Quelles seraient les conséquences de la disparition des requins ?

Comptant aujourd’hui environ 500 espèces et évoluant dans les milieux aquatiques depuis plus de 400 millions d’années, les requins font certainement partie des animaux marins considérés, à tort, comme de dangereux et violents prédateurs.

Requins ocean 750x400© Todd BRETL Photography

Pouvant atteindre des dimensions impressionnantes comme le requin baleine (Rhincodon typus) ou, au contraire, des petites tailles comme le requin de poche (Mollisquama parini), les requins sont ubiquitaires et se retrouvent partout sur la planète.

Considérés, à tort, comme de dangereux et violents prédateurs, certains se demandent si le monde ne se porterait pas mieux sans leur présence. Quelles seraient alors les conséquences d’un tel scénario ?

Les requins s’installent dans les écosystèmes du monde entier, y compris les habitats de mangroves peu profonds, les récifs coralliens tropicaux, les eaux glaciales de l’Arctique et l’immensité de l’océan.

Indépendamment de l’endroit où vivent les requins ou de leur taille, ils sont tous des prédateurs et, par conséquent, sont d’une importance vitale pour la stabilité de leurs habitats, explique Jenny Bortoluzzi, zoologue au département de zoologie du Trinity College de Dublin.

Des régulateurs essentiels des écosystèmes marins

Les requins chasseurs de poissons éliminent les individus faibles et malades, garantissant que la population de poissons reste en bonne santé et à une taille que les ressources de l’habitat peuvent supporter.

Ces redoutables prédateurs peuvent même aider à préserver leurs écosystèmes grâce à leur seule présence. Par exemple, les requins tigres (Galeocerdo cuvier) qui vivent dans les herbiers marins effraient les tortues et les empêchent de trop diminuer la végétation par une consommation excessive.

Les requins jouent également un rôle dans la régulation de la production d’oxygène dans l’océan, en se nourrissant de poissons qui dévorent le plancton générateur d’oxygène.

Les environnements des récifs coralliens sont un autre bon exemple de l’importance des requins pour la biodiversité globale et la santé des écosystèmes, indique Toby Daly-Engel, professeur au département des sciences marines et directeur du Shark Conservation Lab.

Requins ecosystemesEn éliminant les poissons malades et en régulant les populations de brouteurs, les requins jouent un rôle primordial dans le maintien des écosystèmes marins. © George ROFF et al.

«Si les requins disparaissent, les petits poissons explosent en population, car rien ne les mange. Très bientôt, leur nourriture — plancton, micro-organismes, petites crevettes — finirait par disparaître, donc tous les petits poissons finissent par mourir de faim». Lorsque cela se produit, les algues et les bactéries pénètrent dans le récif, recouvrant le corail qui ne peut plus photosynthétiser.

«Le corail mourra, ne laissant que son squelette, qui finira par se transformer en calcaire. Ensuite, arrivent des animaux comme les étoiles de mer et les oursins ; nous appelons ces animaux des brouteurs. Donc, au lieu d’un tas d’espèces différentes — requins, poissons osseux, invertébrés et mollusques — vous vous retrouvez avec un récif avec quatre à cinq espèces, c’est un récif mort».

Une source de nourriture pour les autres animaux marins

Les requins jouent un autre rôle important dans les réseaux trophiques océaniques: ils sont la nourriture des carnivores marins.

Les grands requins blancs morts qui se sont échoués sur les plages sud-africaines sans leur foie auraient été victimes d’attaques orques. Et des séquences vidéo ont récemment montré un requin rousset (Squalus clarkae) dévoré entier par un mérou au fond de l’océan Atlantique. Même les poulpes sont connus pour se nourrir de requins.

Les requins migrateurs, tels que le requin gris de récif (Carcharhinus amblyrhynchos), fournissent également de la nourriture aux organismes à plusieurs endroits dans l’océan, en laissant derrière eux de généreuses portions de leurs déjections riches en azote.

En fait, les incursions du requin gris de récif entre les eaux côtières et les eaux profondes de l’atoll de Palmyre dans l’océan Pacifique amènent le récif à plus de 95 kilogrammes d’azote nutritif par jour.

Le spectre inquiétant de la menace d’extinction

Selon la Smithsonian Institution, environ 25% de toutes les espèces de requins et de raies sont actuellement menacées d’extinction.

Parce que les requins ont peu de bébés et sont lents à mûrir, leur nombre ne se reconstitue pas assez rapidement pour faire face aux pertes de la pêche commerciale.

Au cours des dernières décennies, certaines populations de requins ont diminué jusqu’à 90%, reflétant une tendance non durable de surexploitation dans les habitats océaniques.

La législation fédérale et les traités internationaux tels que la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction peuvent contribuer à protéger les populations vulnérables.

Mais de nombreuses espèces de requins sont mal comprises, ce qui peut entraver les efforts de conservation.

Thomas BOISSON - © Trust My Science

Lire aussi :

Pourquoi les requins sont indispensables (vidéo)

Les requins plus proches de l’extinction qu’on ne le pensait

La population de requins océaniques a diminué d’environ 95%

L'acidification des océans endommage la peau des requins

Le changement climatique, prédateur du requin

L’aileron de la discorde (reportage)

Ajouter un commentaire