Israël frappé par la “pire marée noire de ces dernières décennies”

“Le goudron qui échoue ces derniers jours sur les côtes israéliennes constitue la pire pollution maritime dans le pays en des décennies”, s’alarme Haaretz. Le quotidien parle de tonnes de mazout visibles sur 170 kilomètres, soit 40 % du littoral israélien.

Un baleineau échoué victime d’intoxication par le mazout.Un baleineau échoué victime d’intoxication par le mazout. © Unknown

À l’unisson, Yediot Aharonot parle lui aussi de pire désastre écologique qu’ait connu le pays.

Évoquant des scènes de désolation sur les plages, le journal s’inquiète pour la faune marine et en particulier les tortues, les crabes et les étoiles de mer. “Dans certains cas ce sera irréparable, dans d’autres cela prendra des années à restaurer”, prévient Yediot Aharonot.

Parmi cette faune marine, une des premières victimes semble être un baleineau dont le cadavre a été rejeté le 18 février sur la plage de Nitzanim dans le Sud d’Israël. The Times of Israël rapporte que l’autopsie pratiquée sur le cétacé de 10 mètres de long a conclu qu’il avait ingurgité des quantités importantes de mazout.

Vidéo sur twitter.

“Impréparation”

À l’annonce de la catastrophe écologique, des milliers de bénévoles ont proposé leur aide pour nettoyer les plages (dont Bar Peleg qui a posté les deux tweets ci-dessous).

Tweets marée noire Israël

Même s’ils ont été rejoints dans un deuxième temps par des unités de l’armée israélienne, Haaretz critique dans un éditorial l’impréparation des pouvoirs publics en charge de la protection de l’environnement. Et espère que cette marée noire leur servira “de véritable signal d’alarme” pour d’éventuelles futures catastrophes.

Parallèlement, les autorités cherchent à remonter jusqu’à l’origine de la fuite de pétrole. Samedi 20 février, la ministre de la Protection environnementale Gila Gamliel a indiqué, sur la base d’informations reçues par l’Agence européenne de sécurité maritime, que la source de la marée noire se situait à 50 kilomètres au large des côtes israéliennes. “Nous avons identifié dix navires qui sont passés dans cette zone et un ou plusieurs d’entre eux pourraient être responsables”, a-t-elle précisé, citée par Haaretz dans un autre article.

Quel que soit le coupable, le nettoyage des côtes prendra des années. Et le quotidien Yediot Aharonot a d’ores et déjà averti ses lecteurs : “La plage que vous fréquenterez l’’été prochain n’aura plus rien à voir avec celle que vous avez connue par le passé.”

© Courrier International

Lire aussi :

En Israël, des coraux menacés par un accord pétrolier

Dans le sud d’Israël, les coraux de la cristalline mer Rouge pourraient être au cœur du "prochain désastre écologique", alertent des militants. En cause: un accord pétrolier avec les Émirats arabes unis, résultat de la normalisation des relations entre les deux pays. Lire la suite…

Catastrophe écologique imminente en mer Rouge

L’ONU met en garde contre le risque d’une «catastrophe écologique imminente» en mer Rouge: le pétrolier «Safer» a été abandonné avec 1,14 million de barils de brut à son bord depuis le début de la guerre au Yémen. Les Nations unies espèrent pouvoir envoyer des experts sur place en août pour éviter une marée noire. Lire la suite…

Épave du Tanio: nouveaux échouages d’oiseaux mazoutés

Plus d’une centaine d’oiseaux marins mazoutés se sont échoués depuis mi-octobre sur les côtes bretonnes, a révélé jeudi Vigipol, syndicat mixte de protection du littoral breton, mettant en cause le Tanio, ce pétrolier qui a sombré en 1980 au large du Finistère. Lire la suite…

Sri Lanka: 270.000 tonnes de pétrole remorquées au large

Le pétrolier battant pavillon panaméen, touché par un incendie finalement maîtrisé, qui faisait craindre une marée noire de grande ampleur dans l’océan Indien, a été remorqué au large des côtes du Sri Lanka, ont indiqué samedi les sauveteurs. Lire la suite…

Un pétrolier pourrait déverser 1,3 million de barils de brut

Un pétrolier vénézuélien endommagé menace de déverser 1,3 million de barils de brut qu’il contient dans les eaux qui séparent le Venezuela et Trinité-et-Tobago, affirment l’opposition vénézuélienne et des responsables du secteur pétrolier, qui redoutent une "catastrophe environnementale". Lire la suite…

Ajouter un commentaire