Une baleine à bosse se ballade à Montréal

Une baleine à bosse séjourne depuis samedi à Montréal, une scène rare puisque la métropole québécoise est située en eau douce et à plusieurs centaines de kilomètres de l'habitat naturel du mammifère marin.

Dsc 0665 rqumm mn mtl© Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM)

La baleine, probablement la même que celle observée il y a quelques jours près de la ville de Québec, a remonté le fleuve Saint-Laurent avant d'arriver samedi matin à Montréal, a indiqué à l'AFP Marie-Ève Muller, porte-parole du réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM).

Le cétacé, dont l'âge est estimé entre deux et trois ans, a été aperçu dimanche en fin d'après-midi près du pont Jacques Cartier.

De mémoire du RQUMM, "c'est la première fois qu'un rorqual à bosse est observé à Montréal", située à plus de 400 kilomètres à l'ouest de l'habitat naturel du mammifère marin dans l'estuaire maritime et le golfe du Saint-Laurent, a précisé Mme Muller.

Une "combinaison de facteurs" peut expliquer pourquoi la baleine a dérivé si loin, a-t-elle dit. Vu son jeune âge, elle s'est sans doute égarée en chassant ou en faisant "des erreurs de navigation" en explorant son territoire.

"Il arrive que l'on croise des baleines ou des phoques juvéniles dans des territoires qui ne sont pas leurs territoires habituels," a expliqué Mme Muller. "Il est possible que la baleine ait suivi des proies et qu'elle ait poursuivi son chemin."

Une équipe d'intervention du RQUMM a été déployée pour documenter l'état de santé de la baleine, escortée à distance par des zodiacs d'agents du ministère de la Pêche et des Océans afin de lui éviter tout stress et de prévenir une collision avec d'autres navires, a-t-elle indiqué.

Il est possible que la baleine puisse rester "plusieurs mois" près de Montréal, a-t-elle ajouté, précisant qu'en raison de la présence d'écluses et de rapides, "elle ne devrait pas être en mesure de remonter plus loin" le fleuve vers l'ouest.

Pour autant, une intervention pour réorienter la baleine -- une opération qui peut être dangereuse pour l'animal -- n'est pas prévue pour l'instant puisqu'une baleine peut "rester en eau douce" sur le court-terme, a-t-elle dit.

"Pour le moment, la baleine est en bonne santé, elle mange librement. La meilleure option, c'est de laisser la nature suivre son cours," et espérer que l'animal décide seul de prendre "le chemin de retour vers les siens", a-t-elle ajouté.

Selon le RQUMM, une baleine à bosse peut mesurer entre 13 et 17 mètres et peser jusqu’à 40 tonnes à l'âge adulte.

© AFP / 2020

Rappel des évènements

Le 26 mai, un rorqual à bosse a été aperçu dans le secteur des ponts, au large de la ville de Québec. D’abord repéré et filmé par un pêcheur dans l’après-midi qui a rapidement signalé son observation à la ligne d’Urgences Mammifères Marins au 1 877 722-5346, il a été observé cette journée-là jusqu’à 20h30.

Le 27 mai, en fin de journée, un rorqual à bosse -le même, imagine-t-on – a également été filmé en train d’effectuer des sauts devant le quai de Portneuf. Le 28 mai en matinée, un signalement a ensuite été reçu pour une baleine au large de Deschaillons-sur-Saint-Laurent et Saint-Pierre-les-Becquets.

Vers midi le 28 mai, elle se trouvait près de Bécancour. En fin de journée, elle était autour du pont Laviolette, à Trois-Rivières. Le 29 mai en matinée, elle était plutôt du côté de Sorel. En fin de journée, elle se trouvait au large de Lanoraie.

Au 30 mai, elle entrait dans le secteur de Montréal. Elle a passé une bonne partie de la journée au large du quai du Vieux-Port. L’équipe d’intervention du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM) a passé la journée sur l’eau pour documenter la situation.

