentaire