Combien de cerveaux possède un poulpe ?

Les poulpes ne sont pas des animaux comme les autres: dotés de nombreux cerveaux, le fonctionnement de leur système nerveux est totalement différent du nôtre.

Cover r4x3w1000 5f6a14ac17a1e nature 3262715 1920Les poulpes se servent merveilleusement bien de tous leurs neurones. © PIXABAY

Les poulpes (aussi appelés pieuvres) ont nourri de nombreuses légendes. S'ils ne sont pas des extraterrestres ou encore des créatures maléfiques cachées dans les profondeurs, ils n'en demeurent pas moins fascinants, notamment car ils possèdent une grande quantité de "cerveaux" et qu'ils savent parfaitement s'en servir.

Des tentacules dotés de mini cerveaux

Les caractéristiques anatomiques du poulpe sont généralement bien connues, même par les plus petits: des yeux enfoncés dans un corps souple prolongé par huit tentacules.

Mais ces derniers ne sont pas équivalents à un bras humain, loin de là. Ils contiennent tous un mini cerveau. "Cette disposition permet aux poulpes d'accomplir des tâches avec leurs bras plus rapidement et plus efficacement, explique sur le site du Muséum d'Histoire naturelle de Londres (Grande-Bretagne) Jon Ablett, le conservateur de la collection de céphalopodes.

De plus, alors que chaque bras est capable d'agir indépendamment - capable de goûter, de toucher et de bouger - le cerveau centralisé est également capable d'exercer un contrôle descendant" sur les cerveaux miniatures.

Le poulpe a donc une structure cérébrale à la fois localisée et centralisée. Selon une vidéo diffusée par la chaîne YouTube TED (visible ci-dessous avec sous-titres en français), connue pour ses conférences, les poulpes ont autant de neurones qu'un chien (la pieuvre commune en possède 500 millions).

Ils se répartissent en un réseau de "ganglions interconnectés". Le cerveau central contient 10% des neurones, les deux lobes oculaires en contiennent 30% et les tentacules en abritent 60%.

On considère qu'ils possèdent donc neuf cerveaux: un ensemble cérébral dans le corps principal et huit mini-cerveaux dans les tentacules.

Des anecdotes croustillantes

Les poulpes se servent merveilleusement bien de tous ces neurones. "Je me souviens avoir lu une anecdote sur un laboratoire où tous les poissons disparaissaient de leur aquarium, raconte Jon Ablett. Le personnel a installé une petite caméra vidéo et il s'est avéré que l'une des pieuvres sortait de son aquarium, se dirigeait vers l'autre, l'ouvrait, mangeait le poisson, fermait le couvercle, retournait dans son propre bassin et cachait la preuve" de son méfait.

Autre anecdote relatée par le magazine Scientific American: "dans au moins deux aquariums, les poulpes ont appris à éteindre les lumières en projetant des jets d'eau sur les ampoules et en court-circuitant l'alimentation". Dans l'une des universités, le coût des ampoules était devenu si conséquent que le poulpe a été relâché dans la nature.

En outre, les spécimens captifs tentent souvent de s'échapper et pour le faire, ils semblent capables de choisir le moment où on ne les regarde pas, affirment plusieurs chercheurs.

"Parmi les critères pour mesurer les intelligences, il existe des choses très cognitives et parfois chiffrées (degré de mémorisation, d'apprentissage, de compréhension, d'anticipation....) mais aussi des choses plus écologiques en lien avec l'adaptation (capacités à s'adapter à une nouvelle situation, un nouveau milieu, une raréfaction de nourritures, un bouleversement social, un handicap brutal, un petit en danger....)", expliquait à Sciences et Avenir dans un précédent article la chercheuse Emmanuelle Pouydebat, auteure du livre L'intelligence animale: Cervelle d'oiseaux et mémoire d'éléphants (Éditions Odile Jacob).

Ces poulpes ont donc fait preuve d'une certaine intelligence: contraints par leur environnement, ils se sont adaptés à celui-ci au-delà des espérances des scientifiques.

Ces céphalopodes sont également capables d'utiliser des outils. Ils sont quasiment les seuls chez les invertébrés, avec quelques insectes. En laboratoire, les poulpes sont capables d'utiliser des outils pour récupérer des récompenses et dans la nature, ils utilisent des pierres, des coquillages et même des morceaux de verre traînant dans le fond des océans pour protéger l'entrée de leur abri. (1)

Des études ont également montré que les poulpes sont capables de distinguer les individus d'une autre espèce, y compris les humains. Gare à vous si vous laissez un mauvais souvenir à l'un d'entre eux.

Anne-Sophie TASSART - © Sciences et Avenir (abonnés)

(1) "Cric-crac dans ma barraque" - 

Lire aussi :

La seiche flamboyante montre ses belles couleurs (vidéo)

La plupart du temps la seiche flamboyante (Metasepia pfefferi) n'est pas si flamboyante que ça. Elle se fond dans son environnement en arborant une couleur sable puisqu'elle vit proche des fonds sableux… Voir la vidéo...

Le calmar est capable de modifier son propre code génétique

Le calmar est un animal fascinant, qui ne cesse de surprendre les biologistes marins par ses capacités cognitives. Des chercheurs ont récemment découvert que ce céphalopode est doté d’une autre faculté hors norme: il est capable de modifier son propre code génétique, non seulement dans le noyau des cellules neuronales, mais aussi dans les fibres nerveuses qui conduisent le signal. Une première dans le monde animal. Lire la suite…

L’intelligence des céphalopodes

Ces espèces possèdent trois cœurs, des millions de neurones, un système sensoriel hors normes et une capacité à s’organiser en cité. Découvrez les surprenantes propriétés des céphalopodes, et notamment des calamars, dans ce nouveau billet du blog «Aux frontières du cerveau» (CNRS). Lire la suite…

Comment les céphalopodes voient les couleurs... sans les voir

Les céphalopodes sont capables de changer de couleur pour se camoufler alors qu’ils voient en noir et blanc. Comment font-ils ? Lire la suite…

Ajouter un commentaire