Cette algue verte fossile à l'origine de toutes les plantes ?

Un fossile d'algue verte multicellulaire découvert en Chine et daté d'un milliard d'années repousse la date d'apparition de cette forme de vie, qui a donné lieu par la suite à toutes les plantes vertes que nous connaissons. Cette espèce ressemble à des algues modernes qui tapissent l'océan.

2020 02 29 15h17 33Proterocladus antiquus, une algue verte fossile d’un milliard d’années © Virginia Tech

À l'œil nu, cette trace de filament brun mesure à peine deux millimètres. Il s'agit pourtant de la plus ancienne algue verte multicellulaire du monde, affirme une nouvelle étude du Virginia Tech parue dans Nature Ecology & Evolution.

Âgée d'un milliard d'années, elle constituerait l'ancêtre commun de toutes les plantes terrestres, qui sont apparues sur Terre 500 millions d’années plus tard.

Cette minuscule algue, nommée Proterocladus antiquus, a été découverte dans la formation rocheuse de Nanfen, au nord de la province de Liaoning, à la frontière entre la Chine et la Corée du Nord. Vivant probablement dans un océan peu profond, elle a été «cuite» sous un épais tapis de sédiments, la préservant ainsi à l'intérieur de la roche.

Algue rouge ou algue verte, qui fut la première ?

La question de l'apparition des plantes, vitales à l'équilibre de la planète grâce à la photosynthèse et à leur rôle dans l'écosystème global, demeure hautement débattue dans la communauté scientifique. Les fossiles sont rares, fragmentés, et souvent sujets à controverses.

En 2017, un fossile d’algue rouge de 1,6 milliard d'années a été découvert en Inde, mais de nombreux chercheurs sont restés dubitatifs aussi bien sur la nature de l'algue que sur sa datation.

En 2018, une autre algue rouge de 1,05 milliard d'années avait été décrite. Les plantes vertes (chlorophytes) seraient donc apparues sensiblement au même moment. La question est aussi de savoir si les algues ont colonisé les eaux douces depuis la mer, ou si elles sont au contraire nées dans les lacs et rivières avant d'atteindre les océans.

9d0d932672 50160665 proterocladus antiquus dinghua yangProterocladus antiquus poussait en touffes denses au fond de l’océan, ce qui lui permettait de coloniser de grandes surfaces. © Dinghua Yang

Une ressemblance frappante avec certaines algues modernes

En examinant la structure et les ramifications de l'algue, les chercheurs ont pu déduire que Proterocladus antiquus poussait probablement dressée au fond de la mer, en s'agrégeant sous forme de touffes denses.

«Le fossile que nous avons trouvé ressemble d'ailleurs à de nombreuses algues vertes modernes, notamment les siphonocladaceae», explique Shuhai Xiao, coauteur de l'étude.

Si Proterocladus antiquus appartient bien à cette famille, cela suggère qu'elle serait bien native de l'océan et non pas dérivée d'une algue d'eau douce.

«La présence abondante de Proterocladus dans la formation de Nanfen indique que les chlorophytes ont certainement joué un rôle écologique et géobiologique important, au moins au niveau local», soulignent les auteurs, en favorisant notamment l'enfouissement du carbone dans les environnements côtiers.

Évolution des plantes sur Terre

3,8 à 3,5 milliards d’années : procaryotes marins photosynthétiques

3 milliards d’années : cyanobactéries unicellulaires

2,1 milliards d'années à 1,1 milliard d’années : eucaryotes

1 milliard d’années : algues multicellulaires

480 millions d’années : plantes terrestres

365 millions d’années : plantes à graines

174 millions d’années : premières fleurs

Céline DELUZARCHE - © Futura sciences

Ajouter un commentaire