Inauguration polémique d’un chalutier géant à Concarneau

C’est un mastodonte bourré d’innovations que l’armement France Pélagique a inauguré vendredi à Concarneau (Finistère). Le chalutier-usine fait cependant l’objet d’une vive polémique, des organisations environnementales dénonçant un type de pêche «incompatible avec le maintien de la ressource et des emplois».

Scombrus

Le chalutier-usine Scombrus, le 24 septembre 2020 à Concarneau. © Fred TANNEAU / AFP

Le tout nouveau navire de la première entreprise de pêche en France d’espèces pélagiques -ne vivant pas sur le fond- a été présenté jeudi à la presse. Son directeur général a vanté les « innovations majeures » dont est doté le navire de 81 mètres de long et 17 de large.

«Nous faisons un grand saut technologique avec la mise en service de ce bateau», s’est félicité Geoffroy Dhellemmes, fils et petit-fils d’armateurs. «De nombreuses tâches sont automatisées à bord», a détaillé le dirigeant, expliquant par ailleurs que le poisson était peu manipulé, améliorant ainsi sa qualité.

Le navire, qui a réalisé sa première marée début août, dispose d’une double propulsion diesel-électrique. Sa manœuvrabilité est ainsi améliorée et le bruit et la consommation réduits.

Le processus de congélation a lui aussi été amélioré et en matière de confort et de sécurité, il est notamment doté d’un pont arrière semi-fermé protégeant les marins lorsque la mer est grosse. Il dispose aussi d’une salle de sport…

L’arrivée de ce nouveau navire est cependant critiquée par des associations environnementales qui devaient mener une action à Concarneau vendredi, à l’appel notamment de Pleine Mer et Bloom, sous la forme de «funérailles de la pêche artisanale et des ressources marines».

France Pélagique «fait partie du lobby de la pêche industrielle néerlandaise et défend avec ferveur des méthodes de pêche incompatibles avec le maintien de la ressource et des emplois», dénonce l’association Pleine Mer dans un communiqué.

L’armement est une filiale du groupe néerlandais Cornelis Vrolijk, un acteur important de la pêche en Europe.

Pour l’association Bloom, il s’agit de «défendre la petite pêche côtière», contre «l’industrialisation du secteur, synonyme du pillage des écosystèmes marins, de l’accaparement des quotas, du mépris du bien commun et de la disparition des pêcheurs artisanaux».

«200 tonnes de poisson par jour»

«Le Scombrus peut pêcher à lui tout seul 200 tonnes de poisson par jour, alors qu’un bateau de moins de 12 mètres autour de quelques tonnes par an», assure Charles Braine, président de Pleine Mer.

La pêche pélagique «est extrêmement réglementée», se défend Geoffroy Dhellemmes, assurant que le navire ramène dans ses entrailles 120 tonnes de poisson par jour. «Nous ne pouvons pas pêcher ce que nous voulons», insiste-t-il, évoquant les quotas imposés par l’Union européenne.

«C’est un mauvais procès qu’on nous fait,» estime le dirigeant. «Nous ne pêchons pas les mêmes espèces, ni dans les mêmes eaux» que les pêcheurs artisanaux, explique-t-il, soulignant que les poissons pêchés par son armement n’ont pas la faveur des consommateurs français.

Ses deux navires usine débarquent au Pays-Bas des harengs, du maquereau, du chinchard, du merlu bleu et de la sardine, après les avoir pêchés au large de l’Irlande, de l’Angleterre, de l’Écosse et dans le Golfe de Gascogne. Ils partent ensuite pour l’Afrique, l’Asie, le Japon et l’Europe de l’Est.

Concernant les prises accidentelles, l’armement assure qu’elles représentent moins de 1% du total de poissons péchés.

Les chaluts pélagiques -long de 300 mètres pour le Scombrus- sont notamment accusés d’être responsable de la mort de nombreux dauphins.

«On en voit un de temps en temps, mais c’est très rare», assure Denis Thomazeau, second capitaine du chalutier. Le chalut est doté «d’une trappe de sortie pour les gros poissons», explique-t-il, faisant état également de l’utilisation de dispositifs acoustiques, appelés «pinger», destinés à éloigner les cétacés et autres mammifères marins des chaluts.

