Des tortues prises dans une marée géante de plastiques

Une marée de déchets plastiques a envahi l'une des plus longues plages du monde, déclenchant une course pour sauver des tortues marines.

Cover r4x3w1000 5f0b4a44a6c27 5a1efc0612faaf0a18e5a776ed0bdc10e2d465a3 jpgUne tortue secourue est relâchée par deux hommes à Cox's Bazar, dans le Sud-est du Bangladesh. © SUZAUDDIN RUBEL / AFP

Une marée de déchets plastiques sans précédent à Cox's Bazar, au Bangladesh, a envahi l'une des plus longues plages du monde, déclenchant une course pour sauver des tortues marines, a-t-on appris auprès des autorités.

Environ 50 tonnes de déchets plastiques se sont répandues sur une dizaine de kilomètres de cette plage longue au total de 120 km, sur le golfe du Bengale dans le Sud-Est du pays. C'est la première fois, selon le département bangladais des Forêts, qu'une telle quantité de plastiques est ramenée par la mer sur cette plage.

C'est "un signal de grand danger pour la biodiversité marine"

"Il s'agit d'un cas unique d'invasion de plastiques" et c'est "un signal de grand danger pour la biodiversité marine", a déclaré Moazzem Hossain, un responsable d'une organisation locale de défense de l'environnement, Save the Nature Bangladesh.

La quantité annuelle de déchets produits par des navires et les pays environnants qui flotte dans le golfe du Bengale représente habituellement quelque 26 tonnes, selon lui.

Des habitants ont observé dès samedi soir des vagues transportant des bouteilles en plastique, filets de pêches et bouées. Dimanche matin, ils ont trouvé des carcasses de tortues sur le sable.

"Des centaines d'habitants se sont rués sur la plage depuis tôt ce matin pour sauver les tortues blessées" prisonnières des déchets, a déclaré à l'AFP un porte-parole du département des Forêts, Sohail Hossain. "Nous avons enterré les tortues mortes et tentons de remettre à l'eau celles qui ont été sauvées".

B34cd83e55c9f16290bf1f0803197e4510eb9c3dUne carcasse de tortue sur la plage de Cox's Bazar, au Bangladesh. © SUZAUDDIN RUBEL / AFP

"Les tortues se font souvent piéger dans des masses de déchets énormes qui flottent dans la mer"

Des bénévoles de Plastik Bank Bangladesh ont retrouvé et enterré une vingtaine de tortues olivâtres, une espèce classée vulnérable par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). "Je n'ai jamais vu de ma vie autant de tortues mortes sur la plage ni autant de déchets plastiques flottant au bord", a déclaré à l'AFP un pêcheur, Jashim Uddin.

La plupart des tortues avaient au moins trente ans, a estimé un spécialiste bangladais de l'ONG Creative Coservation Alliance, Shahriar Caesar Rahman. "Les tortues se font souvent piéger dans des masses de déchets énormes qui flottent dans la mer et finissent par mourir suffoquées. Cela semble avoir été le cas", a-t-il expliqué à l'AFP.

Les autorités locales ont indiqué qu'elles enquêtaient sur l'incident.

© AFP / 2020

Lire aussi :

Les tortues marines attirées par l’odeur du plastique

Des scientifiques ont découvert une nouvelle raison expliquant pourquoi les tortues mangent du plastique : l'attrait des tortues pour le plastique est non seulement visuel, mais aussi olfactif. Lire la suite…

Une tortue défèque l'équivalent de 26 pailles en plastique

Piégée dans des filets de pêche, une tortue verte a pu être secourue et placée dans un centre de soin. Elle a commencé quelques jours plus tard à déféquer "une quantité impressionnante de déchets", explique la fondation qui l'a prise en charge. Lire la suite…

Des microplastiques dans l'organisme de toutes les tortues marines

Des chercheurs ont examiné une centaine de tortues marines appartenant aux sept espèces connues et évoluant dans les océans Pacifique, Atlantique et dans la Méditerranée. Toutes ont révélé des microplastiques dans leurs intestins. Lire la suite…

Le dilemme des tortues luth face au changement climatique

Des scientifiques, aidés par Greenpeace, ont équipé dix tortues luth de balise Argos pour suivre leurs migrations. De la Guyane, où elles pondent, jusqu’à leurs zones d’alimentation. Résultat : Elles parcourent bien plus de distance qu’il y a dix ans. Au péril de l’espèce ? Lire la suite…

Ajouter un commentaire