"SEASPIRACY": le documentaire sur les dessous de la pêche

Surpêche, mythe de la "pêche durable", recours à l’esclavagisme… En une heure et demie, le documentaire «Seaspiracy», accessible sur la plateforme de streaming Netflix depuis fin mars, plonge le spectateur dans les secrets les plus sombres et dissimulés de la pêche industrielle. Le réalisateur l'admet lui-même : il n'avait aucune idée de ce qu'il allait découvrir.

le documentaire «Seaspiracy», accessible sur la plateforme de streaming Netflix depuis fin mars

Le documentaire a été réalisé par l'équipe derrière "Cowspiracy" sur l'élevage industriel. Seaspiracy / Netflix

L'équipe derrière Seaspiracy est pourtant bien rodée. Elle est à l’origine du documentaire primé Cowspiracy (2014), qui explore l’impact de l’industrie de la viande sur l’environnement. Pour ce documentaire, disponible actuellement sur Netflix, l’équipe a cette fois largué les amarres du côté de la pêche industrielle.

Près de cinq millions de poissons prélevés chaque minute, dont 40 % de pêche accidentelle, jusqu'à 30.000 requins tués par heures. Dans un premier temps, le documentaire aligne les chiffres pharamineux de la surpêche. Avant de démonter les solutions miracles.

Les filets des pêcheurs passent entre les mailles

L’équivalent d’un camion de plastique est déversé chaque minute dans les océans. L'estimation est connue. Réduire le plastique, c'est important et boycotter les pailles par exemple est loin de suffire... Celles-ci ne représentent que 0,03 % des déchets des océans, avance le documentaire.

Le problème se cache ailleurs et surtout du côté du secteur de la pêche industrielle. Le vortex de déchets plastique du Pacifique nord est en réalité composé à 46 % de filets de pêche abandonnés. Filets qui se retrouvent in fine dans les estomacs des cétacés ou emprisonnent jusqu'à la mort des animaux marins.

Le mythe de la pêche durable

Le mythe le mieux rodé est sûrement celui de la pêche durable. Dans le secteur, les critères de durabilité sont flous. Les labels comme Dolphin Safe, qui affirme protéger les dauphins des captures accidentelles, ou le très connu MSC, censé "garantir" que le poisson a été pêché d'une manière responsable, n'offrent en vérité absolument aucune assurance.

Une réalité non démentie par l'Earth Island Institute qui attribue le label Dolphin Safe. Le spectateur reste scotché par une interview d'un membre de l'Institut, Mark Palmer, qui explique sans sourciller qu’"on ne peut rien garantir". "Une fois que le bateau est en mer comment savoir ? Des observateurs sont parfois à bord mais ils peuvent être soudoyés", admet-il. Ou tués. Plusieurs cas ont été dénombrés à travers le monde.

L'esclavagisme dans les pêcheries

Et dans le milieu de la pêche, le sang coule. Le documentaire révèle une face encore plus sombre et dissimulée de l’industrie de la pêche : l'esclavagisme. Face au déclin des prises de poisson, certaines pêcheries ont recours au travail forcé pour continuer à être rentable. Le réalisateur entre en contact avec des évadés thaïlandais qui sont parvenus à larguer les amarres avant d’avoir été "jetés par-dessus bord". "Beaucoup de produits de la mer proviennent de l’esclavage" souligne l’un d’entre eux, sans que des chiffres ne soient avancés.

Un triste constat, alors que les océans restent notre meilleur allié pour lutter contre le réchauffement climatique. Ils sont le plus grand puit de carbone sur notre planète – menacé aujourd'hui par le chalutage – et produisent 85 % de l’oxygène que nous respirons.

Pour Cyril Gutsch, de la plateforme Parley for the Ocean, le résultat de l'équation est évident. "Si on ne gagne pas cette guerre on va tout perdre, car l’humanité ne survivra pas si les océans meurent".

Le sous-titrage en français est disponible dans les paramètres de la vidéo sur YouTube

Pauline FRICOT - © Novethic

Reportages :

Du poisson pas si bon, enquête sur une filière opaque

 

 

 

Des rayons des hypermarchés aux élevages en Espagne, des étals des marchés aux grossistes de Rungis, des bateaux de pêche en Bretagne jusqu’aux usines de poissons panés de Pologne, ce documentaire propose une enquête sur un marché qui n’aime guère la transparence. Enquête sur une filière opaque.

Mollo sur le cabillaud !

 

 

Blanc et sans arêtes, le cabillaud, au goût peu prononcé, est le poisson préféré des Français. C'est la deuxième espèce la plus consommée dans l'Hexagone après le saumon. Les familles en ont fait un met de choix. À cela s'ajoute la restauration collective et la production destinée à être incorporée aux plats préparés. Mais avant d'atterrir dans nos congélateurs, le cabillaud péché en Norvège est envoyé en Chine. 15 000 km de voyage pour économiser sur la main d'œuvre. Et ce n'est pas tout...

Thons en eaux troubles - Part.1

 

 

Le thon fait partie des poissons les plus consommés au monde. Pour alimenter ce marché, les industriels ont mis au point une technique de pêche redoutable, qui menace l’une des espèces les plus vendues, le thon albacore. Une pêche pas vraiment écolo, qui se pratique pourtant avec le soutien de l’Union européenne et l’argent des contribuables européens. Révélations sur ce que l’industrie de la pêche thonière préfère ne pas vous montrer.

Thons en eaux troubles - Part.2

 

- Enquête sur Petit Navire, la marque bretonne rachetée par le numéro un mondial de la conserve de thon, Thaï Union. Des millions d’euros ont transité par des places offshore grâce aux bons soins d’un cabinet spécialisé dans l’optimisation fiscale.

- Le thon rouge a failli disparaître. Aujourd’hui, ce thon est entre les mains d’une poignée d’armateurs. Concentration des subventions, accaparement des quotas, bateaux libyens mystérieusement amarrés dans un port français...

Ajouter un commentaire