La Norvège veut nettoyer tous les océans du monde

La Norvège veut s’imposer comme le leader international de la protection des océans (Greenwashing ?) (1). Au Global Citizen Festival de New York, fin septembre, la Première ministre norvégienne Erna Solberg a annoncé un investissement de 200 millions de dollars pour nettoyer les mers du monde.

Image 1024 1024 7451340© Boris HORVAT / AFP

«Les océans fournissent la nourriture, les emplois et le développement économique nécessaires au développement durable»,a lancé Erna Solberg, Première ministre de Norvège, dans une vidéo diffusée sur écran géant lors du Global Citizen Festival, qui se tenait à New York, samedi 29 septembre 2018.

Face à la foule, la Première ministre a promis une augmentation de 200 millions de dollars des investissements norvégiens pour la protection des mers. De toutes les mers.

«La pollution des océans n’a pas de frontières, a-t-elle ajouté. Et on ne peut résoudre ce problème que lorsque les pays travaillent ensemble.» Montrant l’exemple, la Norvège a invité tous les pays à la rejoindre pour combattre la pollution marine.

Un double engagement

La Norvège a annoncé aussi sa participation à hauteur de 15 millions de dollars au nouveau fond Problue de la Banque mondiale, qui «soutiendra des océans sains et productifs en s’attaquant à la pollution marine, en gérant la pêche et en favorisant la croissance durable des économies côtières».

Un projet qui «va de la mise en œuvre de vastes programmes régionaux de pêche en Afrique et dans le Pacifique à la lutte contre toutes les sources de pollution marine, en passant par le soutien au développement côtier dans le monde entier», présente la Banque mondiale dans un communiqué.

Mais pourquoi tant de générosité ? La Norvège a tout à y gagner. Le pays a un intérêt direct dans la propreté des océans puisque les deux tiers de ses recettes d’exportation proviennent des activités océaniques et côtières.

Et ce n’est pas la première fois que les Norvégiens se mobilisent pour les mers. En mai 2017, le milliardaire Kjell Inge Rokke avait annoncé qu’il consacrerait l’essentiel de sa fortune (1,8 milliard d’euros) au nettoyage des océans de leurs déchets plastiques.

Et la première étape de cet élan de générosité serait la construction d’un navire de 181 mètres. Celui-ci sillonnerait les océans du monde pour repêcher le plastique flottant à la surface. Jusqu’à cinq tonnes par jour pourront être détruites à bord du bateau, qui aurait également la capacité de détecter lui-même la présence de plastique dans les océans.

Eux aussi s’engagent pour l’océan (2)

Image 1024 1024 7451342

The Ocean Cleanup, organisation néerlandaise à but non lucratif, se donne pour objectif de vider la moitié du «continent de plastique», cet immense vortex de déchets situé dans le Pacifique, d’ici cinq ans. Un navire s’est élancé en septembre de San Francisco en Californie, tirant un équipement de 600 m de long appelé System 001, conçu pour rassembler le plastique qui flotte à la surface, pour pouvoir ensuite le ramasser et le recycler. Sa première mission est de montrer son efficacité : «Nous pourrons alors commencer à développer une flotte de peut-être 60 de ces systèmes de nettoyage», assure son fondateur Boyan Slat. (Photo: The Ocean CleanUp).

Image 1024 1024 7451343

Yvan Bourgnon, le navigateur franco-suisse, veut aussi dépolluer les mers. Pour ça, il a imaginé un quadrimaran qui aspirerait les déchets avec un système de tapis roulant. Les déchets seraient triés, compactés puis ramenés à terre. Baptisé Le Manta, le bateau colossal de 70 mètres de long et 61 mètres de haut, pourrait, si les financements le permettent, prendre l’eau en 2022. (Illustration: The Sea Cleaners).

Coline PAISTEL - © Ouest France - https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/35305/reader/reader.html?utm_source=neolane_of-eds_newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=lienarticle&utm_content=20181001#!preferred/1/package/35305/pub/51054/page/6

(1)  Lire aussi :

Norvège: libération de l’exploration pétrolière dans l’Arctique

Forages dans l'Arctique: des ONG portent plainte contre la Norvège

Chasse à la baleine: la Norvège augmente ses quotas de 30%

La Norvège tue plus de baleines que le Japon et l'Islande réunis !

La Norvège se lance dans l'élevage de saumon en haute mer

(2) Lire aussi :

Ocean Cleanup, la barrière qui va nettoyer les océans

Ocean Cleanup quitte San Francisco et s'attaque au continent plastique

Yvan Bourgnon : un voilier pour ramasser les déchets en mer

Le bateau qui veut nettoyer les océans

Ajouter un commentaire