Un gigantesque réservoir d’eau douce découvert sous l’Atlantique

Alors qu’ils étudiaient les fonds océaniques, des scientifiques américains ont découvert un immense réservoir d’eau douce souterrain, emprisonné sous les sédiments. Une découverte sans précédent.

Image 1024 1024 11707483Le réservoir s’étendrait sur près de 350 km. © DR

Au large de la côte nord-est des États-Unis, une équipe de scientifiques de l’université Columbia et de l’Institut océanographique de Woods Hole a fait la découverte d’un gigantesque réservoir d’eau douce, légèrement salée, enfermé sous les roches poreuses de l’océan Atlantique.

2 800 kilomètres cube d’eau

Ce vaste réservoir, aussi appelé «aquifère», serait le plus grand jamais observé, s’étendant sur près de 350 kilomètres, de l’État du Massachusetts au sud du New Jersey.

Image 1024 1024 11707484Cette immense poche d’eau se situerait entre l’État du Massachusetts et le sud du New Jersey. © Chloé GUSTAFSON et al. 2019

Dans leur étude récemment publiée dans le Scientific Reports, les chercheurs indiquent que l’étendue totale pourrait contenir près de 2 800 kilomètres cubes d’eau. La grande majorité de cette eau serait issue de la fonte des glaces de la dernière période glaciaire, qui a pris fin il y a environ 12 000 ans.

«Nous savions qu’il y avait de l’eau douce dans des endroits isolés, mais nous n’en connaissions ni l’étendue ni la géométrie», précise Chloé Gustafson, doctorante au Lamont Doherty Earth Observatory de l’université Columbia, sur le site de l’université.

Dans les années 1970, des géologues avaient déjà ciblé cette zone, à la suite d’observations réalisées lors de forages pétroliers.

Un espoir pour les régions arides

Pour déterminer l’ampleur de leur découverte, les scientifiques se sont équipés d’instruments de dernière génération utilisant les ondes électromagnétiques pour cartographier les fonds marins. Cette énorme poche d’eau serait ainsi située entre 182 et 365 mètres sous le fond de l’océan.

Selon les chercheurs, ce réservoir pourrait être alimenté de manière constante par le ruissellement des eaux souterraines continentales qui gagnent en salinité au fil des millénaires. «L’eau devrait être dessalée avant de pouvoir être consommée, mais elle coûterait moins cher à traiter que l’eau salée ordinaire», indique Kerry Key, coauteur de l’étude, de l’université de Columbia.

Pour le scientifique, cette découverte représente surtout un espoir pour les régions les plus arides du globe.

Image 1024 1024 11707485Issu de la fonte des glaces, le réservoir serait également alimenté par le ruissellement des eaux souterraines continentales. © Chloé GUSTAFSON et al. 2019

© Ouest France

Ajouter un commentaire