Huit mesures pour briser la "vague de plastique"

Chaque année, plus de dix millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans. Si rien ne change, ce nombre pourrait presque tripler d’ici 2040. Une équipe de chercheurs a mis au point un modèle analytique basé sur huit mesures drastiques mais atteignables pour briser cette “vague de plastique”.

Polytalk plastique oceans 2L'immense majorité du plastique déversé dans les océans n'est plus visible: les morceaux de plastiques sont entraînés vers les profondeurs. © CCO Domaine public

Plus de 1,3 milliard de tonnes de plastique seront jetées dans la nature entre 2016 et 2040. En mer, le taux de plastique déversé chaque année pourrait tripler pour atteindre jusqu'à 30 millions de tonnes en 2040, soit l'équivalent de 50 kg de plastique jetés par mètre de côte terrestre.

Ces chiffres hallucinants proviennent d'un nouveau modèle d'analyse, qui a fait l'objet d'une étude parue dans Science et menée par un groupe international de 17 chercheurs en collaboration avec les deux ONG Pew Charitable Trust et SYSTEMIQ.

Le modèle économique, baptisé “Plastics-to-Ocean” (P2O), est capable de traquer les stocks et les flux de matières plastiques dans le monde, et ainsi de modéliser l'évolution des “stocks de pollution plastique” pour les années à venir.

À côté de cela, les deux ONG ont mis au point huit “interventions” différentes pour limiter, dès aujourd'hui, la pollution en plastique mondiale. Le modèle d'analyse a alors intégré ces mesures pour déterminer 5 scénarios différents, du premier plan témoin “Business as usual”, où rien ne change jusqu'au scénario du changement systémique global.

Huit points pour mettre fin à la pollution plastique

Les huit mesures invoquées par les deux collectifs environnementaux sont toutes basées sur des moyens technologiques déjà disponibles (voir dans la vidéo ci-dessous). L'intégralité de ces mesures a fait l'objet d'un rapport conjoint des deux ONG, à destination du grand public et des “décideurs clés” de la planète.

Ces mesures consistent à :

- Réduire la croissance de la consommation de plastique, afin d’éviter de produire près d’un tiers des déchets plastiques prévus en 2040.

- Substituer le plus possible les produits plastiques par des matériaux compostables (papier, carton, etc.).

- Créer et développer l'économie des produits et emballages plastiques recyclables, lorsque le plastique n'est pas substituable.

- Augmenter les services de collectes de déchets, notamment dans les zones urbaines de pays pauvres.

- Doubler la capacité de recyclage mécanique du plastique, pour atteindre 86 millions de tonnes de plastique recyclé chaque année en 2040.

- Développer les moyens de conversion “plastique-vers-plastique”, permettant de ne pas augmenter la production de "plastique vierge" tout en recyclant des produits usagés.

- Permettre le stockage des 23 % de plastique restants non recyclables, grâce à la construction de nouveaux sites de stockage.

- Réduire l’export de déchets vers des pays déjà très pollueurs.

“Ce problème est né en une génération: ce rapport montre que nous pouvons l'éliminer dans ce même laps de temps”, déclare dans un communiqué Martin Stuchtey, fondateur de SYSTEMIQ.

Une véritable ligne de conduite à suivre

Les mesures environnementales actuelles ne représenteraient une baisse de la pollution plastique que de 7 % d'ici 2040, d'après le modèle P2O. En revanche, le scénario de changement systémique, la solution la plus “agressive” correspondrait à une chute du taux de... 82 % (voir graphique ci-dessous) !

W453 118989 graphe breaking plastic waveEvolution de la pollution annuelle en plastique en fonction du temps, selon les différents scénarios étudiés. En rouge, la courbe “Business as usual” correspondant à un statu quo concernant la gestion du plastique dans le monde. En violet, le scénario SCS (pour scénario de changement systémique), le plan de réduction de pollution plastique le plus “agressif” étudié par les chercheurs. © W. W. Y. Lau, Y. Shiran, R. M. Bailey et al.

Associés à des efforts de dépollution des océans, cette étude et le rapport destiné aux autorités et acteurs concernés montrent qu'il est encore temps d'agir pour éviter d'être submergés par cette “vague de plastique”.

Antoine DUVAL - © Sciences et Avenir (abonnés)

Lire aussi :

Transports routiers: Des microplastiques projetés dans l’Océan

Les microplastiques projetés dans l'air par les transports routiers pourraient polluer les océans autant que les plastiques acheminés par les rivières, selon de nouvelles modélisations. Lire la suite…

Seuls 10% des plastiques fabriqués dans le monde ont été recyclés

Plus de la moitié de tous les plastiques du monde entier ont été fabriqués depuis l'année 2000, et 10% seulement des 9,2 milliards de tonnes de matières plastiques mises en circulation depuis les années 1950 ont été recyclées, souligne un rapport présenté mardi. Lire la suite…

La lutte contre les plastiques en mer se joue à terre

À l’échelle de la planète, un tiers des déchets plastiques finirait en mer, via les rivières, dénonce WWF dans le dossier plastique et océan de «La mer notre avenir». Réduire micro ou macroplastiques est un enjeu majeur pour l’environnement comme pour la santé. Les initiatives se multiplient à terre, là où tout se joue, pour y parvenir. Lire la suite…

La Chine a fermé sa poubelle: le recyclage mondial en plein chaos

Des montagnes de déchets qui s'entassent dans les pays occidentaux, aux villes d'Asie du Sud-Est qui croulent sous les emballages importés, le circuit du recyclage mondial est en crise depuis que la Chine ne veut plus être la poubelle du monde. Lire la suite…

Sel, mollusques, crustacés… le plastique envahit nos assiettes

Une étude menée par des homologues européens du magazine de consommation Que Choisir pointe la "présence notable" de microplastiques dans des échantillons de sel, mollusques et crustacés. Lire la suite…

En se dégradant le plastique libère des gaz à effet de serre

Ces émissions de gaz --comme le méthane ou l'éthylène-- ne sont pour l'heure pas prises en compte dans les calculs des scientifiques tentant de mesurer la teneur de l'atmosphère en gaz à effet de serre. Lire la suite…

Ajouter un commentaire