Antarctique: découverte de créatures improbables

La Terre n’a sans doute pas fini de nous livrer tous ses secrets. Dernier en date, des scientifiques britanniques ont découvert des êtres vivants à 900 m de profondeur, dans la glace de l’Antarctique. Une découverte qui suscite de nombreuses interrogations concernant la vie sur Terre.

L'Antarctique© Denis BURDIN / Shutterstock

Des scientifiques britanniques ont fait une bien belle découverte lors d’une expédition dans l’Antarctique pour le compte de la British Antarctic Survey.

Partis pour étudier l’histoire de la banquise dans l’océan Austral, ils avaient pour objectif de collecter des sédiments dans les fonds marins.

Forage à 900 m sous la glace

Lors d’un forage à 900 m de profondeur, dans une zone où l’eau liquide se fait rare dans la barrière de glace, ils ont découvert des êtres vivants inconnus jusqu’ici. Une trouvaille d’autant plus remarquable que cela s’est produit dans un environnement hostile à toute forme de vie car les températures sont extrêmement basses et la lumière absente.

«Cette découverte fait partie de ces heureux accidents qui poussent les idées dans une autre direction, s’est enthousiasmé l’océanographe Huw Griffith, auteur principal de l’étude relatant cette découverte et publiée dans Frontiers of marine science . Cela montre que la vie marine de l’Antarctique est incroyablement spéciale et adaptée à un monde gelé.»

Des éponges fixées à des rochers

Type d’éponge découvert par les scientifiquesVoici le type d’éponge découvert par les scientifiques. © Wikipédia

Ce qui a surpris les scientifiques, ce n’est pas la présence d’un organisme mais son type. Il s’agit de la première découverte de formes de vie stationnaires et sessiles (fixées à un support) dans un tel lieu : les scientifiques ont trouvé 15 éponges fixées avec une tige, directement à un rocher, et 22 organismes encore non identifiés.

Cette découverte remet en question les théories sur la survie dans de telles conditions extrêmes. «Notre découverte soulève tellement plus de questions qu’elle n’apporte de réponses, comme par exemple comment y sont-ils arrivés ? Que mangent-ils ? Depuis combien de temps sont-ils là ? Quelle est la fréquence de ces blocs rocheux couverts de vie ? S’agit-il des mêmes espèces que celles que nous voyons à l’extérieur de la plate-forme de glace ou s’agit-il de nouvelles espèces ? Et qu’arriverait-il à ces communautés si la plate-forme de glace s’effondrait ?»

La découverte des scientifiques : des éponges fixées avec une tige sur des rochers.

La découverte des scientifiques: des éponges fixées avec une tige sur des rochers. (Capture d’écran) © Frontiers of marine science.

L’eau, c’est la vie

Les formes de vie stationnaires dépendent le plus souvent de la richesse des nutriments en suspension dans l’eau ou de la photosynthèse. C’est pourquoi cette trouvaille laisse l’équipe scientifique perplexe : «Comment y sont-ils arrivés ? Que mangent-ils ? Depuis combien de temps sont-ils là ?»

Pour répondre à ces interrogations, ces chercheurs vont devoir poursuivre leurs investigations et redoubler d’ingéniosité. «Pour répondre à nos questions, nous devrons trouver un moyen de nous rapprocher de ces animaux et de leur environnement, relatent les scientifiques polaires. À 900 m sous la glace et à 260 km des navires où se trouvent nos laboratoires, nous allons devoir trouver des moyens nouveaux et innovants pour les étudier et répondre à toutes les nouvelles questions que nous nous posons.»

Un Américain, l’astrobiologiste Kevin Hand, qui a mené une étude pour la Nasa sur l’exploration des profondeurs de la Terre va plus loin dans la réflexion : «Là où il y a de l’eau, il y a de la vie et de l’eau, il y en a bien plus dans l’univers que ce que les scientifiques pensaient initialement.»

Olivier DUPLESSIX - © Ouest-France

Lire aussi :

Une nouvelle espèce de baleine à fanon identifiée

Une étude montre qu’un petit groupe de cétacés évoluant au large de la Floride constitue une nouvelle espèce de baleine à part entière. Lire la suite…

Découverte de 3 nouvelles espèces d’éponges… carnivores

À ce jour, les experts s’accordent à dire que nous n’avons exploré qu’environ 10-15% des fonds marins en dessous de 200 mètres, ce qui signifie que de nombreux phénomènes et créatures doivent encore être découverts, sans compter le fait qu’elles possèdent souvent des aptitudes de camouflage impressionnantes, rendant d’autant plus difficile leur observation. Lire la suite…

Découverte d’une nouvelle espèce d’hippocampe pygmée

Une récente étude détaille la découverte d’une toute nouvelle espèce d’hippocampe pygmée. C’est également la première identifiée dans l’océan Indien. Lire la suite…

De nouvelles créatures marines découvertes dans le Pacifique

Plates, sphériques ou en forme de coquilles… Les scientifiques ont découvert de nouvelles créatures sous-marines dans l’océan Pacifique à plus de 5.000 mètres de profondeurs. Lire la suite…

Découverte de Quatre nouvelles espèces de requins-marcheurs (vidéo)

La grande majorité des requins nagent pour se déplacer, mais certaines espèces peuvent utiliser des moyens de locomotion plus singuliers. C'est le cas des requins-marcheurs, c'est-à-dire des requins utilisant leurs nageoires comme des membres pour se déplacer dans les fonds marins. Et récemment, c'est quatre nouvelles espèces de requins-marcheurs que des biologistes marins australiens ont découvert. Lire la suite…

Trois nouvelles espèces de poisson identifiées dans les abysses (vidéo)

Transparents, sans écailles ni arêtes... trois nouvelles espèces de poisson ont été identifiées dans les grandes profondeurs du Pacifique, ont annoncé les scientifiques à l'origine de la découverte, au large du Chili. Lire la suite…

Pieuvre géante du Pacifique: une nouvelle espèce découverte

Il a fallu y regarder de plus près et utiliser la génétique pour prouver qu'il s'agissait bien d'une nouvelle espèce. Il est vrai que certaines pieuvres sont douées en camouflage. Lire la suite…

Ajouter un commentaire