Les États-Unis torpillent le Conseil de l'Arctique

Pour la première fois en deux décennies, les huit pays membres du Conseil de l'Arctique, réunis à Rovaniemi (Finlande), ont échoué à rédiger leur traditionnelle déclaration finale à cause du refus des États-Unis d'y mentionner le changement climatique.

1031631118

Premières concernées par le réchauffement qui bouleverse leurs modes de vie ancestraux, les populations indigènes représentées au sein de l'instance de coopération régionale ont fustigé cet échec.

Au terme de la 11e réunion ministérielle du Conseil de l'Arctique, l'habituelle déclaration commune finale a été remplacée par un texte --plus court et d'une portée symbolique moindre--, signé par tous les ministres des huit États-membres. Aucune référence au changement climatique n'y figure.

"Je ne veux pas blâmer qui que ce soit", a pudiquement déclaré le chef de la diplomatie finlandaise Timo Soini lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion qu'il présidait.

"Mais, bien sûr, il est clair que les questions climatiques sont différentes selon les points de vue et selon les capitales", a-t-il ajouté.

Plusieurs délégués ont confirmé à l'AFP que le blocage était dû au refus des États-Unis d'inclure le climat dans le document final.

Dans un autre texte de la présidence finlandaise, M. Soini a indiqué qu'"une majorité d'entre nous avons considéré le changement climatique comme un défi fondamental pour l'Arctique". Une formulation qui illustre l'absence de consensus, inhabituelle dans cette arène.

Cette même majorité, dont la composition n'a pas été précisée, a aussi "salué" le programme de travail arrêté pour mettre en œuvre l'Accord de Paris sur le climat, dont les États-Unis, sous la présidence de Donald Trump, sont en train de se retirer.

C'est la première fois depuis ses débuts en 1996 que le Conseil de l'Arctique échoue à émettre une déclaration finale à l'issue de ses réunions ministérielles bisannuelles.

9690c59db956c408308a343b77c283347e84acaaLes ministres des Affaires étrangères des pays membres du Conseil de l'Arctique réunis à Rovaniemi en Finlande, mai 2019. © MANDEL NGAN /POOL/AFP

Les organisations représentant les populations indigènes au sein de l'instance ont exprimé une inquiétude unanime.

"Notre culture et notre mode de vie sont attaqués. Les animaux, les oiseaux et les poissons dont nous dépendons pour notre survie culturelle sont de plus en plus sous pression. Nous sommes inquiets pour notre sécurité alimentaire", a souligné James Stotts du Conseil circumpolaire inuit.

"Il est temps de remettre les pendules à l'heure: le changement climatique existe et les humains en sont les principaux responsables", a-t-il dit. "Nous pensons qu'il est temps de cesser de nous quereller" sur la question.

Coopération ou compétition?

Regroupant les États-Unis, la Russie, le Canada et les cinq États nordiques (Suède, Norvège, Danemark, Finlande et Islande), le Conseil de l'Arctique est généralement considéré comme un modèle, où la coopération intergouvernementale l'emporte sur la compétition.

"Les objectifs collectifs, même bien intentionnés, ne sont pas toujours la solution", a fait valoir le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo dans son intervention. "Ils sont vides de sens, voire contre-productifs, dès lors qu'une nation ne s'y conforme pas".

Il a assuré à ses homologues que "l'administration Trump partage (leur) profond engagement en matière de gestion de l'environnement" et que les États-Unis "font (leur) part".

Dans un discours lundi à la veille de la réunion ministérielle, M. Pompeo avait semblé saluer l'aubaine du réchauffement dans l'Arctique pour l'économie américaine.

"Le recul régulier de la banquise ouvre de nouvelles voies de passage et offre de nouvelles opportunités commerciales", avait-il souligné.

Il s'en était ensuite vivement pris à la Chine et à la Russie.

Fustigeant "l'attitude agressive" de Pékin et Moscou dans l'Arctique, il les avait accusés en substance de militariser la région et de tenter d'y faire main basse sur ses abondantes ressources naturelles et opportunités économiques.

La Chine a dénoncé des propos "totalement contraires aux faits" et des "arrière-pensées malveillantes".

"Nous ne faisons pas de calculs géopolitiques et ne cherchons pas à constituer de petits cercles fermés aux autres", a réagi un porte-parole du ministère chinois des Affaires, Geng Shuang, en référence aux velléités américaines d'exclure la Chine des questions relatives à l'Arctique.

"La Chine a toujours participé aux affaires de l'Arctique avec une attitude ouverte, coopérative et visant les bénéfices mutuels", a-t-il ajouté.

Pour Victoria Herrmann, la présidente de l'Arctic Institute, un centre de recherche non-gouvernemental américain, "l'administration Trump devrait être plus préoccupée par la menace imminente qu'elle pose aux Américains à travers son inaction climatique que par les ambitions chinoises et russes".

© AFP / 2019

Ajouter un commentaire