L'Océan à la bouche

L’activité humaine menace aussi les orques

Même les prédateurs les plus redoutables de l'océan n'échappent pas à la pression de l'activité humaine. Selon les rapports d'autopsie réalisés sur une cinquantaine d'orques, les interactions avec l'humain se révèlent mortelles pour une part non négligeable d'entre elles.

2020 12 09 15h08 39© Pixaterra / Adobe Stock

Les orques (Orcinus orca) sont tout en haut de la chaîne alimentaire et n'ont pas de prédateurs directs. Malgré tout, elles souffrent directement de l'activité humaine.

Un groupe de biologistes marins et spécialistes des orques a réalisé l'autopsie de 52 orques qui se sont échouées entre 2004 et 2013 dans le Pacifique nord et à Hawaï, ainsi que neuf orques de la population résidente du Pacifique nord-est.

Selon leurs conclusions, parues dans Plos One, de nombreux animaux sont morts des suites d'une rencontre avec l'Homme.

7a9b4153c9 50170780 orque autopsieCe mâle de 18 ans, J34, est mort des suites d'une blessure sérieuse à l'occasion d'une collision avec un bateau. © Paul COTTRELL / Fisheries and Oceans – Canada

Des rencontres avec l'humain parfois mortelles pour les baleines tueuses

Les causes de la mort des orques autopsiées sont nombreuses, mais avec un facteur commun: l'interaction avec l'être humain. Par exemple, une jeune orque est morte d'une septicémie causée par une blessure faite par un harpon, deux autres sont mortes des suites d'une entaille profonde à l'occasion d'une collision avec un bateau.

«Un individu de cette espèce iconique est mort d'une infection secondaire lors d'un balisage satellite», déplore Stephen Raverty, premier auteur de l'étude et vétérinaire au Ministère de l'agriculture de Colombie-Britannique.

Selon le scientifique, la moitié des orques résidentes de cette partie du Pacifique nord-est, étudiée ici, sont mortes à cause d'une interaction avec l'Homme. Les plus jeunes ont plus tendance à mourir des suites de la malnutrition ou d'une malformation congénitale.

Le statut de conservation des orques n'est pas déterminé à l'échelle de l'espèce, mais la population résidente au large du Canada, de l'Oregon et de l'État de Washington est considérée comme menacée.

«Personne n'aime penser que nous blessons directement des animaux. Mais c'est important de réaliser que nous ne les blessons pas qu'indirectement en épuisement de saumon, en les dérangeant avec des bateaux ou avec la pollution. Il y a aussi les collisions avec les bateaux et les hameçons de pêche. Le fait que les humains tuent directement des orques dans toutes les classes d'âge est significatif, ça signifie que nous pouvons en faire plus», a déclaré Joe Gaydos, coauteur de l'étude et vétérinaire à l'Université UC Davis.

Lire le rapport Plos One (en anglais)

Julie KERN – Futura Sciences

 

Les orques

Étiquetées comme le prédateur suprême des océans, les orques n'en sont pas moins une espèce à protéger.

D'une intelligence rare et d'une organisation implacable, les orques vivent en petits groupes familiaux guidés par une inflexible matriarche.

Nous connaissons encore très peu de la vie de ces mammifères marins, l'occasion est donc trop belle de s'aventurer près du fameux dauphin épaulard.

Lire aussi :

L’orque, un chasseur redoutable (vidéo)

Ces phoques qui se prélassent sur la côte finiront bientôt par être piégés par la marée montante et par un redoutable chasseur très patient : l'orque. Ils n'auront aucune chance de survie. Voir la vidéo…

L'orque est-elle un prédateur dangereux ?

De multiples rumeurs courent sur cet animal impressionnant. Si les hommes sont fascinés par cet animal, l'intérêt est-il réciproque ? Pierre Robert de Latour, spécialiste des orques libres nous en dit plus. Lire la suite…

La mystérieuse espèce d’orque

Des scientifiques ont capturé des images de la légendaire orque de «Type D». Un type d’orque rare, dont nous avons peu entendu parler et que nous avons encore moins eu la possibilité d’observer et d’étudier, vient d’être aperçue à l’état sauvage dans les eaux glacées du cap Horn, à la pointe sud du Chili. Lire la suite…

La grande migration des orques vers le nord

Indifférents aux plongeurs, une orque et son petit en quête de nourriture s'égayent entre les reliefs enneigés d'un fjord norvégien: le hareng, mets favori de l'épaulard, abonde, mais le réchauffement oblige le prédateur et sa proie à migrer toujours plus loin vers le nord. Lire la suite…

La moitié des orques est menacée de disparition

Dernier maillon de la chaîne alimentaire dans les océans, les orques font partie des mammifères les plus répandus dans le monde. Toutefois, la pollution menace grandement leur avenir. Une étude montre que la moitié de la population mondiale des épaulards, surtout celles vivant dans les zones les plus contaminées, a diminué rapidement. Lire la suite…

L'orque qui a transporté le cadavre de son petit pendant 17 jours

J35 (c’est son nom) a finalement lâché le cadavre de son petit 17 jours après la mort de celui-ci. Durant cette période, l'animal a parcouru pas moins de 1.600 kilomètres. L'orque semble en bonne santé. Lire la suite…

Ajouter un commentaire