Une grande menace pour les fonds abyssaux

Peu connu mais tristement courant. Chaque année, des navires de transport perdent des dizaines de milliers de conteneurs qui coulent au fond des océans. La pollution qu'ils génèrent est encore peu connue mais le risque écologique est massif.

5c92d48d230000a5006c2533Le navire MSC Zoe, un des plus grands porte-conteneurs au monde perd 270 conteneurs. © AFP

C’était le 1er janvier 2019. Le navire MSC Zoe, un des plus grands porte-conteneurs au monde, est touché par une tempête en pleine nuit près de l’île allemande de Borkum dans la mer Nord. Sur les 19 000 conteneurs que le bateau transporte, 270 tombent à la mer. Une trentaine seulement s’échouent au large des îles des Wadden, au nord des Pays-Bas. Ces énormes boîtes de conserve contenaient des écrans plans, des piles au lithium ou encore des jouets. Trois conteneurs contenant des composés très inflammables et toxiques n’ont pas été retrouvés.

2020 08 30 16h29 48

Cet accident n’est pas un cas isolé. Le World Shipping Council (WSC) représentant l’industrie de transport maritime, estime qu’environ 1 500 conteneurs ont disparu dans les profondeurs maritimes en 2017. Un chiffre largement contesté par les associations environnementales mais aussi par le Centre de ressources sur les pollutions accidentelles en mer (Cedre) qui évalue les pertes entre 10 000 et 15 000 conteneurs chaque année.

"Une fois à l’eau, conteneurs ou colis dérivent plus ou moins longtemps avant de couler ou, plus rarement, de s’échouer à la côte. Durant leur séjour en mer, ils présentent un danger pour la navigation ou, ayant rejoint le fond, un risque de croche pour les chalutiers", note Cedre.

Mais ce n’est pas tout. Les conteneurs peuvent provoquer une pollution sous-marine encore mal évaluée. 

Des contenus inconnus

"La perte de conteneurs en mer, bien que moins connue que le rejet d’hydrocarbure est une source de pollution très diversifiée qui ne dispose pas d’un cadre normatif suffisant", explique dans un rapport l’ONG Surfrider. "Ce phénomène a pourtant de lourdes conséquences sur l’environnement. Une fois en mer, les conteneurs deviennent des déchets et représentent une menace écologique", ajoute-t-elle.

Le naufrage du Grande America, à la suite d’un incendie, en mars 2019 aux larges des côtes françaises dans le golfe de Gascogne en est une démonstration.

Le navire, qui transportait 2 200 tonnes de fioul de propulsion, possédait également 365 conteneurs dont 45 de matières répertoriées comme dangereuses. "Des incendies comme celui du Grande America peuvent intervenir sur des navires neufs que sur des navires anciens. Le principal problème est donc le chargement: on ne sait jamais vraiment ce qu’il y a dans les conteneurs et la qualité du conditionnement des matières dangereuses", avertissait alors Yannick Le Manac’h, ancien inspecteur des affaires maritimes.

La boîte peut être source de pollution

Au-delà même des substances dangereuses qu’ils pourraient déverser, la présence de milliers de containers dans les fonds marins pose question quant à leur impact sur écosystèmes des profondeurs.

Des chercheurs du Monterey Bay National Marine Sanctuary, en Californie, ont publié une étude à ce sujet en 2014 dans la revue Marine Pollution Bulletin. Ils se sont intéressés à un conteneur perdu en 2004 par le cargo Med Taipei à la suite d’un orage.

Après sept ans de recherche ils ont constaté que la boîte s’était transformée en récif artificiel pour une partie de la biodiversité environnante. Des vers, des coquilles Saint-Jacques ou encore des escargots s’accrochaient ainsi aux parfois du container.

Mais les chercheurs ont remarqué l’absence d’éponges, méduses ou étoiles de mers. Cela pourrait venir de la toxicité de la peinture mais rien n’est encore sûr.

Marina FABRE - © Novethic

Lire aussi :

Maurice: marée noire et écosystèmes marins côtiers

Certaines fois, les catastrophes surviennent aux pires endroits possibles. C’est le cas de l’échouage du MV Wakashio sur les récifs de la côte sud-est de l’île Maurice, le 25 juillet dernier. L’épave du cargo a commencé à répandre son fioul juste devant une réserve naturelle (l’île aux Aigrettes), à quelques kilomètres d’un parc marin (Blue Bay) et proche d’une zone humide d’importance internationale (la Pointe d’Esny, site classé Ramsar). Lire la suite...

Pollution en Méditerranée après une fuite chimique

À l'Anse d'Auguette, au voisinage de Marseille, une fuite dans un bac de stockage d'un produit de traitement des eaux usées hautement corrosif a donné lieu à un épandage accidentel. Lire la suite…

Les ravages de la pêche fantôme

Le matériel de pêche tombé à l’eau représente 10% de la pollution plastique des océans, rappelle la FAO... mais 85% des déchets plastiques retrouvés sur les fonds et reliefs sous-marins. Lire la suite…

Pollution sonore: les dauphins réduits au silence

Les océans ont cessé d'être silencieux. À en croire une étude publiée dans le journal "Biology Letters", les navires sont si bruyants que les dauphins sont contraints de communiquer moins efficacement: leurs sifflements sont de moins en moins complexes. Lire la suite…

Danger écologique: ouverture de la route du Nord de l'Arctique

C'est une conséquence de la fonte des glaces qui pourrait à long terme révolutionner le fret mondial: parti en août de l'Extrême orient russe, un porte-conteneurs brise-glace danois est arrivé jeudi au large de Saint-Pétersbourg après avoir franchi l'Arctique par le Nord, du jamais vu pour un navire de cette taille. Lire la suite…

Depuis 14 ans, une fuite de pétrole pollue le golfe du Mexique

Dans le golfe du Mexique, c’est une pollution silencieuse, qui dure depuis des années… Cette fuite de pétrole, due à un glissement de terrain sous-marin provoqué par un ouragan en 2004, n’a jamais été colmatée. Lire la suite…

Un sac en plastique aperçu au point le plus profond de l’océan

Selon une récente étude, plus de la moitié des débris dans les zones à plus de 6.000 mètres de profondeur étaient en plastique, «la quasi-totalité étant à usage unique». Une des menaces les plus sérieuses pour les écosystèmes océaniques. Lire la suite…

Ajouter un commentaire