Un pétrolier pourrait déverser 1,3 million de barils de brut

Un pétrolier vénézuélien endommagé menace de déverser 1,3 million de barils de brut qu’il contient dans les eaux qui séparent le Venezuela et Trinité-et-Tobago, affirment l’opposition vénézuélienne et des responsables du secteur pétrolier, qui redoutent une "catastrophe environnementale".

49af5e462f8504fb0338928e033abcb8cc167129

Capture vidéo diffusée le 22 octobre 2020 par l'ONG Fishermen and Friends of the Sea d'un pétrolier vénézuélien endommagé menaçant de déverser 1,3 million de barils de brut qu'il contient dans les eaux qui séparent le Venezuela et Trinité-et-Tobago. © ESN/AFP

Le Nabarima est ancré dans le golfe de Paria, entre les côtes vénézuéliennes et celles de Trinité-et-Tobago, depuis plusieurs mois. Sur une vidéo datée du 16 octobre et diffusée par l’ONG Fishermen and Friends of the Sea, on peut voir le Nabarima, un navire destiné au stockage d’hydrocarbures de 264 m de long, fortement incliné.

Selon Eudis Girot, un responsable syndical du secteur pétrolier vénézuélien, le Nabarima connaît de graves problèmes de maintenance depuis 2014. Mais, a-t-il affirmé à l’AFP, ces problèmes «ont été ignorés» par PDVSA, la compagnie pétrolière publique vénézuélienne.

Le 12 août, a poursuivi M. Girot, plusieurs employés de PDVSA avaient déjà rapporté que le navire avait pris une inclinaison de 8%. De même source, la salle des machines est inondée et les pompes de cale hors service.

«Si le pétrole n’est pas transvasé, et quand bien même le Nabarima pourrait être stabilisé, on risque en permanence une catastrophe environnementale», s’est alarmé le député d’opposition Robert Alcala auprès de l’AFP.

Le Nabarima appartient à Petrosucre, une entreprise détenue à 74% par PDVSA et à 26% par l’italien Eni.

Selon Luis Stefanelli, un autre député d’opposition, deux embarcations, l’Icaro et l’Inmaculada, auraient été envoyées sur zone par PDVSA pour tenter de décharger le pétrole contenu dans le Nabarima, une mesure que le géant pétrolier vénézuélien n’a ni confirmée, ni infirmée.

En septembre, des défenseurs de l’environnement avaient déjà alerté sur l’état de délabrement du Nabarima. PDVSA avait réagi en qualifiant ces informations de «fake news».

D’après Eudis Girot, PDVSA et Eni affirment que les sanctions américaines à l’encontre du Venezuela rendent difficiles les opérations de transvasement du pétrole du Nabarima.

Les écoulements incontrôlés de pétrole sont fréquents au Venezuela en raison du manque d’entretien, voire de l’abandon, des infrastructures.

La production, de loin la plus grande source de revenus du Venezuela, est passée de 3,2 millions de barils par jour il y a douze ans à 400.000 barils par jour aujourd’hui.

L’opposition vénézuélienne et les analystes pointent du doigt la corruption et la gabegie pour expliquer cet effondrement. Le gouvernement socialiste de Nicolas Maduro met en avant l’embargo américain sur le brut vénézuélien.

© AFP

Lire aussi :

Sri Lanka: 270.000 tonnes de pétrole remorquées au large

Le pétrolier battant pavillon panaméen, touché par un incendie finalement maîtrisé, qui faisait craindre une marée noire de grande ampleur dans l’océan Indien, a été remorqué au large des côtes du Sri Lanka, ont indiqué samedi les sauveteurs. Lire la suite…

Une grande menace pour les fonds abyssaux

Peu connu mais tristement courant. Chaque année, des navires de transport perdent des dizaines de milliers de conteneurs qui coulent au fond des océans. La pollution qu'ils génèrent est encore peu connue mais le risque écologique est massif. Lire la suite…

Du méthane s’échappe de puits abandonnés en mer du Nord

En mer du Nord, des fuites importantes de méthane ont été observées autour de puits de pétrole ou de gaz abandonnés. Ces fuites pourraient contrecarrer nos efforts visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre. Lire la suite…

Catastrophe écologique imminente en mer Rouge

L’ONU met en garde contre le risque d’une «catastrophe écologique imminente» en mer Rouge: le pétrolier «Safer» a été abandonné avec 1,14 million de barils de brut à son bord depuis le début de la guerre au Yémen. Les Nations unies espèrent pouvoir envoyer des experts sur place en août pour éviter une marée noire. Lire la suite…

Brésil: impuissance et désarroi face à la marée noire

La mystérieuse marée noire qui touche plus de 2.000 km de côtes du nord-est du Brésil continue de souiller des plages paradisiaques sans que les autorités ne parviennent à contenir son avancée ni à en quantifier l'impact écologique, économique ou sanitaire. Lire la suite…

Ajouter un commentaire