Transports routiers: Des microplastiques projetés dans l’Océan

Les microplastiques projetés dans l'air par les transports routiers pourraient polluer les océans autant que les plastiques acheminés par les rivières, selon de nouvelles modélisations.

Cover r4x3w1000 5f0dcb473c30a 474316601b19e0ae92961edbc67e9f1d6ac09080 jpgLes microplastiques projetés dans l'air par les transports routiers pourraient polluer les océans autant que ceux venus des rivières. © David MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP-Archives

De nombreux chercheurs ont recensé la présence des microplastiques sous toutes leurs formes aux quatre coins des océans, jusqu'au fond de la fosse des Mariannes, la plus profonde connue, et sur terre, jusqu'aux plus hauts glaciers.

Alors que la production de plastique ne cesse de croître, une nouvelle étude publiée dans Nature Communications tente pour la première fois d'estimer la quantité de plastique issu du trafic routier (frottement des pneus sur la route et utilisation des freins) ensuite dispersé dans l'air et redéposé ailleurs grâce aux courants atmosphériques.

Jusqu'à 100.000 tonnes de "plastique routier" déversées dans l'océan chaque année

Les chercheurs ont évalué la quantité de ces particules dérivées de l'industrie pétrolière (éthylène, propylène) produite par le transport routier, combinée à des simulations de la circulation atmosphérique.

Selon eux, un tiers de ces microplastiques aériens issus de la route (environ 50.000 tonnes, avec une fourchette d'incertitude entre 40.000 et 100.000 tonnes) finissent chaque année dans l'océan, contre 65.000 tonnes de microplastiques déversés dans la mer par les rivières. Même s'ils notent un manque de données de terrain pouvant valider leurs modélisations.

Le plastique poursuivrait sa course jusqu'en Arctique

"Ce transport atmosphérique - une source sous-estimée, voire pas du tout envisagée - a le même impact sur la pollution des océans par les microplastiques que ce qui est charrié par les rivières", affirme à l'AFP Nikolaos Evangeliou, de l'Institut norvégien pour la recherche sur l'air.

Les émissions de microplastiques issues du trafic routier viennent principalement d'Amérique du Nord, d'Europe et d'Asie du Sud-Est.

Selon l'étude, une part importante de cette pollution, transportée par les airs, est susceptible de terminer sa course en Arctique, où les particules colorées qui absorbent plus de rayons du soleil que la neige blanche, pourraient avoir un impact sur la fonte des glaces.

© AFP / 2020

Lire aussi :

Du microplastique dans l'écosystème terrestre de l'Antarctique

Les microplastiques s'infiltrent partout dans les océans du globe: ils polluent même l'un des écosystèmes terrestres les plus reculés, en Antarctique, selon une étude publiée dans la revue Biology Letters. Lire la suite…

Des milliers de tonnes de microplastiques transportés par le vent

Plus de 1000 tonnes de particules de plastique – soit le poids de 120 à 300 millions de bouteilles d’eau en plastique – se déposent chaque année sur le sud et l’ouest des États-Unis, et il en va de même en Europe. Portées par le vent, elles peuvent en effet parcourir le monde et se retrouver partout sur la planète. Lire la suite…

Quantité record de microplastiques au fond de l’océan

Une équipe de chercheurs annonce avoir identifié la plus grande concentration de microplastiques enregistrée sous le lit océanique. Lire la suite…

Des microplastiques découverts dans la glace de l’Antarctique

Des microplastiques ont été trouvés quasiment partout sur la Terre, de l’Arctique jusqu’au fond des tranchées océaniques. Jusqu’à présent en revanche, nous pensions que la glace de mer de l’Antarctique avait été épargnée. Mais ça, c’était avant. Lire la suite…

Ajouter un commentaire