Des dragons bleus s’échouent au Texas

On dirait une créature sortie d’un film fantastique, avec ses appendices bleus en éventail. Cette minuscule limace de mer semble mignonne et inoffensive. Mais il ne faut pas s’y fier. Ce mollusque méconnu du grand public est très venimeux.

Image 1024 1024 14851316Des dragons bleus s’échouent sur les plages du Texas. Ces petites limaces de mer sont très venimeuses. © Sylke ROHRLACH / Wikimédia

On dirait une petite fleur bleue posée sur le sable. Elle est minuscule. La ramasser est tentant. Mieux vaut éviter… Il s’agit d’un dragon bleu (aussi appelé hirondelle de mer). Rien à voir avec une créature mythologique ou une espèce crachant du feu comme dans la série à succès Game Of Thrones. Le dragon bleu est une limace de mer, un mollusque gastéropode (nudibranche) portant le nom scientifique de Glaucus atlanticus.

Un mollusque méconnu

Méconnue du grand public, cette limace de mer ressemble en effet à un petit monstre, dont la couleur bleutée lui permet habituellement de se camoufler dans l’océan. Elle vit généralement en haute mer, dans les eaux des océans Atlantique, Pacifique ou Indien.

Elle flotte sur le dos et s’échoue parfois sur les rivages. C’est exactement ce qui se passe en ce moment sur les plages américaines du Texas, sans que l’on sache encore pourquoi cela se produit en ce moment, de façon si massive.

Image 1024 1024 14851318Voici à quoi ressemble le dragon bleu. © Wikimédia

Depuis le début du mois de mai, les plages texanes sont en effet envahies par ces petits dragons bleus des mers. C’est un gamin de 7 ans qui fut le premier à tomber dessus le 2 mai dernier. Depuis, sur les réseaux sociaux, de nombreux Américains partagent des photos de ces étranges animaux marins, ne mesurant que quelques centimètres, pas plus de trois généralement.

Mais si ces mollusques sont aussi intrigants que fascinants, les autorités américaines recommandent néanmoins à ceux qui en trouvent dans le sable de ne surtout pas les toucher. Car, ces petites limaces que l’on pourrait croire inoffensives sont dotées de petits dards. Et ces minuscules aiguillons sont très urticants.

Venimeux et potentiellement mortel pour l’homme

Le dragon bleu se nourrit en effet de physalies, surnommées «galères portugaises». Ces créatures marines aux allures de méduses, aux tentacules urticants, s’échouent régulièrement sur les plages bretonnes.

Or le petit dragon bleu a la capacité de stocker le «pouvoir toxique» des physalies pour l’utiliser pour sa propre protection…

2017 09 22 17h02 36Le dragon bleu se nourrit de physalies. Connu sous le nom de «galère portugaise», cet animal (qui ressemble à une méduse mais n’en est pas une) s’échoue parfois sur les plages bretonnes et est également urticant.

Résultat : la limace est elle aussi particulièrement venimeuse et potentiellement mortelle pour l’homme. Certaines personnes peuvent être victimes d’un choc anaphylactique à son contact, et le simple fait de toucher l’eau contenant le venin du dragon bleu peut causer des démangeaisons.

Sur sa page Facebook, le Padre Island National Seashore (PINS), qui est l’institut de protection de l’espace côtier de la région, a partagé des photos prises par des promeneurs en les accompagnant d’un message de prévention.

«Les dragons bleus sont très petits, généralement 3 cm, mais ne vous méprenez pas par leur taille. Ils ont des défenses qui justifient leur nom de dragon, rappelle le PINS. Les dragons bleus sont les ennemis de la galère portugaise. Après les avoir mangées, ils déplacent les cellules urticantes (des galères portugaises) vers leurs extrémités. Et comme ils sont capables de concentrer les cellules urticantes au même endroit, cela peut faire mal.»

Autrement dit, qui s’y frotte s’y pique…

Bruno ALVAREZ - © Ouest-France

Lire aussi :

Des physalies potentiellement mortelles s'échouent sur les plages de Bretagne

Ajouter un commentaire