Poisson local en circuit court: une carte interactive des points de vente directe

L'association Pleine Mer a dévoilé ce lundi une carte interactive pour encourager la vente directe de poisson frais. Près de 200 AMAP, étals et marchés sont déjà répertoriés. Une première en France.

Peche locale et circuits courts cette carte interactive vous dit ou acheter votre poisson frais en vente directeDe nombreux bateaux vous attendent derrière leurs étals. © Thibault Josse / Pleine Mer.

De Calais à Menton en passant par Saint-Jean-de-Luz et Banyuls-sur-Mer, découvrez sur cette carte où acheter votre poisson en direct aux pêcheurs locaux. Pictogramme vert : "Les pêcheurs vendent leur poisson sur le marché", indique la légende. Bleu : "Sur le quai ou sur un étal." Rouge : "Via une AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne)."

Cliquez ensuite sur le port sélectionné pour visionner quelques photos et avoir plus de détails (lieux de vente, horaires, espèces, engins utilisés, noms des bateaux...) Au Tréport, par exemple : "70 bateaux de tous types : fileyeurs, caseyeurs, ligneurs, chalutiers … autant dire que la pêche y est très présente et très diversifiée ! Et pour la vente directe ? Ça se passe tous les matins sur les étals que vous trouverez dans le port."

2020 02 13 19h00 18Bien que perfectible, cette carte interactive – amenée à évoluer - regorge déjà d'informations utiles collectées sur le terrain. - © Pleine Mer.

À l'origine de cet outil interactif : Thibault Josse, 24 ans et des poussières, chargé de mission au sein de l'association Pleine Mer. Passé par AgroParisTech, il a fait des études d'halieutiques. "Comme en Méditerranée où ça ne s'est jamais vraiment perdu, les pêcheurs du littoral Atlantique aspirent à retrouver la vente directe sans passer nécessairement par la criée, un système qui peut engendrer des prix instables", assure-t-il, contacté par GEO.

Système D oblige, il vient de passer dix mois à sillonner le littoral français en dormant dans sa vaillante Clio III grise, héritée de son grand-père. Pour ce projet baptisé "Pêche locale", Pleine Mer a reçu le soutien du réseau URGENCI et quelque 20 000 euros de la fondation Humus.

"Encourager les pêcheurs à développer une pêche durable"

"Notre idée n'est pas d'opposer le chalut aux filets, simplement d'informer les consommateurs, ajoute-t-il. À Calais par exemple, il y a des étals un peu planqués. Nous, on est là pour dire que ça existe et pour préciser les méthodes utilisées... Ensuite, les citoyens font leurs choix. Nous sommes convaincus qu'ils ont un rôle à jouer pour encourager les pêcheurs à développer une pêche durable."

À l'heure actuelle, seuls les ports de l'Hexagone sont recensés, mais l'association Pleine Mer n'exclut pas d'y adjoindre à l'avenir les points de vente corses et ultramarins. Quant à toutes celles et ceux qui habitent loin des côtes, plusieurs solutions : "Il y a l'option Poiscaille, le circuit court de la mer qui s'occupe des grandes villes, détaille encore Thibault Josse.

L'exemple des pays de la Loire et des pêcheurs de l'île d'Yeu montre également qu'avec un système de type AMAP, on peut aller jusqu'à Angers. La création d''AMAP poissons' fait d'ailleurs partie de nos objectifs pour les prochains mois."

Léia SANTACROCE - © GEO

Ajouter un commentaire