Les requins plus proches de l’extinction qu’on ne le pensait

Plus que jamais, les requins sont sur la sellette. «Nos résultats sont alarmants», a déclaré le président de la réunion du Groupe de spécialistes de lUnion Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), tenue il y a quelques jours.

2020 04 07 11h29 21Illustration © iStock

Plus de 170 experts de 55 pays étaient réunis pour l’occasion. On apprend notamment que plusieurs espèces semblent plus vulnérables que les autres: les requins à croissance lente, recherchés et non protégés, comme le requin mako (ou requin-taupe bleu).

Plus globalement, ce sont les requins les plus recherchés qui semblent les moins protégés. Six des espèces examinées ont été répertoriées comme «gravement menacées d’extinction».

Une première pour trois d’entre elles : le swellshark à nageoires blanches, et deux espèces d’anges de mer. Onze autres ont été classés comme «en danger» ou «vulnérables» à l’extinction, en particulier parce qu’ils grandissent lentement, et deviennent sexuellement matures relativement tard dans la vie, tout en étant victimes de la prédation humaine.

Le requin-lézard – ou requin à collerettes – a par exemple une gestation de 42 mois. C’est la plus longue du règne animal.

1024px isurus oxyrinchus by mark conlin2

Le requin mako, ou requin-taupe bleu, l’une des espèces de squales les plus menacées de la planète. © Wikipédia

Vers une régulation de la pêche?

Ce groupe d’experts se réunit tous les deux ans pour faire un bilan de l’état de conservation des requins. Il reste néanmoins difficile d’évaluer les effectifs en haute mer.

Pour ce faire, les chercheurs se basent généralement sur les résultats des pêcheries de thon. Ces dernières, depuis quelques années, conservent en effet des données sur les prises accessoires de requins.

De manière ironique, la pêche au thon étant de plus en plus réglementée, les pêcheurs ciblent davantage les requins pour combler les pertes de revenus. Et ça se ressent clairement dans les effectifs.

«Dans l’océan Indien, poursuit le chercheur, le long de la mer d’Oman et dans le golfe du Bengale, la pêche au thon est en fait une pêche au requin avec des prises accessoires de thon. (…) Nous savons maintenant que la situation est bien pire que nous ne le pensions ».

Au vu de ces résultats, le groupe de spécialistes réclame la mise en place de «limites de pêche nationales et internationales immédiates, y compris des interdictions totales de prélèvements d’espèces considérées comme “en danger” ou “en danger critique”».

Rappelons que les requins dominent les océans de la planète depuis près de 400 millions d’années. Ils étaient donc là bien avant les dinosaures, et sont toujours là bien après, survivants à plusieurs extinctions massives.

Malheureusement, on estime aujourd’hui que plus de 100 millions de requins sont pêchés chaque année. La plupart du temps pour satisfaire le marché asiatique (ailerons et huile de foie, principalement).

Brice LOUVET - © SciencePost

Lire aussi :

La population de requins océaniques a diminué d’environ 95%

Au large du Cap, les grands requins blancs ont disparu

Les requins pourraient disparaître de la Méditerranée

Requins: une famille plus menacée que prévu

Le changement climatique, prédateur du requin

Ajouter un commentaire