Méduses : un danger pour la biodiversité

Depuis les années 2000, les méduses prolifèrent et envahissent les plages européennes toute l'année. Ce phénomène est une conséquence du réchauffement climatique.

Meduse mer ocean 1

Ces innombrables créatures marines, présentes sur l'ensemble des mers et océans, ne pullulaient autrefois que tous les douze ans. Mais depuis les années 2000, toutes les années sont des années à méduses... Guillaume Eveillard, conservateur au Médusarium de l'Aquarium de Paris, nous explique pourquoi.

GEO : Pourquoi les eaux de la mer Noire et Baltique sont-elles devenues de véritables "soupes à méduses" ?

Guillaume Eveillard : En Europe, les méduses grossissent normalement au printemps et sont adultes en été. Aujourd’hui, on se rend compte qu’il y a des proliférations de méduses à d’autres moments de l’année. Avec le réchauffement des océans, le plancton (principale nourriture des méduses, ndlr) se reproduit dès l’automne. En conséquence, les méduses (qui ont besoin de beaucoup d'énergie, donc de nourriture, pour féconder leurs œufs, ndlr) arrivent à proliférer dès l’hiver.

Le deuxième facteur de cette prolifération est la surpêche dans les océans car les prédateurs des méduses, comme les poissons, sont moins nombreux. Pas que les poissons d’ailleurs, il y a aussi les mammifères marins et des reptiles comme les tortues qui mangent les méduses.

Y a-t-il un impact sur la biodiversité ?

La prolifération des méduses, si elle n’est pas régulée, peut être vraiment dangereuse pour la biodiversité car les méduses dévorent les larves de poissons. Plus il y a de méduses, moins il y a de poissons dans les océans.

Quelle est la dangerosité des méduses pour les humains ?

Elle est relativement faible, il faut juste faire attention quand vous allez vous baigner sur certaines plages. Peu d’espèces de méduses sont mortelles pour l’homme, les plus dangereuses sont présentes en Australie. Là-bas, lors de pics, les plages sont alors fermées ou des filets sont installés pour les empêcher d’arriver jusqu’au bord.

Gaétan LEBRUN - © GEO

Lire aussi :

Un médusarium pour sensibiliser à la santé des océans

Les méduses pourraient compromettre les écosystèmes des océans

Traquer les méduses grâce au poisson-lune

Les méduses remercient l’homme

 

Ajouter un commentaire