Enquête : pêche destructrice dans l’océan Indien

Murs de la mort, DCP, sennes… l’ingéniosité humaine au service du pire. Greenpeace vient de mener une enquête dans le nord-ouest de l’océan Indien où, à l’abri des regards, la pêche industrielle menace la santé des fonds marins, la survie de certaines espèces ainsi que les ressources des communautés locales.

Diable des mers (raie mobula) capturé accidentellement dans les filets d’un thonier battant pavillon iranien.

Diable des mers (raie mobula) capturé accidentellement dans les filets d’un thonier battant pavillon iranien. © Abbie TRAYLER-SMITH / Greenpeace

Les constats du rapport d’enquête sont alarmants :

- Les grands filets maillants dérivants, appelés “murs de la mort” et pourtant interdits par l’ONU il y a 30 ans, continuent d’être massivement utilisés et de décimer la vie marine.

Les équipes de Greenpeace ont été témoins de l’utilisation de filets maillants par sept bateaux en même temps, créant ainsi des “murs de filets” de plus de 30 km de long, et de prises accessoires d’espèces en danger comme les diables des mers (raies manta géantes, mobula birostris).

Les populations de requins et de diables des mers se sont effondrées d’environ 85 % dans certaines parties de l’océan Indien au cours des dernières décennies.

- La pêche aux calamars est en plein essor, avec plus d’une centaine de navires industriels opérant dans la région hors de toute réglementation internationale. Le calamar est un maillon essentiel de la chaîne alimentaire des écosystèmes pélagiques, et sa pêche incontrôlée pourrait à terme menacer des populations de cétacés et d’oiseaux de mer qui s’en nourrissent.

Navire chinois pêchant le calamar dans l’océan Indien.

Navire chinois pêchant le calamar dans l’océan Indien. © Abbie TRAYLER-SMITH / Greenpeace

- Le thon, notamment le thon albacore, est toujours victime de surpêche (thoniers senneurs). Les différents plans de sauvetage adoptés par la communauté internationale ces dernières années ont été sans effets, principalement car ils ne s’attaquaient pas aux problèmes cruciaux de l’utilisation des dispositifs de concentration de poissons (DCP) et des quotas de pêche trop importants.

Dispositif de concentration de poissons dans l’océan Indien.

Dispositif de concentration de poissons dans l’océan Indien. © Will ROSE / Greenpeace

- Les pêcheries sont très mal gérées, et les institutions chargées de leur contrôle inopérantes.

Ainsi, en mars dernier, aucune résolution n’a été adoptée lors de la dernière réunion de la Commission des thons de l’océan Indien (CTOI), l’organisation intergouvernementale censée organiser la gestion des ressources thonières.

Face à la surpêche du thon albacore et patudo, les États côtiers, notamment les Maldives et le Kenya, ont proposé de réduire les prises de ces espèces et de limiter le nombre de DCP. Mais les États européens, soutenus par certains pays asiatiques comme la Corée du Sud et le Japon, ont littéralement torpillé les négociations.

Les États de l’Océan indien ont même qualifié l’attitude des pays européens, aux premiers rangs desquels la France et l’Espagne, d’“hypocrite” et de “néocolonialiste”.

Le pillage peut et doit cesser

Les multiples scènes de pillage qu’on pu constater nos équipes sur place sont le symptôme de l’échec de la gouvernance des pêcheries, dominée par les intérêts court-termistes des flottes des pays industrialisés, et caractérisée par des quotas de capture trop élevés et l’emploi de techniques de pêche destructrices.

La “haute mer”, c’est-à-dire l’espace océanique qui se situe au-delà des frontières nationales, ne fait à l’heure actuelle l’objet d’aucune protection. Pour que la haute mer ne soit plus une zone de non-droit où les navires de pêche industrielle font ce qu’ils veulent, l’ONU travaille actuellement à l’élaboration d’un traité international sur la protection des océans.

Greenpeace est mobilisée pour que ce traité soit ambitieux et qu’il jette les bases juridiques qui permettront, à terme, la création d’un réseau mondial de réserves marines. Pour permettre le rétablissement de la vie marine et assurer sa pérennité, les scientifiques recommandent que ce réseau prévoie une protection intégrale pour au moins 30 % des océans.

Aujourd’hui, l’Union européenne et la France doivent cesser leur double jeu qui consiste à préserver les intérêts de l’industrie thonière tout en affichant une volonté de protéger les océans.

Lors de la prochaine réunion de la CTOI en juin prochain, la France doit se positionner en faveur de la réduction du nombre de DCP autorisés et des quotas de pêche du thon albacore, et soutenir l’adoption d’un traité ambitieux à l’ONU.

Le rapport d’enquête (en anglais)

© Greenpeace

Lire aussi :

"SEASPIRACY": le documentaire sur les dessous de la pêche

Surpêche, mythe de la "pêche durable", recours à l’esclavagisme… En une heure et demie, le documentaire «Seaspiracy», accessible sur la plateforme de streaming Netflix depuis fin mars, plonge le spectateur dans les secrets les plus sombres et dissimulés de la pêche industrielle. Lire la suite…

L’union européenne interdit la pêche électrique

La justice européenne a confirmé l'interdiction de la pêche électrique dans toute l'UE dès cette année. Elle rejette ainsi un recours des Pays-Bas, le principal pays à utiliser cette méthode de pêche controversée jugée néfaste pour l'environnement. Lire la suite…

Aires marines protégées: les bienfaits de l'interdiction de la pêche

Interdites aux pêcheurs, les aires marines protégées n'en sont pas moins bénéfiques à ces derniers. La preuve vient d'en être apportée par des scientifiques de l'université de Californie à Santa Barbara (États-Unis). Lire la suite…

Le chalutage de fond libère autant de carbone que le transport aérien

Le chalutage de fond, une pratique répandue dans laquelle de lourds filets sont traînés le long du fond marin, libère 1 gigatonne de carbone chaque année, indique l'étude rédigée par 26 biologistes marins, experts en climatologie et économistes et publiée dans la revue Nature. Lire la suite…

Norvège: la chasse à la baleine toujours d’actualité

La Norvège a annoncé qu'elle ciblerait jusqu'à 1.278 petits rorquals communs au cours de sa prochaine saison de chasse à la baleine, soit le même quota que les deux dernières années. Lire la suite…

Ajouter un commentaire