Cinq choses à savoir sur la faune en Antarctique

Recouvert de glace et de neige à 99%, l'Antarctique, malgré son immensité, n'est pas propice à la faune terrestre. La vie marine est en revanche très variée, offrant la diversité la plus riche sur Terre après les récifs de corail.

95dfd8f79342bc7dfcefd06720daa97fe03c5a40Une otarie, dans les îles Shetland du Sud, en Antarctique. © Johan ORDONEZ / AFP

À l'exception de l'homme, espèce non native, le plus gros animal terrestre est un moucheron de 6 mm, Belgica Antarctica. La vie marine est en revanche très variée, offrant la diversité la plus riche sur Terre après les récifs de corail.

Main qimg a9666bd12e312613fb613719dba91bd4Belgica Antarctica

Voici cinq choses à savoir sur la faune en Antarctique.

"Phelps des mers"

Le manchot, à ne pas confondre avec le pingouin, qu'on trouve dans l'hémisphère Nord, est sans doute l'animal le plus emblématique du continent.

Aa8b9d76fcdf2de6985141550cc5e9592797c00aUn manchot dans les eaux glacées de l'île de Half Moon, en Antarctique. © Johan ORDONEZ / AFP

Quatre espèces y vivent tout au long de l'année: les manchots Adélie, les manchots empereurs, les manchots à jugulaire et les manchots papous.

Ces derniers sont des bolides sous l'eau. Leur vitesse peut y dépasser 35 km/h, près de quatre fois mieux que Michael Phelps, le nageur le plus rapide au monde (9,6 km/h).

Dans la péninsule, la population des manchots papous tend à augmenter quand celle des Adélie est sur le recul. Les scientifiques l'expliquent par une différence de diète: les premiers ont une nourriture variée (krill, calamar et poisson) quand les seconds dépendent exclusivement du krill.

Les manchots sont le plat de prédilection des léopards de mer qui peuvent en avaler jusqu'à 20 par jour.

172299Léopard de mer, aussi appelé phoque léopard. © John DICKENS @ BRITISH ANTARCTIC SURVEY

Poubelle à ailes

Malgré sa blancheur immaculée trompeuse, le chionis, un oiseau migrateur rondouillard, est un charognard qui ne fait pas la fine bouche.

Ce sont les "poubelles" de l'Antarctique, disent les scientifiques.

"Ils mangent le guano, les déjections de manchots, les poissons ou tout ce que les manchots pourraient faire tomber, tout ce qui mort et qui leur tombe sous la main", explique l'ornithologue Rebecca Hodgkiss.

290px chionis blanc pale faced sheathbillChionis blanc © Wikipedia

Fast-food

En Antarctique, la chaîne alimentaire est généralement très courte.

Elle repose lourdement sur le krill, sans doute la biomasse la plus abondante de la planète selon l'Institut polaire français.

Le plus gros animal au monde, la baleine bleue, dont le poids peut dépasser 150 tonnes, se repaît notamment de ces minuscules crevettes qui se nourrissent elles-mêmes de phytoplancton.

"Pas de baleines sans phytoplancton", souligne la biologiste américaine Allison Cusick.

L'inverse est aussi vrai. Riches en fer, les excréments de baleine fertilisent le phytoplancton.

"Vous avez donc cette boucle où le phytoplancton se développe grâce au fer et se fait manger par le krill, les baleines mangent le krill et leurs déjections vont nourrir le phytoplancton", explique Mme Cusick.

Une baleine bleue, une des huit espèces de baleines qu'on trouve en Antarctique, consomme jusqu'à 3,6 tonnes de krill par jour.

Baleine bleue 3

Une baleine bleue

Indésirables

S'ils ont énormément aidé Roald Amundsen dans sa conquête du Pôle Sud en 1911, en tirant d'abord ses attelages puis en finissant dans sa gamelle, les chiens sont aujourd'hui indésirables en Antarctique.

Signé huit décennies plus tard, en 1991, le Protocole de Madrid sur la protection de l'environnement interdit l'introduction d'espèces animales et végétales non indigènes.

Le texte prévoit que tous les canins déjà présents dans ces régions soient évacués avant le 1er avril 1994.

Emmenés aux Malouines pour plusieurs semaines d'adaptation climatique avant leur retour en Grande-Bretagne, les derniers chiens de traîneau du British Antarctic Survey y découvriront pour la première fois... herbe, moutons et enfants.

Indésirables (bis)

Malgré les efforts déployés, des espèces invasives sont introduites par l'homme dans la région et peuvent entrer en concurrence avec les espèces locales.

Spécialiste de l'écologie terrestre de l'Antarctique, le Britannique Peter Convey en a dénombré une centaine depuis deux siècles.

"99% des espèces invasives viennent avec les humains", scientifiques et touristes, dit-il.

S'il s'agit le plus souvent de végétaux, cela peut aussi concerner des micro-organismes ou des insectes.

En transférant des plantes dans les années 1960, l'homme a ainsi introduit un moucheron sur l'île Signy, dans l'archipel des Orcades du Sud, où il prolifère aujourd'hui au risque de coloniser le continent plus au sud.

Les activités humaines "auront, en réalité, probablement un bien plus grand impact sur les écosystèmes antarctiques que le changement climatique lui-même", concluent M. Convey et son collègue du British Antarctic Survey, Lloyd Peck, dans une étude publiée cette semaine dans la revue Science Advances.

© AFP / 2019

Lire aussi :

Antarctique: 8ème échec pour la création de sanctuaires marins

Vers une disparition des manchots Empereur ?

Antarctique : la migration du krill inquiète

Une étrange créature marine filmée en Antarctique

Antarctique: le déclin du krill menace la biodiversité marine

Ajouter un commentaire