Dsc 0710 rqumm mn mtl 2© Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM)

31 mai, 8h45 : Le rorqual à bosse se trouve toujours dans le secteur du pont Jacques-Cartier à Montréal. L’équipe d’intervention du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins passera la journée auprès de la baleine. L’escouade nautique de la SPVM continuera sa prévention sur l’eau. Les agents des pêches de Pêches et Océans Canada seront également présents. Nous remercions les citoyens et citoyennes pour leur collaboration à garder leurs distances avec la baleine. Nous remercions également les pilotes du Saint-Laurent pour leur excellente collaboration.

31 mai à 17h30 : Le rorqual à bosse nage toujours dans le secteur aval du pont Jacques-Cartier, à Montréal. Son comportement reste normal. L’équipe d’intervention du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins a passé la journée aux côtés de l’animal pour documenter la situation, avec l’appui de l’escouade nautique de la SPVM et des agents des pêches de Pêches et Océans Canada. Les quelques plaisanciers présents ont respecté les distances règlementaires. Le suivi de l’animal se poursuit.

Des agents des pêches de Pêches et Océans Canada patrouillent dans le secteur pour documenter la situation et s’assurer du respect de la distance de 100 mètres entre les navires et la baleine.

2 juin, 15h : Le rorqual à bosse nage dans le secteur du pont Jacques-Cartier. Des observateurs terrestres font le suivi comportemental de l’animal aujourd’hui pour le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins (RQUMM).

Dsc 0714 rqumm mn mtl 2© Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM)

3 juin, 8h45: Le rorqual à bosse nage toujours dans le même secteur avoisinant le pont Jacques-Cartier.

3 juin, 18h: Le rorqual à bosse nage toujours dans le même secteur avoisinant le pont Jacques-Cartier. Il a été plus tranquille aujourd’hui, effectuant ce qu’on appelle du billotage, c’est-à-dire un repos en surface, relativement immobile. Après un réveil en sursaut lorsqu’il a frôlé le quai de l’horloge vers 15h30, l’animal s’est réactivé. Il nage à nouveau de façon plus dynamique, montrant à l’occasion la queue. Le rorqual à bosse pourrait rester encore plusieurs jours dans le secteur avant de repartir par lui-même. Mais pour cela, il a besoin de rester en sécurité.

Dsc 0678 rqumm mn mtl 2© Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM)

Rappelons qu’il faut impérativement garder un minimum de 100 mètres avec une baleine. Mais étant donné la taille de l’animal et la zone en question, l’équipe du RQUMM recommande plutôt une distanciation physique de 200 mètres. Des bateaux ont été observés tentant d’approcher la baleine. L’escouade nautique de la SPVM continuera sa collaboration avec les agents des pêches de Pêches et Océans Canada pour assurer la cohabitation du trafic maritime et de plaisance avec la baleine.

Si vous observez la baleine de la rive, nous vous invitons à respecter toutes les mesures de santé publique afin de limiter les risques de propagation de la COVID-19. Soyez prudentes et prudents, et bon spectacle de la nature!

Les experts de la Station de recherche des iles Mingan, de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal et du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins ont analysé les premières images reçues. Nous pouvons maintenant estimer que le rorqual à bosse est âgé de 2 à 3 ans.

L’animal a un bon état de chair. Son dynamisme est remarquable, malgré un voyage important à contre-courant. Sa peau compte quelques affections, mais rien de sévère.

L’observation d’un rorqual à bosse autant en aval est une première pour le RQUMM. Il y avait déjà eu des signalements de petits rorquals ou de bélugas, mais jamais pour cette espèce.

© Baleines en direct (Groupe de Recherche et d’Éducation sur les Mammifères Marins - GREMM)

Lire aussi :

Sur les traces des baleines à bosse (documentaire)

Une baleine à bosse allaite son petit (vidéo)

La mise bas d’une baleine à bosse partiellement filmée pour la 1ère fois (vidéo)

La bluffante technique de chasse des baleines à bosse (vidéo)

Un nouveau-né baleine à bosse âgé de quelques dizaines de minutes (vidéo)

Ajouter un commentaire