Norvège: la demande de viande de baleine augmente !

Après des années de déclin, la demande de viande de baleine en Norvège augmente, bien que les militants écologistes aient averti que l'assouplissement des réglementations pourrait nuire au bien-être des animaux.

Chasse baleine2Avec le Japon et l’Islande, la Norvège fait partie des trois derniers pays à chasser la baleine. © Greenpeace

La Norvège reste l'un des trois seuls pays à autoriser publiquement la chasse commerciale à la baleine, avec le Japon et l'Islande. Une grande partie des prises est envoyée au Japon , où la demande est élevée, mais pour la première fois depuis des années, les entreprises ont signalé un intérêt accru pour la consommation de viande de baleine dans le pays.

Quatre cent quatre-vingt-quatre petits rorquals ont été tués jusqu'à présent cette année, soit moins de la moitié du quota annuel de 1 278. Le total de 429 baleines capturées l'année dernière était le plus bas depuis des décennies.

La flotte est également en déclin, avec seulement 12 navires participant à la chasse cette année, contre 34 en 2004.

Cependant, pour tenter d'élargir la flotte baleinière, le gouvernement norvégien a assoupli les exigences de participation à la chasse aux petits rorquals cette année.

Odd Emil Ingebrigtsen, ministre norvégien de la pêche, a déclaré: «Il est très positif que nous assistions à une augmentation des captures et de la demande de produits cette année.»

«Les modifications s'inscrivent dans le cadre d'un effort général visant à introduire des réglementations opportunes et efficaces dans les réglementations norvégiennes sur la pêche.»

Les obstacles inutiles à la participation aux activités de chasse à la baleine ont ainsi été supprimés.

Les écologistes critiquent depuis longtemps la tradition de la chasse à la baleine en Norvège. Kate O'Connell, consultante en animaux marins à l'Animal Welfare Institute, a déclaré que la réglementation plus souple soulevait des inquiétudes pour le bien-être des baleines tuées.

«Exiger qu'une seule personne à bord d'un navire baleinier ait une expérience de la chasse à la baleine, et même alors seulement dans l'une des six années précédentes, est terriblement insuffisant pour assurer une mort instantanée des baleines», a-t-elle déclaré.

Ingebrigtsen a déclaré que «les changements ont été apportés sans compromettre la concentration stricte sur le bien-être animal et la durabilité de la chasse à la baleine».

Bien que la viande de baleine ne constitue pas une partie importante du régime alimentaire norvégien, elle reste une source de viande populaire dans certaines régions.

Hopen Fisk, une société basée dans la région du nord des Lofoten, a signalé un intérêt accru pour la viande de baleine et a vendu son stock annuel en juillet.

1476La viande de baleine dépecée par les bouchers à Skrova, Norvège. © Greenpeace

Roy Størkersen, le directeur du bureau de Hopen Fisk, a déclaré qu'il pensait que la récente hausse pourrait être liée à un intérêt accru pour la cuisine locale et aux consommateurs de plus en plus fatigués de la viande produite industriellement comme le bœuf et le porc.

Un intérêt croissant pour la viande de baleine norvégienne s'est également manifesté au niveau international. L'année dernière, 200 tonnes de viande de baleine ont été exportées vers le Japon, d'une valeur d'environ 13 millions de couronnes (1,1 million de livres sterling)

Un porte-parole de l'Agence japonaise des pêches a déclaré: «Bien que le Japon ait repris la chasse commerciale à la baleine en juillet 2019, il semble que l'intérêt pour la viande de baleine importée de Norvège n'ait pas diminué. Nous considérons plutôt que les importations en provenance de Norvège et d'Islande continueront de répondre à la demande croissante sur son marché intérieur au Japon.»

La chasse commerciale à la baleine a été interdite dans le monde il y a plus de 30 ans. Cependant, la Norvège s'est formellement opposée au moratoire de la Commission baleinière internationale (CBI) en 1986, ce qui signifie qu'elle n'est pas formellement liée par celui-ci.

Il y a plus de 100 000 petits rorquals à l'état sauvage, et ils ne sont pas considérés comme une espèce en danger par l'Union internationale pour la conservation de la nature. Cependant, les militants ont exhorté les autres pays baleiniers à mettre fin à cette pratique.

O'Connell a déclaré: "Plutôt que de chercher à assouplir les réglementations afin d'élargir la flotte baleinière, nous pensons que la Norvège devrait reconnaître que la chasse à la baleine n'est plus une industrie nécessaire et s'abstenir d'émettre des quotas au mépris du moratoire sur la chasse commerciale de la CBI."

© The Guardian

Lire aussi :

Norvège: Les baleiniers repartent en chasse

Alors que le monde fait face à une pandémie et lutte contre le coronavirus, les baleiniers norvégiens ont repris (ironiquement) la mer le 1er avril pour massacrer des baleines. Lire la suite…

Aux Féroé, la chasse aux cétacés a repris malgré le Covid

Un temps menacée d’annulation pour cause de coronavirus, la chasse controversée aux grands dauphins a débuté cette semaine aux îles Féroé, avec un premier «grind» qui a coûté la vie à près de 300 petits cétacés. Lire la suite…

Islande: Les quotas de chasse à la baleine réévalués

Le ministre de la Pêche et de l’Agriculture, Kristjan Thor Juliusson, a annoncé que le quota annuel serait de 209 prises pour le rorqual commun, contre 161 en 2018. Actuellement fixé à 262, celui pour la baleine de Minke (aussi appelé petit rorqual) va en revanche passer à 217. Lire la suite…

Le Japon reprend officiellement la chasse commerciale des baleines

Le Japon a annoncé mercredi son retrait de la Commission baleinière internationale (CBI) dans le but de reprendre la chasse commerciale dès juillet prochain, défiant ouvertement les défenseurs des cétacés 30 ans après y avoir mis fin, du moins sur le papier. Lire la suite…

Chasse à la baleine: la Norvège augmente ses quotas de 30%

La Norvège a fixé à 1.278 le nombre de baleines susceptibles d'être harponnées dans ses eaux en 2018, une hausse de 28% par rapport à l'an dernier pour tenter de relancer une activité qui semble péricliter. Lire la suite…

Ajouter un commentaire