L'Océan à la bouche

19 mars

  • Un fossile de poisson révèle des indices évolutifs sur nos mains

    Un domaine de recherche en paléontologie est l’étude de l’évolution des poissons vers les tétrapodes. À cette fin, les paléontologues cherchent des fossiles de poissons toujours plus complets afin de mieux comprendre la transition qui s’est opérée entre les nageoires et les membres des premiers vertébrés terrestres
  • Pendant la pandémie, les eaux italiennes se repeuplent

    Tandis que le monde entier lutte contre une crise sanitaire sans précédent, il est important de souligner le seul effet bénéfique qui en résulte: aujourd’hui, les regards se tournent vers Venise, où l’eau est devenue d’une incroyable propreté. Si limpide que la nature y a repris ses droits…
  • 2019: année record pour la fonte des glaces au Groenland

    Au cours de l’été arctique exceptionnellement chaud de 2019, le Groenland a perdu 600 milliards de tonnes de glace, révèle une nouvelle étude de l’Université d’Irvine en Californie. Cette fonte des glaces terrestres sans précédent équivaut à une élévation du niveau de la mer de 2,2 millimètres en deux mois.
  • L’acidification des océans menace la faune marine

    Les océans deviennent plus acides en raison de l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère. Le phénomène se répercute sur la faune marine menaçant certains milieux et espèces de disparition.
  • Sauvetage réussi pour des dauphins encerclés par des orques

    Au Canada, une dizaine de dauphins coincés dans un piège à poissons construit par des ancêtres tla'amins ont bénéficié d’un coup de main pour échapper à un groupe d’épaulards qui les encerclaient.
  • Le poisson cru a 283 fois plus de parasites qu'il y a 50 ans

    Selon une étude basée sur 123 publications parues de 1967 et 2017, le poisson que nous consommons serait 283 fois plus contaminé par un petit nématode parasite, l’anisakis qui infecte les poissons et les mammifères marins.
  • Les masques chirurgicaux polluent les plages de Chine…

    Si nous évoquons beaucoup l’épidémie de coronavirus, il ne faut pas négliger ses dommages collatéraux. En effet, en chine les masques chirurgicaux usagés sont jetés dans la nature. Ceux-ci finissent malheureusement leur course sur les plages.