Maurice: une barrière de cheveux pour contrer la marée noire

Pour faire face à la marée noire qui touche l’île Maurice, plusieurs tonnes de cheveux ont été récoltées, puis placées dans des boudins flottants. Grâce à leur structure en écaille, ces poils constituent un fantastique atout pour piéger les hydrocarbures et limiter la pollution qu’ils engendrent.

Cover r4x3w1000 5f368e49184af 000 1wg6x4Des boudins antipollution ont été déployés au large des côtes de l'île Maurice. © BEEKASH ROOPUN/L'EXPRESS MAURICE/AFP

Le 25 juillet 2020, un navire chargé de 3800 tonnes de fioul et 200 tonnes de diesel heurte un récif à Pointe d'Esny, à l'île Maurice. Une fissure dans la coque du bateau a laissé fuir près de 1200 tonnes de fioul dans l'océan, provoquant une terrible marée noire.

Face au désastre, les habitants de l'île ont mis tous les moyens en œuvre pour limiter la propagation des hydrocarbures et préserver les côtes et les plages de cette substance toxique pour les écosystèmes.

Des boudins de dépollutions constitués de cheveux

Quitte à employer parfois des moyens étonnants, comme la mise en place d'immenses chaines de boudins flottants … remplis de cheveux ! "Grâce à ses propriétés lipophiles, le cheveu est capable de fixer les hydrocarbures à sa surface", explique le coiffeur varois Thierry Gras, fondateur de l'association Coiffeurs Justes, et qui a travaillé à l'élaboration de ces filtres antipollution réalisés à partir de matière capillaire.

Une idée originale, et très efficace: 1 kg de cheveux absorbe entre 6 et 8 litres d'hydrocarbures !

Mais quel est le secret du cheveu pour capter ces matières polluantes ? La clé se trouve dans sa composition, et plus particulièrement sa couche externe - la cuticule - composée de cellules en forme d’écailles qui se superposent les unes sur les autres. Le pétrole est piégé par cette structure en écailles, et ne peut ensuite être décollé qu’à l’aide d’un lavage au shampoing.

Plusieurs tonnes de cheveux envoyées à l’île Maurice

Pour fabriquer ces boudins, pas besoin de matériel coûteux: de simples collants usagés sont garnis de matière capillaire. "On peut mettre jusqu’à 1 kg de cheveux dans un seul collant", précise Thierry Gras.

Dans le cas d’une marée noire comme celle qui touche l’île Maurice, le filtre s’imbibe en seulement quelques minutes, à la manière d’une grosse éponge. "Il n’est pas nécessaire de le jeter une fois qu’il est plein d’hydrocarbures, explique le coiffeur varois, le filtre est lavable et on peut le réutiliser 6 à 10 fois !"

W453 119695 fabricationboudinsDes bénévoles confectionnent les boudins antipollution à partir de cheveux à l'île Maurice. © Eco Sud

Afin d’éponger les milliers de tonnes de fioul qui se sont déversées au large de l’île Maurice, plusieurs tonnes de cheveux seront nécessaires. Dans un élan de solidarité, de nombreux habitants de l’île ont fait dont d’une partie de leurs cheveux.

L’association Coiffeurs Justes s’est aussi mobilisée suite à la catastrophe: "Je leur ai transmis le mode d’emploi pour faire les boudins antipollution, explique Thierry Gras, et nous allons leur faire parvenir dans les prochains jours la moitié du stock de cheveux récoltés par notre association".

Ce sont au total 20 tonnes de matière capillaire qui vont faire le voyage depuis le Var, jusqu’à l’île Maurice.

Qu’ils soient raides, bouclés, crépus, blonds, roux, ou bruns, tous les cheveux seront mis à profit pour lutter contre cette catastrophe écologique…

W453 119696 tgcoifjustesLe coiffeur Thierry Gras, fondateur de l'association Coiffeurs Justes, pose avec l'un des sacs utilisés pour la récupération des cheveux. © Coiffeurs Justes et Territoires Branding

Nos cheveux sont dotés de propriétés remarquables, mais ils sont souvent jetés après notre passage chez le coiffeur… sans avoir été valorisés.

Pour remédier à ce problème, et afin de donner une seconde vie aux cheveux coupés, le coiffeur Thierry Gras a créé en 2015 l’association Coiffeurs Justes. Le principe ? Chaque salon de coiffure adhérent récupère tous les cheveux coupés et les garde précieusement dans un sac biodégradable.

À la fin de chaque mois, ce sac est envoyé à l’association, où les cheveux seront ensuite réutilisés. Les applications possibles sont multiples: il peut être utilisé en tant qu’isolant pour les bâtiments, agent dépolluant dans les mers et sur les bords de routes, en même comme engrais !

Thomas ALLARD - © Sciences et Avenir

Ajouter un commentaire