Une nouvelle espèce identifiée dans un canyon sous-marin

Une équipe américaine a identifié une nouvelle espèce en menant une expédition dans un canyon sous-marin au large de Porto Rico. La créature aux allures de blob transparent est ce qu'on appelle un cténophore et a été nommée Duobrachium sparksae.

Une nouvelle espece aux allures de ballon transparent identifiee dans un canyon sous marinLors d'une expédition sous-marine des scientifiques ont observé une espèce inconnue de cténophore. © NOAA

L'océan est l'un des écosystèmes les plus méconnus au monde et il abrite quantité d'espèces qui demeurent à découvrir. Une étude publiée dans la revue Plankton and Benthos Research vient une nouvelle fois d'en apporter la preuve. Une équipe américaine y documente une espèce marine dont l'existence était jusqu'ici inconnue.

C'est durant une expédition menée en 2015 par la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) que les scientifiques ont observé la créature. Elle a croisé la route du véhicule télécommandé (ROV) Deep Discoverer alors qu'il se trouvait à quelque 3.900 mètres de profondeur dans un canyon sous-marin au large de Porto Rico.

Au total, ce sont trois spécimens que l'engin a pu filmer en haute-définition et les scientifiques ont rapidement compris qu'ils avaient affaire à une espèce inconnue. "C'était un organisme magnifique et unique", a relaté dans un communiqué Mike Ford, spécialiste de la NOAA Fisheries et principal auteur de l'étude.

Une nouvelle espèce et un nouveau genre

Les trois individus ont tous montré la même apparence. Leur corps ressemble à une bulle transparente prolongée par deux tentacules fins et longs, leur donnant une allure de ballon flottant dans les eaux. Des observations qui ont permis de les placer dans le groupe des cténophores, des organismes marins transparents répandus à travers le monde.

Ces animaux gélatineux ont la particularité d'être équipés de rangées de minuscules cils qui leur permettent de se propulser et de se déplacer dans les eaux. Or, lorsqu'ils se contractent, ces cils réfractent la lumière, provoquant l'apparition de flashs colorés. Un phénomène bien visible qui a rapidement permis d'identifier les trois spécimens.

Restait à en apprendre davantage sur eux et confirmer qu'il appartenait bien à une espèce inconnue. Cinq ans plus tard, c'est désormais chose faite. Selon l'étude, Duobrachium sparksae constitue non seulement une nouvelle espèce mais aussi un nouveau genre de cténophore.

Pour la NOAA, la découverte est inédite. C'est en effet la première fois que des scientifiques de l'institution parviennent à décrire une nouvelle créature uniquement à partir de vidéos en haute définition. Lors de la rencontre, aucun échantillon physique n'a pu être collecté. Les vidéos constituent ainsi les seules preuves de l'existence de cette espèce.

"Nous n'avions pas à l'époque la capacité de collecter des échantillons avec le ROV. Même si nous avions eu l'équipement, nous aurions eu très peu de temps pour étudier le spécimen parce que les animaux gélatineux ne se conservent pas très bien", a décrypté Allen Collins, également de la NOAA Fisheries et co-auteur de l'étude.

Une créature aux allures de montgolfière

Les photographies et vidéos capturées se sont donc avérées cruciales mais elles ont suffi à en apprendre davantage sur D. sparksae et sa morphologie. Grâce au robot sous-marin, les chercheurs ont pu mesurer que les tentacules étaient cinq fois plus longues que le corps, atteignant environ 30 centimètres de long contre 5 à 6 cm pour le reste.

L'équipe a également pu mettre en évidence quelques comportements fascinants. "Le cténophore se déplace comme une montgolfière attachée au plancher marin par deux lignes, en maintenant une altitude précise", a détaillé Mike Ford. On ignore en revanche si la créature reste directement attachée au plancher marin ou le touche simplement.

De même, le portrait de D. sparksae comporte bien d'autres zones d'ombre difficiles à élucider à partir de simples observations visuelles. Par exemple, "nous ne connaissons pas encore son rôle dans l'écosystème", a précisé le spécialiste. À ce jour, entre 100 et 150 espèces de cténophores ont été identifiées et validées.

Thumbnail 5Illustration de la nouvelle espèce Duobrachium sparksae qui ressemble à un ballon relié à deux fils. © Nicholas BEZIO / NOAA

Toutes sont des organismes carnivores et des prédateurs très efficaces qui se nourrissent de petits arthropodes et de larves généralement capturés à l'aide de leurs tentacules. Mais les cténophores qui représentent une part importante du plancton, constituent aussi des proies de choix pour plusieurs animaux dont des méduses, tortues et poissons.

D. sparksae pourrait ainsi occuper une place semblable. "Nous pouvons considérer qu'il remplit des rôles similaires que les autres cténophores près du plancher marin et il a aussi des similarités avec d'autres cténophores des zones océaniques ouvertes", a jugé Mike Ford. Et si l'espèce vient seulement d'être identifiée, elle pourrait ne pas être si rare.

"Nous l'avons observée à trois reprises dans une zone relativement petite. Avec bon espoir, cela signifie qu'elle n'est pas extrêmement rare", a-t-il poursuivi. Une bonne nouvelle pour les chercheurs car s'ils veulent en apprendre plus sur son compte, il faudra parvenir à remettre la main dessus et à collecter cette fois-ci des échantillons.

Émeline FÉRARD - © GEO

Lire aussi :

Les abysses, ces merveilles des profondeurs, en 40 photos... et trois documentaires

Les océans couvrent les trois quarts du globe et nous n'en connaissons vraiment que la surface. Les abysses représentent à eux seuls 98 % de l'espace dans lequel la vie peut se développer. Voir les photos et vidéos…

«Ultra-noirs», ils absorbent toute lumière pour devenir invisibles

Tapies dans les profondeurs sous-marines, certaines créatures sont plus noires que tout ce que nous connaissons ici sur la terre ferme. Une équipe de biologistes s'est penchée pour la première fois sur ces poissons à la peau si particulière, conçue pour les rendre indétectables face à leurs prédateurs abyssaux. Lire la suite…

Rencontre avec la crevette des abysses (vidéo)

Je suis une crevette au nom bien étrange: Rimicaris exoculata. J’ai été identifiée par des chercheurs embarqués à bord d’un petit sous-marin, par 3 600 mètres de fond au milieu de l’océan Atlantique, le long de la dorsale médio-atlantique. Lire la suite…

Les abysses, une biodiversité méconnue et fragile

L’océan est un univers à part entière, qui recèle plus de mystères que la Lune. Plongée à la découverte du plus vaste écosystème extrême de la planète, dans les vastes étendues liquides que constituent les abysses. Un voyage à 11.000 mètres sous la surface de la mer. Lire la suite…

Trois nouvelles espèces de poisson identifiées dans les abysses (vidéo)

Transparents, sans écailles ni arêtes... trois nouvelles espèces de poisson ont été identifiées dans les grandes profondeurs du Pacifique, ont annoncé les scientifiques à l'origine de la découverte, au large du Chili. Lire la suite…

Superbes animaux marins rares et exceptionnels (vidéos)

Les fonds marins nous réservent encore bien des surprises. Voici trois créatures surprenantes rencontrées lors des explorations de la NOAA dans les abysses du Pacifique, autour des Samoa américaines. Voir les vidéos...

Ajouter un commentaire