L'impact des mégots de cigarettes sur les milieux marins

«Fumer tue» et cause des problèmes sur la santé, mais les cigarettes entraînent aussi des dégâts sur l’environnement et notamment les océans. En effet, un mégot abandonné pollue ainsi, à lui seul, 500 litres d’eau.

Shutterstock 529293496 1000x450 1Un mégot pollue à lui seul 500 litres d’eau. © Shutterstock

Les mégots de cigarettes, qui sont les principaux déchets plastiques retrouvés dans l'environnement, peuvent représenter jusqu'à 40 % des déchets ramassés sur les plages de Méditerranée. Chaque année, plus de 6.000 milliards de cigarettes sont fumées dans le monde, pouvant conduire à plus d'un demi-million de tonnes de mégots rejetés dans l’environnement.

2020 06 11 20h11 03Composé de fibres synthétiques d'acétate de cellulose, le filtre usagé peut contenir encore de la nicotine et a été imbibé par 4.000 substances chimiques inclus dans la cigarette. © LAMIOT, Wikimedia Commons, CC by-sa 4.0

Conséquences du mégot de cigarettes sur le milieu marin

Malheureusement, ces mégots composés principalement de matière plastique sont très faiblement biodégradables. En outre, ils contiennent de nombreux composés toxiques issus de la combustion qui peuvent menacer les organismes vivants.

Pourtant, nous connaissons actuellement très peu de choses sur le devenir des mégots dans les écosystèmes marins et leur impact sur la faune et la flore marine.

Les chercheurs de l'Institut méditerranéen d'océanologie (MIO, France) et de l'Institut national des sciences et technologies de la mer (INSTM, Tunisie) se sont donc donné comme objectif d'évaluer l'impact des mégots de cigarettes sur la diversité des micro-organismes et la libération de métaux dans l'environnement marin en Tunisie.

Ils ont montré que les mégots de cigarettes augmentaient les concentrations en fer, manganèse et zinc dans le milieu marin et qu'ils contribuaient à l’acidification de l'eau de mer.

Ils modifiaient la composition des bactéries présentes dans les sédiments de surface en favorisant le développement de bactéries généralement connues pour vivre dans des sites hydrothermaux sous-marins profonds, appelés «fumeurs noirs».

© INSERM / Futura-Sciences

Lire aussi :

Fumer nuit gravement à la santé des poissons

Un mégot de cigarette, c’est 500 litres d’eau pollués

Ajouter un commentaire