«Ce sont 750.000 repas par jour dans le monde que nous fournissons grâce à la pêche pélagique que nous fournissons», assure encore M. Dhellemmes.

© AFP / 2020

«Funérailles interdites: le pouvoir à la botte de l’industrie néerlandaise»

La sentence est tombée, irrévocable. Les Funérailles de la pêche artisanale, co-organisées par BLOOM, LIFE, la Plateforme de la Petite Pêche et Pleine Mer et qui devaient réunir de nombreux pêcheurs et citoyens pour dénoncer le baptême du chalutier géant SCOMBRUS de 81 mètres, ont été interdites par arrêté préfectoral.

La raison officiellement invoquée est le risque de trouble à l’ordre public, ce qui est pour le moins curieux pour un événement s’annonçant pacifique.

Notre analyse est toute autre, puisque le bruit court, y compris en provenance du principal protagoniste France Pélagique, que des menaces auraient été reçues. Pourtant, aucune plainte n’a été déposée, ni aucune menace repérée sur les réseaux sociaux.

«Dans la droite lignée de l’arrivée sous escorte de la gendarmerie maritime du SCOMBRUS à Concarneau hier, et de sa zone d’amarrage surveillée par les forces de l’ordre et interdite d’accès, la préfecture du Finistère se met à son tour au service des intérêts privés néerlandais» s’offusque Frédéric Le Manach, directeur scientifique de BLOOM.

«C’est un scandale de détourner ainsi nos impôts et nos services publics pour bâillonner la parole des pêcheurs artisans français et des citoyens. Le signal envoyé aux citoyens et aux pêcheurs est très mauvais, et cette décision ne risque certainement pas d’apaiser les tensions entre les pêcheurs artisans et leurs fossoyeurs, État inclus» continue Charles Braine, Président de Pleine Mer.

A poil

Tandis que France Pélagique inaugure en grande pompe le Scombrus, chalutier géant de 81 mètres qui, malgré les assertions de la société, peut pêcher 200 tonnes par jour de poissons (les mêmes que ceux ciblés par la petite pêche), les pêcheurs artisans sont abandonnés et À Poil. © BLOOM Association

© BLOOM Association

Lire aussi :

France: Les dauphins meurent désormais tout au long de l’année

Habituellement cantonnés à l’hiver, les échouages de dauphins communs interviennent désormais (aussi) en été. Et le nombre de mammifères marins tués dans des filets de pêche ne cesse d’augmenter. Lire la suite…

Pays-Bas: la pêche électrique devient la pêche au «Karcher®»

Suite à l’entrée en vigueur du nouveau règlement européen sur les “Mesures techniques” relatives à la pêche électrique, les industriels néerlandais testent de nouvelles méthodes afin de retrouver l’efficacité radicale de la pêche électrique. Lire la suite…

La France décide de sauver les dauphins… en les affamant !

Le gouvernement a adopté un plan de protection des cétacés, prévoyant notamment l’installation de répulsifs acoustiques sur les filets de pêche pour éviter que les dauphins se prennent dedans. Lire la suite…

Six milliards d’euros pour détruire l'océan

24 des 27 députés membres de la Commission de la pêche du Parlement européen ont voté le Règlement qui déterminera l’allocation de plus de 6 milliards d’euros de subventions publiques au secteur de la pêche, à l’aquaculture et à la protection de l’environnement marin pour la période 2021 à 2027. Lire la suite…

Surpêche : un nouveau rapport rappelle l’urgence de la situation !

Dénoncées depuis plusieurs années déjà, les pratiques liées à la surpêche n’ont pas tendance à baisser, bien au contraire. La situation est plus que préoccupante pour les écosystèmes des océans ainsi que pour les populations vivant de la pêche au quotidien, selon une célèbre ONG qui dénonce également le gaspillage. Lire la suite…

La surpêche videra les océans d'ici 2050 selon le WWF… (mais la solution phare soutient la pêche industrielle !)

Selon le WWF, d'ici 2050 la surpêche aura en grande partie décimé les réserves de poissons. Pour y remédier, l'ONG propose un guide pour repenser sa consommation (dont la mise en avant du label MSC attribué aux pêches industrielles). Lire la suite…

Ajouter un commentaire