L'Océan à la bouche

Quand la fonte de la glace de mer provoque un réchauffement climatique brutal

Sous l'effet du réchauffement climatique, la glace de mer arctique fond. Mais des chercheurs nous apprennent aujourd'hui qu'inversement, la fonte de la glace de mer peut provoquer un réchauffement climatique brutal. Une rétroaction plutôt inquiétante dans le contexte de changement climatique anthropique que nous vivons actuellement.

2020 12 08 18h09 06En étudiant la couverture de glace de mer pendant la dernière période glacière, des chercheurs de l’université de Copenhague (Danemark) sont arrivés à la conclusion d’un lien étroit entre fonte des glaces et réchauffement climatique brutal. © Sergey URYADNIKOV / Adobe Stock

Il y a plusieurs décennies, des carottes glaciaires du Groenland ont montré des fluctuations rapides du climat au cours de la dernière période glaciaire - il y a entre 10.000 et 110.000 ans -qu'a connue la Terre. Les températures de la calotte ont alors pu atteindre les 16,5 °C! Mais les chercheurs peinent à expliquer les causes de ces événements dits de Dansgaard Oeschger (ou événements D-O).

Aujourd'hui, de nouveaux travaux menés par l’université de Copenhague (Danemark) montrent que ces changements climatiques brutaux pourraient avoir été liés à un déclin rapide et étendu de la couverture de glace de mer dans les mers du nord de notre hémisphère.

Un résultat qui revêt une importance particulière alors que la glace de mer recule de nouveau de manière marquée.

«Nous avons étudié les changements dans la couverture de glace de mer au cours de la dernière période glaciaire dans des carottes marines et de glace», explique Helle Astrid Kjaer, climatologue à l'Institut Niels Bohr (Danemark), dans un communiqué. Les chercheurs ont notamment observé la relation entre des molécules organiques spécifiques produites par les algues vivant dans la glace de mer et d'autres produites par des algues vivant dans les eaux libres de glace.

3cec75ad83 50170887 cycle fonte glace rechauffement

Dans les années 1980, Willie Dansgaard (université de Copenhague) et Hans Oeschger (université de Berne) sont les premiers à déceler des cycles de variations de température surprenantes dans des forages effectués au Groenland. Leur nom sera donné au cycle court – réchauffement brutal de 10 °C au moins en quelques dizaines d’années seulement dans l’hémisphère nord. Des chercheurs de l’université de Copenhague (Danemark) pensent aujourd’hui avoir trouvé une explication à ces cycles dans la fonte des glaces de mer. © ENS Lyon

Une boucle de rétroaction inquiétante

«Grâce à la haute résolution de nos données, nous pouvons voir que les mers nordiques, au cours des changements climatiques rapides de la période glaciaire - les événements D-O -, passent d'une couverture de glace toute l'année à une couverture de glace saisonnière. Ce sont des connaissances que nous pouvons appliquer pour mieux comprendre comment le déclin de la glace de mer que nous observons aujourd'hui peut avoir un impact sur le climat dans l’Arctique», poursuit Helle Astrid Kjær.

Ces travaux montrent en effet que la glace de mer a pu, par le passé, décliner de manière importante, en moins de 250 ans. Simultanément, les eaux des océans se sont mélangées. Un excès de chaleur a été libéré dans l'atmosphère, entraînant un soudain réchauffement du climat.

Selon les chercheurs de l'université de Copenhague, la glace de mer constitue donc «un élément de basculement» dans un système océan-glace-climat très étroitement couplé.

Une information cruciale à l'heure où, en réponse au réchauffement climatique anthropique, la superficie de l'océan Arctique couverte par la glace de mer diminue rapidement.

Un phénomène qui donc, à en croire ces derniers travaux, pourrait entraîner... un changement climatique soudain!

Nathalie MAYER - © Futura Sciences

La glace, un paradis blanc vital pour la Planète

Notre Planète bleue est un système complexe où tout est interconnecté de sorte que son équilibre dépend de la préservation et de la stabilité de toutes ses parties.

L'une d'elles est vitale pour aider à lutter contre le réchauffement climatique provoqué par l'Homme et qui le menace, non seulement lui, mais aussi les espèces vivantes.

Il s'agit de la glace, celle de l'Arctique et l'Antarctique. C'est là aussi, sous la forme de glaciers et de calottes glaciaires, que se trouve près de 70 % l'eau douce de la Terre.

Lire aussi :

Fonte des glaciers du Groenland: toujours plus vite !

Les trois plus importants glaciers du Groenland, qui contient suffisamment d'eau pour faire monter le niveau de la mer de plus d'un mètre, pourraient fondre plus vite que même les prédictions les plus alarmistes l'estimaient. Lire la suite…

L’Arctique n’a pas été aussi chaud depuis 3 millions d’années

Chaque année, la couverture de glace de mer dans l’océan Arctique atteint sa plus petite surface annuelle à la mi-septembre. Cette année, sa superficie n’est plus que de 3,74 millions de kilomètres carrés, soit la deuxième valeur la plus basse depuis que les satellites ont commencé à prendre ces mesures, il y a 42 ans. À la fin de l’été, la glace ne couvre plus que 50 % de la surface qu’elle couvrait il y a 40 ans. Lire la suite…

L'Arctique entre dans un nouvel état climatique

Autour du pôle Nord, les effets du réchauffement climatique se font durement ressentir. De l'eau de mer et de la pluie plutôt que de la glace et de la neige. C'est le glissement que connaît actuellement la région. À tel point que les chercheurs parlent de revoir la définition de ce que nous appelons un climat arctique. Lire la suite…

L’acidification de l’océan Arctique plus importante que prévu

Des chercheurs ont étudié l’acidification future de l’océan Arctique en appliquant une nouvelle technique d’analyse des simulations climatiques. Ils ont ainsi pu mettre en évidence une relation entre la densité des eaux de surface de l'Arctique et son acidification future. Lire la suite…

La Terre a perdu 28.000 milliards de tonnes de glace

Une étude a compilé la fonte des calottes polaires et des glaciers de montagne pour estimer la perte totale de la glace sur Terre en 23 ans. Le chiffre astronomique qui en est déduit vient, hélas, confirmer une panoplie d'études plus alarmistes les unes que les autres. Lire la suite…

Des vagues de plus en plus extrêmes affectent l’Arctique

Avec le recul de la banquise, les vagues deviennent de plus en plus extrêmes à proximité du bassin arctique. Une évolution inquiétante quand on sait l’érosion et les dégâts qu’elles peuvent provoquer au niveau des littoraux. Et cette tendance est amenée à s’accélérer selon des résultats publiés par le Journal of Geophysical Research. Lire la suite…

La fonte de l’Arctique affecte les courants océaniques

En Arctique, le réchauffement climatique apparaît deux fois plus rapide que la moyenne mondiale. Et en 2019, l'extension minimale des glaces de mer a été inférieure de 33 % à la moyenne de 1981-2010. Selon des chercheurs, cette situation anormale pourrait affecter les courants océaniques et plus encore. Lire la suite…

Ajouter un commentaire