L'Océan à la bouche

5 novembre

  • Après un périple de 40.000 km, dernière transmission de Yoshi

    Trois ans après avoir été relâchée en Afrique du Sud, la tortue caouanne prénommée Yoshi a envoyé sa dernière transmission après un périple de plus de 40.000 kilomètres jusqu'en Australie. La femelle avait été relâchée en décembre 2017 et était depuis suivie à la trace.
  • Vers une disparition de la baleine noire de l'Atlantique Nord ?

    Une nouvelle modélisation indique qu'il n'en resterait plus que 356 - contre 409 l'année dernière. Quant aux quelques 70 femelles reproductrices estimées, elles pourraient disparaître dans 10 à 20 ans.
  • Sauvetage réussi pour 120 des globicéphales échoués

    Après une opération de sauvetage nocturne exténuante, volontaires et sauveteurs ont réussi à remettre à l'eau au moins 120 des "dauphins-pilotes" qui s'étaient échoués sur la côte Ouest du Sri Lanka.
  • Elles manquent de se faire avaler par une baleine

    Deux Américaines ont eu la peur de leur vie. Une baleine à bosse (Megaptera novaeangliae) en chasse a bien failli les engloutir, elles, ainsi que leur kayak.
  • Menace sur des colonies de manchots et de phoques

    Le plus grand iceberg au monde (mille milliards de tonnes) pourrait heurter une île reculée de l'Atlantique Sud, refuge de milliers de manchots et de phoques qui pourraient ne plus être en mesure de se nourrir correctement.
  • Pêche: émissions de CO2 liées à la mort des poissons capturés

    Une équipe de chercheurs a chiffré les émissions de carbone liées à la mort des poissons hors de l’eau. Un kilogramme de poisson capturé émet ainsi 460 grammes de CO2. Ce phénomène augmente de 25 % l’empreinte carbone de la pêche, dont une grande partie dépend du carburant utilisé par les chalutiers et autres bateaux.
  • Appel aux dons pour loger des milliers de bernard-l'ermite

    La population de bernard-l’ermite a bondi sur des îles thaïlandaises désertées par les touristes depuis la pandémie de coronavirus et ces crustacés voleurs de coquille ne trouvent plus d’abris en nombre suffisant, ce qui a conduit les autorités à lancer un appel aux dons de coquillages.