Échoué sur une plage californienne, il confond les scientifiques

Un poisson long de plus de 2 m a été découvert échoué sur une plage de la Californie. Mis à part son allure particulière, c’est son origine qui confond les spécialistes de la faune marine.

2c78a04b a0d9 4224 b7f8 0f9258892f2a 16x9© Thomas Turner

La scène paraît être tout droit sortie d’un film de science-fiction, et pourtant. Le poisson découvert sur une plage du sud de la Californie est bel et bien réel : il s’agit d’un «hoodwinker», une espèce de poisson-lune que l’on retrouve habituellement dans les eaux tropicales de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de l’Afrique du Sud ou du Chili.

Mais jamais ce spécimen n’avait encore été aperçu en Amérique du Nord.

Pour la scientifique qui a découvert cette espèce en 2017 et qui l’a même nommé le «hoodwinker», cette découverte est intrigante.

«Lorsque les photos plus claires sont apparues, il n’y avait plus aucun doute. C’était assurément un hoodwinker. Je ne pouvais pas le croire. Je suis presque tombée en bas de ma chaise», a déclaré Marianne Nyegaard.

Dfd04c72 d6a9 43fb a496 0db57638ebe1 original

D’autres espèces de poisson-lune existent dans les eaux de la Californie, mais aucun «hoodwinker» n’y avait encore été aperçu. D’ailleurs, les premiers scientifiques à s’être penchés sur le spécimen n’y ont rien vu d’autre qu’un poisson-lune échoué. Ce n’est que lorsque la photo de l’animal a commencé à circuler sur des forums scientifiques que la véritable identité s’est révélée.

Un chercheur a fait parvenir à Mme Nyegaard les photos et celle-ci a rapidement conclu qu’il s’agissait bien de l’espèce qu’elle avait identifiée deux ans plus tôt. La forme distinctive de la queue du poisson, qui ressemble à un gouvernail, de même que la composition de son squelette et de ses écailles sont autant de facteurs différenciateurs qui ont permis d’isoler le spécimen des autres de sa famille.

A8ca20de 38b5 4e0a bb5f bf62ee6dd974 original

Pourtant, elle s’explique mal comment le poisson a pu se retrouver aussi loin de son habitat naturel.

«Nous savons qu’il existe un environnement propice pour lui en Australie et au large du Chili, mais alors, comment a-t-il fait pour traverser l’équateur et se rendre jusqu’en Californie? Il est intrigant de comprendre ce qui l’a poussé à traverser la ligne équatoriale», a commenté la scientifique.

Impossible pour le moment de vraiment savoir s’il s’agit d’un cas isolé de poisson qui s’est éloigné de la maison ou d’une population à part entière de «hoodwinkers» qui n’avait pas encore été identifiée en Amérique du Nord. Mme Nyegaard entend comparer un échantillon génétique du poisson retrouvé en Californie avec ceux présents dans les eaux océaniques de l’Australie.

«Il est commun de voir un poisson-lune s’aventurer très loin, souligne-t-elle. À l’avenir, nous aurons une meilleure compréhension à savoir si ce poisson se rend régulièrement sur la côte californienne, ou s’il s’agit d’une exception.»

© TVA Nouvelles Canada

Ajouter un commentaire