Un dauphin a appris le langage des marsouins

Kylie, un dauphin isolé de ses congénères, a appris le langage des marsouins à force de les fréquenter. C'est la première fois que ce phénomène est observé chez un dauphin.

Cover r4x3w1000 5b8ea3abc3712 dolphin 2691864 960 720

© CC0 Creative Commons

Tout comme les humains, les dauphins peuvent être polyglottes. C'est ce qu'ont découvert les chercheurs de l'Université de Strathclyde, à Glasgow en Écosse.

Kylie, un dauphin commun à bec court, a élu domicile autour d'une bouée de navigation dans le Firth of Clyde, une vaste étendue d'eau côtière au nord du Royaume-Uni.

Les scientifiques pensent que le cétacé s'est établi à cet endroit après avoir perdu son groupe, il y a 17 ans. Depuis, il vit seul dans cette région très peu visitée par les individus de son espèce.  

Kylie ne communique donc pratiquement jamais avec des congénères. Il a pris l'habitude de fréquenter des marsouins communs (une autre espèce de cétacé) qui aiment nager dans ces eaux.

Depuis 2004, il a en effet fréquemment été aperçu en compagnie de ses cousins. À force d'entendre les sons qu'ils produisent, des "clics" utilisés pour les déplacements, la recherche de nourriture et la communication, le dauphin solitaire s'est mis à les imiter.

Kylie change de vocalisations en présence de marsouins

Les dauphins se servent de l'écholocation pour naviguer et chasser. Cette capacité, partagée avec les marsouins, les orques ou les chauves-souris, leur permet de sonder leur environnement grâce à la propagation d'ondes acoustiques, à l'instar d'un sonar.

Ils émettent ainsi des "clics" à large bande et d'une fréquence maximale inférieure à 100 kilohertz (KHz). Ils utilisent également des sifflements pour communiquer.

Les marsouins communs, eux, ne produisent que des clics d’écholocalisation à bande étroite avec des fréquences maximales autour de 130 KHz. 

Mel Cosentino, doctorant à l'Université de Strathclyde, étudie les enregistrements audio des vocalisations de Kylie, à la fois lorsqu'il est seul et lorsqu'il interagit avec les marsouins. Les résultats (qui n'ont pas encore été publiés), montrent que le dauphin produit régulièrement des clics avec des fréquences maximales atteignant plus de 130 KHz quand il est accompagné de marsouins communs.

En revanche, il en émet beaucoup moins souvent quand il est seul. Les biologistes ont aussi enregistré des bourdonnements mais pas de sifflements. Chez les marsouins, aucun changement dans le répertoire acoustique n'a été détecté.

D'autres espèces en sont capables

"Plusieurs espèces de cétacés, telles que les grands dauphins, les bélugas ou les orques, ont la faculté de modifier leur répertoire acoustique en interagissant avec d’autres espèces, explique Mel Cosentino dans un communiqué.

Cette capacité d’apprentissage vocal a principalement été observée chez les individus en captivité et peu de cas ont été signalés chez les cétacés sauvages."

Les chercheurs doivent encore rassembler et analyser plus d’enregistrements du dauphin seul pour vérifier leurs conclusions et les soumettre à un examen par les pairs.

"Si une analyse plus poussée valide nos observations, ce serait la première fois qu'un dauphin commun, en captivité ou dans la nature, démontre la capacité d'apprendre à imiter une autre espèce" conclut Mel Cosentino.

Jimmy LEYES - © Sciences et Avenir - https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/animaux-marins/un-dauphin-isole-de-ses-congeneres-a-appris-le-langage-des-marsouins-qu-il-cotoie_127160

Ajouter un commentaire