L'Océan à la bouche

La Réunion: un détecteur de requins pour éviter les attaques

Contre les attaques de requins sur les surfeurs de l’île de La Réunion, un dispositif innovant vient d’être installé en baie de Saint-Leu afin de détecter la présence des squales autour du célèbre spot de surf de la Gauche.

Augmentation des attaques de requins. © Getty / The Image Bank

© Getty / The Image Bank

C’est une première mondiale. L’île de La Réunion a été choisie pour tester un nouveau dispositif, le Sonar Seapix de iXblue, une technologie innovante permettant de détecter la présence de requins dans un rayon d’environ 160 mètres.

«Un record pour la détection par sonar des requins, se félicite le Centre de ressources et d'appui pour la réduction du risque requin (CRA). La détection proposée aujourd’hui par les divers dispositifs existants sur le marché international ne dépasse généralement pas quelques dizaines de mètres.»

L’impressionnante machine, sorte de grosse araignée mécanique, a été installée fin avril sur un trépied au fond de la mer, à 100 mètres du rivage, en face du spot de surf de la Gauche à Saint-Leu, à l’ouest de l’île.

Des plongeurs installent le sonar au large de Saint-Leu (île de La Réunion). © CRA : Centre de ressources et d’appui pour la réduction du risque requin

Des plongeurs installent le sonar au large de Saint-Leu (île de La Réunion). © CRA : Centre de ressources et d’appui pour la réduction du risque requin

Lors de la première phase tests pilotée en mai 2018 par le CRA, le sonar avait réussi à détecter la présence d’un jeune requin-tigre mesurant plus de 2 mètres, à 160 mètres de distance. L’objectif de la seconde phase de tests, d’une durée de quatre mois, est d’évaluer la fiabilité du système en conditions réelle : eaux peu profondes, récif corallien, sillages de bateau…

À terme, le but est de pouvoir prévenir les surfeurs et les baigneurs de la présence d’un requin à proximité afin qu’ils puissent sortir de l’eau le plus vite possible.

À La Réunion, trente attaques de requins ont été comptabilisées depuis 2011, dont dix mortelles. L’avant-dernière attaque mortelle avait justement eue lieu à Saint-Leu, en février 2017.

Si les tests s’avèrent concluants, le dispositif présentera un double avantage : la sécurisation du littoral, sans toutefois impacter la faune marine.

Marie PRIVÉ - © GEO

Lire aussi :

Filets anti-requins: les "mailles de la mort"

Ressemblant à de banals filets de pêche de 200 mètres de long sur 6 mètres ancrés face aux plages les plus fréquentées de l’est de l’Afrique du sud, ces dispositifs, pour protéger l’homme, tuent indifféremment requins, dauphins, tortues, baleines ou dugongs, dénoncent leurs détracteurs. Lire la suite...

Australie: les filets anti-requins tuent plus d’espèces menacées que de requins

En l’espace de deux mois, un seul requin a été piégé par les dispositifs mis en place à proximité des plages contre ces prédateurs des mers, alors même qu’une multitude d’autres créatures marines, qui n’étaient pas visées, ont été attrapées. Lire la suite…

Le requin est-il vraiment un mangeur d’hommes ?

Deux chercheurs avancent une nouvelle hypothèse concernant les attaques de requins: celles-ci seraient perpétrées par des spécimens avec des traits de caractères spécifiques loin d'être partagés par tous. Lire la suite…

La Réunion retire 230 000 euros d’aide à la Réserve Marine… pour financer la chasse aux requins !

La Région Réunion assure ne pas tolérer "l’inertie de la Réserve Marine" et a donc décidé de réengager 230 000 euros initialement alloués à la Réserve Marine pour financer Cap Requins, les vigies requins renforcées, et la maintenance des sites de baignade. Lire la suite…

Requins de La Réunion - L'argumentation, digne des Shadoks, du Préfet

"On ne peut pas prouver que ça serve à quelque chose, mais on ne peut pas prouver non plus que ça ne serve à rien." C'est avec cet argument digne de la devise des Shadoks, ces volatiles dont les comportements et raisonnements absurdes ont fait la joie de millions de téléspectateurs pendant sa jeunesse que monsieur le Préfet justifie le massacre de requins jusqu'au cœur de la réserve. Lire la suite...

Un bouclier anti-requin blanc pour nager en toute tranquillité ?

Ce dispositif, qui émet "un champ électrique" autour de son porteur, n'est pas létal pour les grands blancs. Il provoque simplement des spasmes musculaires qui les dissuade de de venir croquer les nageurs, selon des scientifiques australiens. Lire la suite…

Ajouter un commentaire