Du méthane s’échappe de puits abandonnés en mer du Nord

En mer du Nord, des fuites importantes de méthane ont été observées autour de puits de pétrole ou de gaz abandonnés. Ces fuites pourraient contrecarrer nos efforts visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre.

La plateforme petroliere gannet alpha en mer du nordIllustration - La plateforme pétrolière Gannet Alpha, en mer du Nord. © Reuters

En 2012-2013, des chercheurs du Geomar, un institut d'océanographie (Allemagne), avaient découvert des fuites de bulles de méthane dans les fonds de la mer du Nord, autour de gisements de pétrole ou de gaz abandonnés.

Ils avaient supposé qu'elles étaient le fait de poches de gaz peu profondes, non visées par les opérations de forage initiales. Et estimé qu'elles pourraient être la principale source de méthane en mer du Nord.

De premiers résultats ont été confirmés aujourd'hui par une étude plus approfondie. « Des milliers de tonnes de méthane s'échappent chaque année d'anciens trous de forage », précise Christoph Böttner, l'auteur principal de l'étude, dans un communiqué du Geomar.

Une situation que les chercheurs expliquent ainsi: la perturbation des sédiments par le processus de forage fait monter le gaz de poches peu profondes normalement sans intérêt commercial.

38ab802969 50166284 fuite methane fond mer nord

En travaillant directement sur le fond de la mer, les chercheurs du Geomar, un institut d’océanographie (Allemagne), ont pu déterminer la quantité de méthane qui s’échappe d’anciens puits en mer du Nord. © ROV Team, Geomar

Du méthane qui s’échappe jusque dans l’atmosphère

Le facteur le plus important semble ainsi être la distance entre les puits et ces poches de gaz. Et les chercheurs évaluent que la seule zone qu'ils ont étudiée - 20.000 km2 de fond contenant 1.792 puits - pourrait ainsi libérer entre 900 et 3.700 tonnes de méthane chaque année.

Sachant qu'il existe en tout, quelque 15.000 forages en mer du Nord, les fuites pourraient être bien plus importantes encore...

Un véritable problème pour la planète. Car rappelons que le méthane ainsi libéré dans la mer peut, en premier lieu, conduire à une acidification des eaux. Il est, par ailleurs, un puissant gaz à effet de serre.

Et en mer du Nord, la moitié des forages se trouvent à des profondeurs qui permettent à une partie au moins de ce méthane de s'échapper dans l'atmosphère.

Nathalie MAYER - © Futura Sciences

Lire aussi :

Antarctique: Une inquiétante fuite sous-marine de méthane

La fuite de gaz a été découverte sous les glaces de l’Antarctique. De telles fuites existent dans le monde entier, mais habituellement, des bactéries "mangeuses de méthane" permettent de limiter la quantité de gaz qui s’échappe dans l’atmosphère. Ici, cela ne semble pas être le cas et les scientifiques s’inquiètent des conséquences climatiques du phénomène. Lire la suite…

Des vers s'associent avec des bactéries pour consommer le méthane des fonds marins

À près de 2.000 mètres sous les eaux, au large de la côte Pacifique du Costa Rica, deux nouvelles espèces de vers identifiées pourraient former un puits de méthane encore insoupçonné. Lire la suite…

En se dégradant le plastique libère des gaz à effet de serre

Ces émissions de gaz --comme le méthane ou l'éthylène-- ne sont pour l'heure pas prises en compte dans les calculs des scientifiques tentant de mesurer la teneur de l'atmosphère en gaz à effet de serre. Lire la suite…

Ajouter un commentaire