L'Arctique entre dans un nouvel état climatique

Autour du pôle Nord, les effets du réchauffement climatique se font durement ressentir. De l'eau de mer et de la pluie plutôt que de la glace et de la neige. C'est le glissement que connaît actuellement la région. À tel point que les chercheurs parlent de revoir la définition de ce que nous appelons un climat arctique.

2020 09 16 14h32 41© Chlorophille / Adobe stock

Chaque année, de nouveaux records de température sont établis dans la région. En juin dernier, le mercure est même monté à 38 °C en Sibérie. Et toutes les mesures le confirment : l'Arctique se réchauffe deux à trois fois plus vite que le reste du monde. De quoi faire de la région, l'épicentre du réchauffement climatique.

L'amplification arctique à l'œuvre

Hier encore, une mauvaise nouvelle nous est arrivée du Groenland. Un iceberg de la taille de Paris, soit 113 kilomètres carrés, s'est détaché du glacier 79N. «Ces dernières années, nous avons enregistré des températures incroyablement élevées dans le nord-est du Groenland», note Jenny Turton, chercheur, dans un communiqué de l'institut géologique du Danemark.

Et aujourd'hui, «nous devrions être très préoccupés par ce qui ressemble à une désintégration progressive de la plus grande plateforme de glace restante de l'Arctique», souligne Jason Box, glaciologue.

2020 09 16 14h38 54Pour expliquer le réchauffement plus rapide de l’Arctique, les chercheurs invoquent le phénomène d’amplification arctique. Il se produit parce que la glace de mer de couleur claire, qui réfléchit la chaleur dans l’espace, est remplacée par de l’eau de mer plus sombre, qui emprisonne la chaleur. De plus, les eaux océaniques relativement chaudes ne sont plus protégées en hiver aussi efficacement par les propriétés isolantes de la glace de mer épaisse.

Dans le même temps, des chercheurs du Centre national de recherche atmosphérique (NCAR - États-Unis) nous apprennent que l'Arctique s'est maintenant réchauffé de manière tellement significative que les variations annuelles de ses conditions météorologiques dépassent les limites des fluctuations passées.

La région a commencé à basculer dans un état climatique totalement différent de celui dans lequel elle se trouvait jusqu'alors.

5327026dec 50167582 arctique nouvel etat climatLes projections proposées ici sont basées sur un scénario d’émissions de gaz à effet de serre pessimistes (RCP 8.5). Les chercheurs du Centre national de recherche atmosphérique (NCAR – États-Unis) notent qu’une réduction des émissions pourrait réduire l’ampleur du changement climatique dans l’Arctique. © Simmi SINHA / NCAR

Glace de mer, températures et précipitations redéfinissent le climat de l’Arctique

Se basant sur des centaines d'observations et de simulations -- pour distinguer la variabilité naturelle d'une possible transition vers un nouvel état climatique --, les chercheurs ont d'abord défini statistiquement les limites de ce que l'on peut donc désormais appeler «l'ancien Arctique».

Puis, ils ont établi à quel moment le réchauffement climatique anthropique poussera la région au-delà de ces limites. D'une manière suffisamment significative pour parler de nouvel état climatique.

2020 09 16 14h44 36

Considérant la variable glace de mer, les chercheurs estiment que l'Arctique a basculé dans un climat différent de celui qu'il était auparavant dès la fin du XXe ou le début du XXIe siècle.

Dans un scénario d'émissions de gaz à effet de serre élevées, la région pourrait apparaître libre de glace pendant 3 à 10 mois par an d'ici la fin de notre siècle.

Changer notre définition du climat arctique

Les températures de l'air, quant à elles, ne devraient entrer dans le cadre de ce nouveau climat que dans la première moitié ou au milieu du XXIe siècle. Et les précipitations devraient basculer vers une augmentation de la durée de la saison des pluies de 20 à 60 jours au milieu du XXIe siècle à 60 à 90 jours à la fin.

Certaines régions de l'Arctique pourront alors être arrosées par les pluies -- et non plus par la neige -- tout au long de l'année.

«L'Arctique est susceptible de connaître des extrêmes de glace de mer, de température et de précipitations qui sont loin de tout ce que nous avons connu auparavant, assure Laura Landrum, auteure principale de l'étude, dans un communiqué du NCAR. Nous devons changer notre définition de ce qu'est le climat arctique.»

Nathalie MAYER - © Futura Sciences

Lire aussi :

L’acidification de l’océan Arctique plus importante que prévu

Des chercheurs ont étudié l’acidification future de l’océan Arctique en appliquant une nouvelle technique d’analyse des simulations climatiques. Ils ont ainsi pu mettre en évidence une relation entre la densité des eaux de surface de l'Arctique et son acidification future. Lire la suite…

Des vagues de plus en plus extrêmes affectent l’Arctique

Avec le recul de la banquise, les vagues deviennent de plus en plus extrêmes à proximité du bassin arctique. Une évolution inquiétante quand on sait l’érosion et les dégâts qu’elles peuvent provoquer au niveau des littoraux. Et cette tendance est amenée à s’accélérer selon des résultats publiés par le Journal of Geophysical Research. Lire la suite…

La fonte de l’Arctique affecte les courants océaniques

En Arctique, le réchauffement climatique apparaît deux fois plus rapide que la moyenne mondiale. Et en 2019, l'extension minimale des glaces de mer a été inférieure de 33 % à la moyenne de 1981-2010. Selon des chercheurs, cette situation anormale pourrait affecter les courants océaniques et plus encore. Lire la suite…

La fonte du Groenland: "ça fait peur"

Mesurer la fonte des glaces au Groenland ou en Antarctique est un exercice relativement précis en 2019, grâce à un arsenal de satellites, de stations météo et de modèles climatiques sophistiqués. Lire la suite…

Fonte de l’Arctique: une boîte de Pandore climatique et sanitaire

On parle beaucoup de la fonte de la banquise. Moins du dégel du pergélisol (permafrost en anglais). Les sols gelés du permafrost menacent, en fondant, de libérer des virus oubliés et des milliards de tonnes de gaz à effet de serre (GES) qu'ils emprisonnent depuis des millénaires, au risque notamment d'accélérer le réchauffement climatique. Lire la suite…

Ajouter un commentaire