L'Océan à la bouche

Ces plastiques qui étouffent les animaux marins

Dans un rapport, l'ONG américaine Oceana décrit l'impact cumulé de la pollution plastique sur la faune marine aux États-Unis durant la dernière décennie. Plus de 900 espèces, incluant oiseaux et poissons, sont concernées par le problème.

Le catalogue des plastiques qui etouffent les animaux marins

Une petite tortue sur une plage de Floride, la tête enserrée dans un article en plastique © Gumbo Limbo Nature Center Inc. / AFP

Un lamantin en Floride a avalé tant de sacs plastiques qu'il avait une boule de la taille d'un melon dans l'estomac, une autre dans les intestins, et il est mort. Un bébé tortue avait ses fragiles intestins perforés par de multiples fragments plastiques de quelques millimètres.

Ce sont quelques-uns des près de 1.800 cas de tortues et mammifères marins ayant avalé ou s'étant retrouvés emmêlés dans des objets en plastique au large des côtes américaines depuis 2009, selon un rapport de l'ONG américaine Oceana publié jeudi, et qui tente de décrire l'impact cumulé de la pollution plastique sur la faune marine aux Etats-Unis dans la dernière décennie, malgré la généralisation des gestes de recyclage.

Les objets les plus fréquemment ingérés par les animaux sont les lignes de pêche, les emballages alimentaires, les sacs plastiques, les ballons et les bâches. Les liens en plastique et les ballons avec ficelles sont les coupables les plus fréquents d'emmêlement des animaux.

Plus de 900 espèces, incluant oiseaux et poissons, sont concernées par le problème, dont de très nombreuses protégées et en voie d'extinction, écrit Oceana dans son étude.

Pour les tortues et les mammifères, des lois obligent les agences publiques à enregistrer chaque incident observé dans des bases de données mais ces informations n'étaient pas compilées, jusqu'à ce que l'ONG les interroge et comptabilise les incidents.

"Il y a sans doute bien plus de cas qui n'ont pas été observés", dit à l'AFP l'autrice principale de l'étude, Kimberly Warner, scientifique chez Oceana.

Un rapport pour changer le comportement des gens

L'ONG veut que le rapport, bien que non exhaustif, serve de "catalyseur" pour changer le comportement des gens.

Parmi les tortues ingérant du plastique, 20% étaient des bébés. "Juste après avoir brisé leur coquille, lors de leur premier voyage vers l'océan, ils mangent déjà du plastique qui se trouve sur nos plages", dit Mme Warner.

2020 11 23 19h03 57

Phoque prisonnier d’un filet de pêche. © WWF / Getty Images

Quand les animaux meurent, c'est souvent par le blocage de leurs intestins, qui empêche les animaux de se nourrir. Ou bien une sorte d'anneau en plastique enserre le cou des animaux et les étouffe à mesure qu'ils grandissent. "Ils ne peuvent plus respirer".

"Et parfois, c'est le poids des articles dans lesquels ils sont coincés qui les empêche de remonter à la surface pour respirer", ajoute l'experte.

Les sources de pollution sont difficiles à comptabiliser: des déchets légers qui s'envolent des côtes et des plages, des décharges mal fermées ou des déchets exportés par navire et dont une partie tombe en mer.

La solution passe sans doute par ces trois domaines, et en amont par une réduction de notre dépendance au plastique. "Les entreprises emballent tout en plastique", se lamente la chercheuse.

© AFP

Lire aussi :

Des tortues prises dans une marée géante de plastiques

Une marée de déchets plastiques a envahi l'une des plus longues plages du monde, déclenchant une course pour sauver des tortues marines. Lire la suite…

100 kilos de plastique dans le ventre d’un cachalot

Le mammifère marin est mort après s'être échoué sur la plage d'une île écossaise. Dans son ventre, ce sont 100 kg de filets de prêche et de déchets plastiques qui ont été retrouvés. Lire la suite…

La pollution plastique décime les bernard-l’ermite

Aux îles Cocos, territoire australien de l’océan Indien, les bernard-l’ermite élisent domicile dans des coques et contenants en plastique échoués, au lieu de se réfugier dans des coquilles naturelles. Résultat, ces crustacés sont plus d’un demi-million à mourir chaque année, piégés par les déchets. Et ce ne serait pas un phénomène isolé. Lire la suite…

95% des pétrels fulmars morts ont ingéré du plastique

Au Danemark, 95% des pétrels fulmars, aussi appelés fulmars boréals, un oiseau marin caractéristique des eaux froides, retrouvés morts sur les plages ont du plastique dans l'estomac, rapporte l'Agence danoise de protection de l'environnement. Lire la suite…

40 kilos de plastique découverts dans le ventre d'une baleine

Une baleine a été retrouvée échouée samedi 16 mars sur une plage des Philippines. Après autopsie, les autorités ont découvert plus de 40 kg de plastique dans son estomac. Lire la suite…

Thaïlande: un dauphin-pilote meurt après avoir avalé 80 sacs en plastique

Un globicéphale est mort après avoir ingurgité plus de 80 sacs en plastique dans le sud de la Thaïlande, ont annoncé des responsables, après une vaine tentative de sauvetage du mammifère. Lire la suite…

Les coraux, malades du plastique

Menacés par le réchauffement climatique, l’acidification des océans, les méthodes de pêche destructives ou le tourisme de masse, les coraux le sont aussi, à grande échelle, par les déchets plastiques polluant les mers. Lire la suite…

Ajouter un commentaire