L'Océan à la bouche

19 août

  • Le poisson qui n'hésite pas à s'attaquer aux baigneurs

    Plusieurs baigneurs ont été mordus jusqu'au sang, courant août, le long de plages du Var mais aussi dans les Alpes-Maritimes et dans l'Aude. Le Dr Pascal Romans, responsable du Service Mutualisé d’Aquariologie de l’Observatoire Océanologique de Banyuls, nous parle du coupable.
  • Ce parasite buveur de sang remplace la langue des poissons

    Le monde animal regorge de bizarreries qui font parfois froid dans le dos. Certains poissons sont parasités par des petits crustacés qui se nourrissent de sang. Après s'être installé, le parasite devient un organe à part entière de l'animal.
  • Découverte du mystère de l'origine des manchots

    Des scientifiques ont mené une étude inédite sur les génomes des différentes espèces de manchots répertoriées. Les résultats ont indiqué que les oiseaux ne proviennent pas de l'Antarctique comme on le pensait.
  • Feu vert pour des forages pétroliers en Alaska

    Le gouvernement de Donald Trump a approuvé un programme ouvrant la voie à des forages pétroliers et gaziers dans la plus grande zone naturelle protégée du pays, en Alaska, où vivent des ours polaires.
  • Des colonies de manchots découvertes en Antarctique

    Alors que le réchauffement climatique menace la survie des manchots empereurs, des chercheurs annoncent avoir découvert, sur des images satellites de l'Antarctique, onze colonies jusqu'ici inconnues. Des colonies qui ne comptent toutefois qu'un nombre limité d'individus et qui apparaissent particulièrement fragiles.
  • Parasitisme sexuel, ou comment ces poissons se reproduisent

    Les couples de baudroies abyssales sont hors du commun. Le mâle, très petit à côté de la femelle, fusionne avec sa partenaire pour pouvoir se reproduire. Une stratégie unique dans le monde animal qui a longtemps laissé perplexes les scientifiques.
  • Une “île de méduses” au large des côtes ukrainiennes

    Une vidéo postée sur YouTube montre une véritable “île de méduses” formée dans la mer d’Azov, au large de la station balnéaire ukrainienne de Berdyansk. Le vent, l’abondance de nourriture ou encore l’augmentation de la salinité de l’eau expliquent ce phénomène.