L'Océan à la bouche

Fonte des glaciers du Groenland: toujours plus vite !

Les trois plus importants glaciers du Groenland, qui contient suffisamment d'eau pour faire monter le niveau de la mer de plus d'un mètre, pourraient fondre plus vite que même les prédictions les plus alarmistes l'estimaient.

2793712ea74764f27b1b4ba192988a7e3cc5a3ef

© Jonathan NACKSTRAND / AFP-Archives

Les auteurs de l'étude publiée dans Nature Communications ont utilisé des images historiques et de nombreuses autres données pour estimer la glace perdue pendant le XXe siècle par ces trois glaciers, Jakobshavn Isbrae, Kangerlussuaq et Helheim.

Ils ont estimé que le glacier Jakobshavn Isbrae avait perdu plus de 1.500 milliards de tonnes de glace entre 1880 et 2012, tandis que le Kangerlussuaq et Helheim avaient perdu respectivement 1.381 et 31 milliards de tonnes entre 1900 et 2012.

Cette fonte a déjà contribué à plus de 8 millimètres d'élévation du niveau des océans, ont-ils écrit.

"Les mesures historiques réalisées au XIXe et au XXe siècle pourraient cacher d'importantes informations qui peuvent améliorer de façon importante nos futures projections", a indiqué à l'AFP Shfaqat Abbas Khan, de l'université technique du Danemark, notant que les photos prises avant l'ère des satellites étaient également importantes pour évaluer cette fonte des glaces du passé.

Les experts climat de l'ONU (GIEC) estiment que la fonte des glaces, venue des glaciers ou des calottes, pourrait faire monter le niveau des mers entre 30 et 110 cm d'ici la fin du siècle, en fonction des niveaux d'émissions de gaz à effet de serre.

Le scénario le plus pessimiste du GIEC qui implique l'absence de toute mesure pour limiter les émissions tout au long du XXIe siècle conduirait à un monde plus chaud d'au moins 3°C par rapport aux niveaux pré-industriels, contre un objectif de moins de +2°C pour l'accord de Paris sur le climat.

Selon les modèles climatiques mettant en œuvre le scénario du pire, les trois glaciers du Groenland mentionnés contribueraient à une augmentation du niveau des océans entre 9,1 et 14,9 mm d'ici 2100.

Mais l'étude de mardi souligne que ce scénario prévoyait une hausse des températures quatre fois plus importante au XXe siècle, qui a déjà vu une contribution de ces glaciers de 8mm.

"Le scénario du pire est sous-estimé. Pour les trois glaciers étudiés, la perte de glace pourrait être trois ou quatre fois plus importante que les prévisions ne l'anticipaient", a indiqué Khan.

Une étude publiée en septembre dans la revue Nature avait conclu que si les émissions de CO2 continuaient au rythme actuel, la calotte glaciaire du Groenland pourrait se réduire de 36.000 milliards de tonnes entre 2000 et 2100, suffisamment pour rehausser les océans de 10 cm.

© AFP

Lire aussi :

L’Arctique n’a pas été aussi chaud depuis 3 millions d’années

Chaque année, la couverture de glace de mer dans l’océan Arctique atteint sa plus petite surface annuelle à la mi-septembre. Cette année, sa superficie n’est plus que de 3,74 millions de kilomètres carrés, soit la deuxième valeur la plus basse depuis que les satellites ont commencé à prendre ces mesures, il y a 42 ans. À la fin de l’été, la glace ne couvre plus que 50 % de la surface qu’elle couvrait il y a 40 ans. Lire la suite…

Disparition de la calotte du Groenland: le point de non-retour

La fonte accélérée de la calotte glaciaire du Groenland va l'amener à disparaître totalement, ce qui entraînera, au minimum, une brutale montée des eaux. Des pays du Moyen-Orient et l'Inde s'inquiètent des conséquences climatiques de ces changements drastiques. Lire la suite…

Réchauffement: vers l’extinction prochaine des ours polaires

Sans banquise, les ours polaires meurent de faim. Alors si les émissions de gaz à effet de serre continuent à augmenter, le réchauffement pourrait signer la quasi-extinction de ces plantigrades emblématiques de l’Arctique avant la fin du siècle. Lire la suite…

La fonte de l’Arctique affecte les courants océaniques

En Arctique, le réchauffement climatique apparaît deux fois plus rapide que la moyenne mondiale. Et en 2019, l'extension minimale des glaces de mer a été inférieure de 33 % à la moyenne de 1981-2010. Selon des chercheurs, cette situation anormale pourrait affecter les courants océaniques et plus encore. Lire la suite…

L’acidification de l’océan Arctique plus importante que prévu

Des chercheurs ont étudié l’acidification future de l’océan Arctique en appliquant une nouvelle technique d’analyse des simulations climatiques. Ils ont ainsi pu mettre en évidence une relation entre la densité des eaux de surface de l'Arctique et son acidification future. Lire la suite…

Arctique: une nouvelle voie commerciale très convoitée

Avec la fonte des glaces, une voie stratégique de navigation se dégage. Les États-Unis, la Chine et la Russie entendent bien imposer leur domination sur l'Arctique... et tant pis pour les ours, phoques, pingouins et baleines ! Lire la suite…

Arctique: Les effets du changement climatique sur le plancton

La fondation Tara Océan et des chercheurs du CNRS ont étudié la biodiversité du plancton autour du monde. Menacé par le changement climatique, il pourrait disparaître en Arctique, entraînant le dérèglement de tout un écosystème marin. Lire la suite…

Fonte de l’Arctique: une boîte de Pandore climatique et sanitaire

On parle beaucoup de la fonte de la banquise. Moins du dégel du pergélisol (permafrost en anglais). Les sols gelés du permafrost menacent, en fondant, de libérer des virus oubliés et des milliards de tonnes de gaz à effet de serre (GES) qu'ils emprisonnent depuis des millénaires, au risque notamment d'accélérer le réchauffement climatique. Lire la suite…

Ajouter un commentaire