Une nouvelle population de baleines bleues découverte

Pouvant dépasser trente mètres de longueur et peser près de 170 tonnes, les baleines bleues sont les plus grandes créatures ayant vécu sur Terre. Avec de telles mensurations, difficile d’imaginer qu’une population entière puisse passer inaperçue pendant autant d’années. Et pourtant…

Nageoire caudale de baleine bleue. © Robert BALDWIN / Société de l'environnement d'Oman

Nageoire caudale de baleine bleue. © Robert BALDWIN / Société de l'environnement d'Oman

Toutes les baleines bleues entonnent des notes graves, mais nous savons que chaque population a ses propres partitions. Dans un article récemment publié, des chercheurs décrivent un nouveau chant qui se fait entendre de la Mer d’Arabie au sud-ouest de l’Inde, jusqu’à l’archipel des Chagos et au sud de Madagascar, dans le sud-ouest de l’océan Indien.

Une population inconnue

Le Dr Salvatore Cerchio, directeur du programme sur les cétacés du Fonds africain pour la conservation aquatique et scientifique, a enregistré ce chant pour la première fois en 2017. Il menait alors des recherches axées sur les rorquals d’Omura, dans le canal du Mozambique au large de Madagascar. La ballade était lente, hurlante, et distincte de tout autre chant de baleine jamais décrit.

Cerchio travaillait également avec une équipe recueillant des enregistrements acoustiques au large d’Oman, dans le cadre d’un effort de recherche axé sur la baleine à bosse de la mer d’Arabie, en danger d’extinction. Lors de l’analyse des données acoustiques d’Oman, l’équipe a reconnu le même chant inhabituel. Les chercheurs se sont donc interrogés, suggérant que ces notes pourraient être l’œuvre d’une population de baleines bleues inconnue évoluant dans l’océan Indien occidental.

Puis, l’année suivante, l’équipe a fait part de ses conclusions au comité scientifique de la Commission baleinière internationale (CBI), alors en train d’évaluer l’état des populations de rorquals bleus dans l’océan Indien. Les biologistes Emmanuelle Leroy et Tracey Rogers, de l’Université de la Nouvelle-Galles du Sud, à Sydney (Australie) ont alors été surpris de constater que ce chant correspondait également à ceux qu’ils avaient enregistré quelques mois plus tôt au large de l’archipel des Chagos, dans le centre de l’océan Indien.

Autrement dit, trois équipes de chercheurs distinctes avaient enregistré les mêmes notes sur trois sites différents. Cette découverte a donc suscité beaucoup d’enthousiasme et soulevé de nombreuses questions sur les mouvements de ces baleines qui, visiblement, représentent une toute nouvelle population.

© Robert BALDWIN / Société de l'environnement d'Oman

© Robert BALDWIN / Société de l'environnement d'Oman

Des résultats “très solides”

Naturellement, le fait d’identifier une nouvelle population de baleines bleues par des données acoustiques seules pourrait paraître précipité. Alex Carbaugh-Rutland, qui étudie les baleines bleues à la Texas A&M University, a toutefois souligné que ces résultats “étaient très solides“.

«Compte tenu des attributs acoustiques du nouveau type de chant rapportés ici, et de la proximité documentée d’une baleine bleue avec notre enregistreur au large d’Oman lorsque ces chants ont été enregistrés, nous concluons qu’ils ont presque certainement été produits par une baleine bleue», écrivent les auteurs de l’étude. (Endangered Species Research – https://www.int-res.com/articles/esr2020/43/n043p495.pdf)

On pense que les baleines bleues font partie des plus gros animaux à avoir jamais vécu sur Terre. Le fait que nous trouvons encore de nouvelles populations témoigne de l’immensité de l’océan, et la rareté de ces découvertes reflète quant à elle la cruauté de leur chasse.

Spectrogrammes chant baleine bleue

Spectrogrammes et distribution de la puissance spectrale pour plusieurs des nouveaux chants enregistrés : a) au large d’Oman, b) Diego-Garcia (un atoll de l’archipel des Chagos), c) Madagascar et d) mer d’Oman. © Salvatore Cerchio et al. 2020

Des échantillons génétiques pourraient permettre de le certifier. Ces travaux demanderont en revanche encore du temps dans la mesure où ces grands mammifères passent la plupart de leur temps en haute mer. La chasse à la baleine, opérée aux 19e et 20e siècles, a également éliminé des centaines de milliers de ces animaux. On estime qu’il en reste aujourd’hui entre 10.000 et 25.000 dans le monde.

Brice LOUVET - © SciencePost

Reportage

La baleine boréale, doyenne de l'Arctique

La baleine boréale peut mesurer 20 mètres, peser 100 tonnes et vivre 2 siècles. Après la chasse excessive, voilà que de nouvelles menaces pèsent maintenant sur la baleine boréale. En effet, le réchauffement climatique rapide entraîne la disparition des glaces et l’acidification des océans bouleverse la dynamique du réseau trophique. La baleine boréale souffre également des effets directs et indirects de l’intensification de l’exploration pétrolière et gazière, de la navigation commerciale et de la pêche.

Lire l'article...

La baleine boréale, doyenne de l'Arctique - Reportage Arte - 43mn

Lire aussi :

Une nouvelle espèce de baleine découverte ? (vidéo)

Des chercheurs pensent avoir trouvé une nouvelle espèce de baleine à bec jusque-là inconnue dans les eaux au large de la côte-ouest du Mexique. Lire la suite…

Cette baleine à pattes vivait sur terre et dans l'eau

Des paléontologues ont déterré sur la côte du Pérou le fossile bien conservé d'un ancêtre amphibie quadrupède des baleines, une découverte qui complète les connaissances sur la transition de ces mammifères de la terre ferme aux océans. Lire la suite…

Découverte d’une nouvelle espèce de baleine

C’est une petite baleine sombre à bec, qui nage dans les eaux du Pacifique Nord. Les baleiniers l’observaient depuis plusieurs années, mais l’espèce n’était pas reconnue. Des spécimens échoués ont permis à des scientifiques d’en savoir un peu plus sur ce mammifère marin, difficile à étudier. Lire la suite…

Découverte d’une colonie de 700 baleines bleues

Des scientifiques américains viennent de mettre en évidence la présence d’un groupe de baleines, dans les eaux de la Nouvelle-Zélande. Des cétacés d’exception, génétiquement différents de ceux des eaux voisines. Lire la suite…

Découverte d’une nouvelle espèce de baleine à bec dans le Pacifique

Après une longue enquête et l’analyse de près de 200 échantillons ADN, une équipe de scientifiques affirme avoir découvert une espèce de baleine à bec. Son nom scientifique n’a pas encore été établi et peu d’éléments sont pour le moment connus à son sujet. Lire la suite…

Ajouter un commentaire