Australie: découverte d’énormes rivières sous-marines

C’est la plus importante découverte océanographique du XXIe siècle. Une équipe de chercheurs australiens a publié dans la revue Nature les résultats d’une étude menée durant dix années. Elle montre l’existence d’un immense réseau de rivières sous-marines autour des côtes australiennes et qui auraient un impact non négligeable sur l’environnement océanique.

Image 1024 1024 15074269 copieVue aérienne de la Grande Barrière de Corail au large des îles Whitsunday, le long de la côte centrale du Queensland en Australie - Photo d’illustration © Sarah LAI / AFP

«C’est la découverte la plus significative pour l’océanographie côtière de ces dernières décennies, non seulement en Australie mais aussi dans le monde entier», lâche l’océanographe Chari Pattiaratchi de l’Université d’Australie occidentale par voie de communiqué.

Dans une étude publiée cette semaine dans la revue scientifique Nature, des chercheurs australiens ont montré l’existence d’un immense réseau de rivières sous-marines autour des côtes australiennes. Un phénomène unique au monde.

Image 1024 1024 15074270Sur le schéma est tracé l’immense réseau de rivières sous-marines découvertes autour de l’Australie. © Rapport scientifique/Nature

C’est quoi des rivières sous-marines ?

Ces rivières sous-marines sont le résultat des changements dans la densité de l’eau près des côtes. En été, la chaleur fait s’évaporer l’eau des rivières. Ces dernières diminuent, et se jettent dans l’océan en quantité moindre. Conséquence : l’eau des côtes australiennes devient plus salée en été.

Mais, une fois que les conditions météorologiques se refroidissent, cette eau salée, plus lourde que les autres, coule plus profondément sous l’influence de la gravité. Et c’est ainsi qu’en Australie est né un véritable réseau de rivières sous-marines. Ces dernières, encore plus salées donc, s’écoulent le long du plateau continental australien.

Comment les scientifiques ont-ils fait cette découverte ?

Pour obtenir de tels résultats, les océanographes ont travaillé plus de dix ans. L’étude s’étend ainsi de 2008 à 2019 et représente «plus de 2 500 jours en mer», rappelle l’autrice de l’étude Tanziha Mahjabin, dans la revue Nature.

Les scientifiques se sont appuyés sur un grand nombre d’observations sous-marines enregistrées par des robots submersibles. En tout, plus de 126 missions dans huit régions différentes ont été menées. «Cela nous a permis d’examiner des données provenant de différentes régions d’Australie et d’étudier également la variabilité saisonnière», constate l’océanographe Tanziha Mahjabin.

Quel impact ces rivières sous-marines ont-elles sur l’océan ?

Dans leur étude, les chercheurs expliquent que ces rivières pourraient avoir un fort impact sur la qualité de l’eau. Car ces rivières, où l’eau est plus dense, transportent plus de particules que celles apportées par les systèmes fluviaux terrestres.

«L’océan côtier est le bassin récepteur des matières en suspension et dissoutes qui comprennent les nutriments, les matières végétales et animales et les polluants et représente une composante importante de l’environnement océanique, reliant la terre à l’océan profond», résume Yasha Hetzel, coauteur et océanographe, dans Nature.

D’ailleurs, les scientifiques ont déjà constaté «des concentrations plus élevées de chlorophylle et de matières en suspension» dans des rivières dont les courants se dirigent vers le large. De quoi laisser penser que ces rivières sous-marines pourraient même avoir un impact bien au-delà des côtes australes.

Sacha MARTINEZ - © Ouest-France

Lire aussi :

Changement profond de la circulation de l'océan Atlantique

L'Atlantique nord colonise l'océan Arctique

Inattendu: les grands courants océaniques vont de plus en plus vite

Vers une disparition du Gulf Stream ?

Pacifique: découverte d’une zone d’eau stagnante vieille de 1 500 à 2 000 ans

Ajouter un commentaire