L'U.E. accusée de "ne pas protéger les mers"

Une coalition d'ONG réclame un plan urgent pour arrêter la surpêche et sauvegarder la vie marine, car les lois existantes dans le cadre de l’U.E. ne sont pas appliquées.

La grande quantité de prises accessoires impliquées dans le «chalutage de fond» nuit à la biodiversité. © Colin MUNRO / Alamy

Un filet est remonté à la surface après avoir été traîné le long du fond marin. La grande quantité de prises accessoires impliquées dans le «chalutage de fond» nuit à la biodiversité. © Colin MUNRO / Alamy

L'interdiction fait partie d'un plan d'action en 10 points visant à «relever la barre» pour atteindre les objectifs en matière de biodiversité, qui, selon eux, ne seront pas respectés par les promesses actuelles, telles que l'engagement très médiatisé de l'année dernière par les dirigeants mondiaux lors du sommet des Nations Unies sur la biodiversité à New York pour inverser la perte de nature d'ici 2030.

Une série de lois de l'UE visant à protéger la vie marine - y compris un devoir pour les États membres de l'UE d'atteindre un «bon état environnemental» dans les mers d'ici 2020, de réaliser des écosystèmes sains et d'introduire une gestion durable des pêches - n'ont pas été appliquées, selon le groupe, qui comprend Oceana en Europe , Greenpeace et ClientEarth.

Ils préviennent que cet échec, combiné aux pressions existantes sur les mers européennes, y compris le changement climatique, risque de déclencher des changements irréversibles des conditions écologiques dans lesquelles l'humanité a évolué et prospéré.

L' appel à l'action en 10 points , que le groupe présentera aux dirigeants de l'UE, aux députés européens et aux États membres, fait suite à l' engagement d'Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, et de nombreux chefs d'État ou de gouvernement de l'UE, à inverser la perte de biodiversité en 2030.

L'appel a été publié en réponse à un projet de rapport du Parlement européen sur la stratégie de l'UE pour la biodiversité à l'horizon 2030. Ce projet de rapport, qui sera présenté jeudi à la commission de l'environnement, exprime le profond regret que l'UE n'a «ni pleinement respecté la stratégie de la biodiversité 2020 ni les objectifs mondiaux d' Aichi pour la biodiversité ».

Si les ONG ont accueilli favorablement le projet de rapport, elles ont déclaré qu'il ne va pas assez loin pour garantir l'application des lois actuelles de l'UE ou pour établir des plans d'action pour inverser la perte de biodiversité d'ici 2030.

Rebecca Hubbard, directrice du programme Our Fish, qui vise à mettre fin à la surpêche, a déclaré: «L'UE n'a pas réussi à obtenir un bon état écologique des mers de l'UE et la stratégie de l'UE en matière de biodiversité doit être mise en œuvre si nous voulons avoir une chance de la sauver et elle doit inclure les 10 points d'action que nous avons dans notre rapport.»

Elle a déclaré que l'UE n'avait pas non plus réussi à mettre fin à la surpêche et à protéger les habitats marins du chalutage de fond. «Ce que nous devons vraiment faire, c'est passer des stratégies et des objectifs à l'action et aux résultats. Les engagements, les objectifs et les accords nationaux sont importants pour définir une direction, mais si nous voulons sauver la planète, nous devons agir. »

Le plan d'action en 10 points appelle à un réseau de sanctuaires océaniques entièrement et hautement protégés couvrant au moins 30% des océans d'ici 2030 et à une amélioration drastique de la protection des pêcheries. Il exhorte l'UE à engager des ressources pour intensifier, mettre en œuvre et appliquer de manière spectaculaire la législation existante pour protéger la vie marine.

Les groupes demandent également à l'UE de réaliser des évaluations d'impact environnemental des activités de pêche, de fixer des limites de pêche avec des «tampons de précaution» pour le changement climatique et des systèmes de surveillance à distance obligatoires pour toutes les flottes de pêche.

Il appelle à des mesures visant à atténuer les prises accessoires et à protéger les eaux profondes, telles que la fermeture de zones sensibles à l'exploration d'hydrocarbures. Et il appelle à la fin des subventions à la pêche nuisibles et aux contrôles du bruit sous-marin.

Nicolas Fournier, directeur de campagne pour la protection marine à Oceana Europe, a déclaré: «La stratégie de la biodiversité de l'UE 2030 est forte sur les objectifs de protection marine, mais nous voulons que le Parlement européen augmente encore l'ambition de l'UE en matière de biodiversité, tant au niveau international que de défendre les 30% de la protection des océans et soutiennent le traité des Nations Unies pour la haute mer, mais aussi en Europe pour appeler à l'interdiction de tous les engins de pêche destructeurs à l'intérieur des aires marines protégées, à commencer par le chalutage de fond.

Moins de 1% des aires marines protégées européennes sont totalement interdites à la pêche. Le mois dernier, la Cour des comptes européenne a averti que l'UE n'avait pas réussi à mettre un terme à la perte de biodiversité marine dans les eaux européennes et à ramener la pêche à des niveaux durables.

En 2019, l'Agence européenne pour l'environnement a trouvé «des signes de stress à toutes les échelles» et a averti que l'utilisation actuelle et historique des mers européennes «faisait des ravages» sur les écosystèmes marins

L'appel à l'action intervient quelques jours à peine après les avertissements de scientifiques internationaux selon lesquels la planète est confrontée à un «avenir horrible d'extinctions massives , de dégradation de la santé et de bouleversements climatiques» qui menacent la survie humaine.

Karen MCVEIGH - © The Guardian (en anglais)

Lire aussi :

L’U.E ne parvient pas à enrayer la perte de biodiversité marine

La Cour des comptes européenne porte un regard critique sur les politiques menées par l’Espagne, la France, l’Italie et le Portugal. Avec ce travail sur l’efficacité de la protection du milieu marin, elle apporte sa contribution aux grandes conférences mondiales de 2021, en Chine, sur la biodiversité (COP15). Lire la suite…

La biodiversité marine européenne, en voie de disparition ?

La biodiversité des océans subit un déclin dangereux. Selon l'UNESCO, plus de la moitié des espèces marines du monde seraient menacées d'extinction d'ici la fin du siècle si des changements importants ne sont pas pris. Lire la suite…

Pays-Bas: la pêche électrique devient la pêche au «Karcher®»

Suite à l’entrée en vigueur du nouveau règlement européen sur les “Mesures techniques” relatives à la pêche électrique, les industriels néerlandais testent de nouvelles méthodes afin de retrouver l’efficacité radicale de la pêche électrique. Lire la suite…

Ils l’ont fait ! 6 milliards d’€uros pour détruire l’Océan

«Depuis plus de vingt ans, tous les scientifiques s'échinent à dire que financer la construction de nouveaux navires revient à financer la surpêche. En dépit des engagements pris par l'Union européenne d'interdire ce type de subventions au niveau mondial d'ici 2020, les eurodéputés relancent la machine infernale de la surpêche en Europe». Lire la suite…

La pêche électrique néerlandaise soupçonnée de fraude

Des ONG et représentants de pêcheurs ont demandé l'ouverture d'une enquête sur la pêche électrique néerlandaise, soupçonnée de fraude aux subventions européennes. Lire la suite…

Ajouter un commentaire