La pollution plastique décime les bernard-l’hermite

Aux îles Cocos, territoire australien de l’océan Indien, les bernard-l’hermite élisent domicile dans des coques et contenants en plastique échoués, au lieu de se réfugier dans des coquilles naturelles. Résultat, ces crustacés sont plus d’un demi-million à mourir chaque année, piégés par les déchets. Et ce ne serait pas un phénomène isolé.

Bernard l hermiteSelon les auteurs de l’étude récente, les bernard-l’hermite pourraient être menacés par la pollution plastique dans le monde entier. © U.S. Fish and Wildlife Service

De longues plages de sable blanc, une eau d’un bleu cristallin, des palmiers, et… des centaines de tonnes de plastique. Les plages des îles Cocos, un territoire australien composé de 27 atolls dans l’océan Indien, sont surchargées de déchets.

Le constat a été dressé par la docteure Jennifer Lavers, une biologiste australienne, en 2017. Selon ses calculs, plus de 400 millions de fragments de plastique polluent les plages de l’archipel peuplé d’environ 550 habitants.

Cela représente 238 tonnes de déchets, expliquait une étude publiée au mois de mai dernier par la scientifique dans la revue spécialisée Nature Scientific Reports.

Image 1024 1024 13481297

Les îles Cocos sont un territoire australien. © Ouest-France

La chercheuse de l’Université de Tasmanie, en Australie, en était arrivée à cette conclusion après avoir réalisé des travaux de recherche, sur place, avec une équipe scientifique.

Mais en arpentant les plages des îles Cocos, Jennifer Lavers et les autres chercheurs ont été intrigués par un autre phénomène. Souvent, les bouteilles et autres emballages n’étaient pas vides. Les objets contenaient des bernard-l’hermite. Et la plupart du temps, ces crustacés étaient morts, rapporte le quotidien américain The Washington Post.

Jennifer Lavers et son équipe viennent de publier une nouvelle étude consacrée à ce phénomène, dans la revue scientifique Journal of Hazardous Materials. Et selon les chercheurs, ces centaines de millions de morceaux de plastique tueraient quelque 508 000 bernard-l’hermite par an, sur les seules îles Cocos.

Image 1024 1024 13481298Un aperçu des déchets qui s’entassent sur les plages des îles Cocos. © Silke STRUCKENBROCK / University of Tasmania / AFP

Piégés dans le plastique

Ces déchets représentent des «pièges potentiellement mortels pour les bernard-l’hermite», écrivent les auteurs de l’étude dans un communiqué publié sur le site de l’Université de Tasmanie.

En effet, ces crustacés n’ont pas de carapace naturelle et leur abdomen est mou. Pour se protéger, ils doivent se trouver des coquilles, dont ils changent régulièrement au fil de leur croissance. Les bernard-l’hermite sont par exemple capables de «voler» celle d’un gastéropode.

Mais ils peuvent aussi se tromper et considérer qu’une bouteille en plastique est une carapace potentielle. Le problème, c’est que c’est dangereux pour eux.

Image 1024 1024 13481299

Des déchets, sur une plage des îles Cocos. © Jennifer LAVERS / University of Tasmania / AFP

Un exemple : si «l’ouverture d’un contenant en plastique est positionnée vers le haut, un crustacé aura des difficultés à s’en sortir et sera piégé dedans», écrivent les chercheurs. Privés d’eau, les crustacés meurent au bout de 5 à 9 jours.

Effet domino

Ensuite, les événements s’enchaînent. «Quand un bernard-l’hermite meurt, il émet un signal chimique indiquant à ses congénères qu’une coquille est devenue libre», explique le biologiste Alexander Bond, l’un des auteurs de l’étude, au Washington Post.

Image 1024 1024 13481300Les bernard-l’hermite meurent par centaines de milliers, tous les ans, sur les îles Cocos. © William BKH / Wikimédia Commons

Résultat, quand un crustacé meurt dans un contenant en plastique, il en attire donc un autre, et ainsi de suite… «Cela crée un effet domino, ajoute-t-il. Ils viennent dans ces bouteilles les uns après les autres en pensant qu’il s’agit de leur prochaine maison. En réalité, c’est leur dernière».

À partir de la quantité de déchets estimée sur les îles Cocos, les scientifiques ont ensuite réalisé des calculs mathématiques pour tenter d’estimer le nombre de crustacés piégés dans les déchets plastiques. C’est ainsi qu’ils en sont arrivés à ce chiffre de 508 000.

Il est difficile de savoir comment ce phénomène affecte la population de crustacés de l’archipel, les scientifiques ne sachant pas combien exactement vivent sur les îles Cocos, souligne Jennifer Lavers auprès du Washington Post.

Un phénomène à l’échelle mondiale

En tout cas, cette hécatombe a des impacts sur tout l’écosystème des îles. «Les bernard-l’hermite jouent un rôle crucial dans les environnements tropicaux, explique Jennifer Lavers sur le site de l’Université de Tasmanie. Ils aèrent et fertilisent le sol, dispersent des graines», qui deviendront ensuite de nouveaux végétaux, entre autres vertus.

Et ce n’est pas tout. Les auteurs de l’étude se sont également demandé si cette situation était spécifique à l’archipel australien, ou si le même phénomène se reproduisait ailleurs.

Ils ont effectué les mêmes travaux et les mêmes calculs sur l’île Henderson, un territoire britannique situé au beau milieu de l’océan Pacifique, à plus de 13 000 kilomètres à vol d’oiseau des îles Cocos.

Image 1024 1024 13481301L’île Henderson. © Ouest-France

Classée sur la Liste du Patrimoine mondial de l’Unesco en raison de son «écologie pratiquement intacte», cette île est aujourd’hui noyée sous le plastique.

Selon l’équipe de Jennifer Lavers, ici, ces déchets tuent environ 61 000 bernard-l’hermite par an. Et le phénomène pourrait être généralisé. C’est la conclusion de l’autrice principale de l’étude : «Il est probable que la mortalité des bernard-l’hermite sur les plages du monde entier soit conséquente.»

Maintenant, les chercheurs veulent réaliser de nouvelles études, pour mieux évaluer l’étendue de ce phénomène et ses implications à l’échelle de la planète.

© Ouest France

Lire aussi :

100 kilos de plastique dans le ventre d’un cachalot

Déchets plastiques: de grandes multinationales pointées du doigt

L'île Henderson, ce paradis perdu par le plastique

Les Saint-Jacques aspirent des milliards de particules de plastique

Ajouter un commentaire