Australie: les sédiments menacent la Grande barrière

Les inondations récentes dans le nord de l'Australie ont provoqué des ruissellements qui menacent "d'étouffer" la Grande barrière, privant les coraux de lumière et apportant de la nourriture à des étoiles de mer prédatrices.

2379c413ef44bb089451aa79dac1a40b15b7cd99Photo prise le 13 février 2019 au large de Townsville montrant des sédiments (en bas de l'image) progressant dans l'océan Pacifique vers les récifs de la Grande barrière de corail à la suite des inondations qui ont frappé l'Australie. © Matt CURNOCK / AFP

Plusieurs régions du nord de l'État du Queensland, qui borde l'immense récif corallien, subissent toujours le contrecoup de pluies diluviennes sans précédent qui ont transformé des routes en rivière et inondé des centaines de maisons.

Des scientifiques de l'Université James Cook ont expliqué que les rivières gonflées avaient déversé des sédiments dans ce joyau environnemental inscrit au patrimoine de l'humanité, portant atteinte à la qualité des eaux et à leur luminosité.

"Les récifs coralliens et les herbiers marins ont besoin de lumière pour maintenir leur croissance et leur état de santé", a expliqué à l'AFP Jane Waterhouse, chercheuse à James Cook.

718a799656206d6e2850859a7130f143f13b3055Les sédiments (en bas de l'image) progressent dans l'océan Pacifique vers les récifs de la Grande barrière de corail © Matt CURNOCK / AFP

La longue période pluvieuse a été suivie par une météo calme, si bien que les eaux troubles ne se sont pas encore dispersées. Dans les zones les plus touchées, le corail est menacé d'être "étouffé", comme à l'embouchure du fleuve Burdekin, où une marée boueuse s'est répandue sur une distance allant jusqu'à 100 kilomètres des côtes.

"Si elle reste sur place, il ne faudrait pas tant de temps que cela pour que certains de ces systèmes meurent", a ajouté la scientifique.

Les effets de ces ruissellements ne seront vraiment mesurables qu'au bout de plusieurs semaines de surveillance.

Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco en 1981, la Grande barrière s'étend sur environ 2.300 kilomètres le long de la côte nord-est de l'Australie et constitue le plus vaste ensemble corallien du monde. Elle a subi en 2016 et 2017 deux épisodes de blanchissement sans précédent de ses coraux, un phénomène dû au réchauffement climatique.

Mais ses récifs sont également menacés par l'acanthaster pourpre, une étoile de mer dévoreuse de coraux, qui ont proliféré en raison de la pollution et des ruissellements agricoles.

Les inondations ont aggravé ces ruissellements, et par conséquent la croissance d'algues. "Elles fournissent une alimentation formidable qui permet à ces populations de prospérer", a déclaré Mme Waterhouse.

© AFP / 2019

Lire aussi :

Acanthaster, la guerre d’une étoile de mer

Un gastéropode géant pour défendre le corail contre les étoiles de mer

Ajouter un commentaire