L'Océan à la bouche

Comment protéger 30% des océans d'ici à 2030

Les écosystèmes marins de haute mer sont (comme les forêts) une pompe biologique : ils captent le dioxyde de carbone en surface et le stockent dans les profondeurs. Sans ce service essentiel, notre atmosphère contiendrait plus de 50% de CO2 en plus, et la hausse des températures rendrait la terre inhabitable.

«50 nuances de requins»-documentaire-ARTE-capture d'écran

La France possède le deuxième domaine maritime mondial. Elle a un rôle majeur à jouer dans ce cénacle. C’est l’occasion pour elle de prendre un engagement concret, de faire preuve de courage politique pour faire de ce traité un texte qui sera assez ambitieux pour permettre la création d’un réseau de réserves marines sur au moins 30% des océans d’ici 2030.

La communauté scientifique et l’Union pour la conservation de la nature (UICN) s’accordent à dire que c’est le minimum pour préserver tous les écosystèmes marins, notamment en augmentant leur résilience. Cette protection doit permettre d’exclure de ces zones protégées les activités industrielles.

Une étude menée par Greenpeace montre qu’avec les données et les moyens actuellement à disposition il est possible de cartographier les zones océaniques à protéger, de créer un réseau de réserves marines interconnectées et représentatives de la biodiversité marine mondiale.

C’est maintenant aux responsables politiques de nous doter d’un outil juridique (et de moyens financiers et humains) assez ambitieux pour permettre la mise en place de ces réserves.

Le dossier de Greenpeace - PDF

Comment proteger 30 des oceans d ici a 2030

© Greenpeace

Découvrir les enjeux de "The United Nations Decade" pour les océans :

La décennie de l’océan a commencé ce 1er janvier

L’ONU (Organisation des Nations unies) a proclamé les années 2021 à 2030 décennie des sciences océaniques au service du développement durable. Et ça commence ce 1er janvier 2021… Avec des enjeux énormes. Lire la suite...

Ajouter un commentaire